Accueil > Musique > 2007 > The Hives - The Black and White Album

The Hives - The Black and White Album

samedi 23 février 2008, par Fred

Petit dernier turbulent.


Trois années ont passé et les Hives ont eu le temps d’etrainer Tyrannosaurus Hives sur toutes les scènes d’Europe. Il était donc logiquement temps de sortir un nouvel album.
L’accouchement n’a pas l’air d’avoir posé de problème particulier, tout du moins au vu de la vitesse, de leur présence aux festivals estivaux et le fait que la presse spécialisée soit restée silencieuse sur cette génèse.
Ca doit certainement être plus simple de faire un album de Hives qu’un album de ... Ghinzu disons.... ou alors ??? Enfin, bref, il est là donc !

Avec les Hives, le contrat est simple : on attend un rock garage, hurlé, entrainant et amusant. Et pour la peine on est servi.

Une bonne moitié des morceaux touchent en effet parfaitement le cœur de la cible. Les riffs sont bien acérés, le chant est energique comme il se doit, bien que que toujours limité. Il est même agrémenté sur Try Again de quelques coeurs. Et puis,avouons le un de mes plaisirs coupables vient évidemment des "catch lines" des Hives :
"They say the definition of madness is do the same thing and expecting a different result"Try Again

"Well, Don’t have no money cause I don’t have a job
Don’t have a job cause I ain’t got no skills
Ain’t got no skills cause I was not trained
I was’nt trained cause I did’nt go to school
Did’nt go to school cause nobody told me
Nobody told me cause nobody knew shit
Nobody knew shit cause nobody knows nothing
Nobody knows nothing and that’s just it, What can you do ?"
(Square one Here I come)

On n’est pas vraiment au niveau narratif d’un Art Brut ou d’un Mike Skinner mais on sourit quand même largement à l’écoute de ces divagations survoltées.

Sur It won’t Be Long, la pallette sonore s’élargit avec l’introduction de quelques claviers et de quelques sons synthétiques - quand je dis synthétiques, ne pensez surtout pas electro ! C’est synthétique comme le sont les claviers sur les albums de Bon Jovi, si vous voyez....
Et ça tient la route. It won’t be long est probablement la meilleure chanson de cet album, une épaule devant Bigger Hole to fill.

Un second essai avec Giddy up est moins concluant, malgré un ligne de basse me faisant inévitablement penser à Train in Vain de The Clash. Je sais ce n’est pas la même mais je n’y peux rien.

Quelques titres (Return the favour, You got it all... Wrong) sonnent comme des hymnes punks. Ca fait sourire et ça fait plaisir à entendre.

On peut donc considérer le cahier des charges rempli. Cet album est d’ailleurs prêt à aller compléter ma collection.
N’esperez surtout pas un renouveau du genre, mais si vous avez aimé les précédents efforts des Hives, vous aimerez toujours.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Dum Dum Girls - Only in Dreams

    Critique dialectique (le retour)
    Ce texte fait suite (et probablement fin) à un précédent dialogue imaginaire paru il y a un an. – Tiens, salut. Ça fait longtemps, dis donc.
    – Bof, pas tellement. C’était l’année passée, tu te souviens ? On avait discuté du cas Best Coast, je crois.
    – Pfiouuuu... un an seulement ? J’ai l’impression que ça fait une éternité, moi, qu’on s’emballait pour cette vague de combos rétro-pop agrémentés à la sauce garage.
    – Bah, ça reste plus ou moins d’actualité : t’as vu que les (...)

  • Baby Fire - No Fear

    Au Feu !
    Parmi les gens qui ont mon respect indéfectible, je compte ceux qui ont le courage de lancer des structures, des labels pour que des artistes aient la chance de trouver leur public. Dans les cas de proximité, citons, parce que c’est bon, Jaune Orange, Depôt 214, Spank Me More ou Cheap Satanism. Quand une production de ces derniers arrive sur la platine, on se doute que ça ne sera pas mièvre et ronronnant.
    De mièvre il ne sera pas question puisque le rock abrasif et nerveux du duo (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

    Mission from God
    Formé en 1999 et originaire de Brighton, The eighties Matchbox B-Line Disaster pratique un style qualifié de psychobilly, une sorte de heavy rockabilly d’allumé total. Après deux LP sortis en 2002 et 2004 (l’excellent “Horse of the dog” et le magnifique “The royal society”), le groupe mené par le chanteur Guy Mcknight perd sa maison de disque et reste dans un silence total pendant trois ans avant de sortir un EP bricolé avec les moyens du bord et sans maison de disque (In the (...)

  • Josefin Runsteen - HANA Three bodies (Original Soundtrack)

    Même si on n’est pas exactement un service public, un peu de gai savoir s’impose parfois. Le Butoh est une danse de performance minimaliste créée au Japon en 1959. La danseuse suédoise Frauke a donc demandé à sa compatriote Josefin Runsteen de créer une bande-son pour une performance et c’est ce qui constitue l’objet musical du jour.
    La lisière entre les musiques électronique et classique est fréquentée et c’est dans ce (large) registre qu’on trouve ce HANA. De la musique de danse, donc, mais pas de (...)

  • Annika and the Forest - Même la Nuit

    On l’avoue, un talent féminin éclectique et un peu électronique, c’est quelque chose qui nous plait. On peut penser à Bat For Lashes, Harrys Gym, Jeanne Added, Odd Beholder ou autres et on ajoutera donc la Suédoise Annika Grill et son troisième album.
    On est d’emblée mis à l’aise par un petit air de Metric dans leurs moments les plus gorgés de beats et de guitares combinées (Thinking Crazy). On apprécie qu’Empty Space soit empli de cette énergie. Mais ce n’est pas la seule pour un album qui évolue au (...)

  • Frida Hyvönen - Dream of Independance

    Ce n’est pas parce qu’une artiste nous a marqués fortement qu’elle ne peut pas échapper momentanément à notre radar. Ils faut dire que si certaines de ses productions plus récentes que son album d’il y a 9 ans ne se sont pas signalées, c’est aussi parce qu’elles étaient chantées en Suédois. Et puis la toute dernière fois qu’on l’avait aperçue, c’était aux côtés de First Aid Kit pour une soirée hommage à Leonard Cohen qui fait actuellement l’objet d’une sortie en ce moment.
    Une chanson de Frida Hyvönen, c’est (...)

  • First Aid Kit - Ruins

    Elles en ont fait du chemin, les Suédoises de First Aid Kit. Il y a un peu plus de 8 ans, on les découvrait dans une petite Rotonde en ouverture de Megafaun et Port O’Brien et maintenant elles jouent à guichets fermés après une expatriation réussie aux Etats-Unis. La recette marche donc et les sœurs Klara et Johanna Söderberg n’ont visiblement pas l’intention de la changer. Deux voix à l’unisson, des morceaux au classicisme indéniable mais parfois habités d’une fraîcheur plaisante.
    Ce quatrième album (...)