Accueil > Musique > 2008 > Destroyer - Trouble In Dreams

Destroyer - Trouble In Dreams

mardi 25 mars 2008, par Marc


Dans la grande famille des projets de qualité qui ont moins d’écho que des chouchous surévalués, il ne faudrait pas oublier Destroyer. Membre des New Pornographers, c’est cependant en tant que Destroyer que Dan Bejar donne la mesure de son talent. Après un Destroyer’s Rubies qui a eu un succès critique même dans nos contrées, voici ce qui pourrait signer la reconnaissance. Ou risque de confirmer la frilosité de nos contemporains.

Car si Destroyer est surprenant, il n’en est pas moins accessible, ce qui paradoxalement peut faire douter de son originalité au premier abord. Je me rends compte qu’il va falloir que je m’explique. Le fonds de commerce, c’est la balade tordue. Tordue parce que sur des instruments réglés comme pour un rock planant standard, type Pink Floyd récent ou Roger Waters (circa Amused To Death et non, il n’y a pas de chœurs écœurants ici) il y a une voix, un ton qui à la foi tranchent et se mêlent. La conjonction des guitares pleines de réverb qui semblent surannées et d’un chant très particulier fonctionne en tous cas.

Shooting Rockets (from the Desk of The Night’s Ape) est un des tout grands moments qui, à partir d’éléments qui ne doivent rien à l’aspect volontairement artisanal d’un certain indie nord-américain (il vient de Vancouver) arrive à installer une intensité rare dans une mélodie à tiroirs. Ses huit minutes sont un peu la carte de visite de cet album, et l’enchainement qu’il clôture après Foam Hands et My Favourite Year est tout bonnement imparable.

Le chant semble nonchalant, obsédé par l’idée de ne pas sonner commun, mais le léger décalage est indispensable pour ne pas que les orchestrations un peu classiques à priori aseptisent le tout. Il y a évidemment de l’affection, plus encore dans les intonations et la dramatisation que dans le timbre lui-même. Cet expressionisme ramène à certains Bob Dylan, qui constitue aussi un point de comparaison pour la poésie hallucinée ou les mélodies pas toujours nettes (Plaza Trinidad). Car un des aspects qui frappent le plus chez Destroyer c’est la poésie tordue et cryptique de Dan Bejar. Pour comprendre les mots mais pas leur sens dans tous les cas, je n’oserai pas me lancer dans un exercice d’exégèse de ce qui apparaît comme très peu clair.

L’intérêt a beau se diluer un brin sur les derniers titres, il faut parfois attendre la fin d’un morceau pour qu’il s’emballe enfin, le procédé a beau être rendu moins brillant par moments, il n’en reste pas moins que c’est une de mes priorités de ce début d’année. Parce qu’encore une fois, c’est une musique qui fait mouche sans qu’on puisse fournir une liste exhaustive d’arguments. C’est la part de subjectivité qui m’a fait rentrer facilement et complètement dans cet univers, même si j’en sors avec la frustrante sensation d’être passé à côté d’une bonne partie du propos littéraire. Cet album de Destroyer est une pièce maitresse, impeccable de maitrise, dont la flamboyance infuse écoute après écoute.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)