Accueil > Musique > Concerts > Islands, Botanique, 02/03/2008

Islands, Botanique, 02/03/2008

mardi 4 mars 2008, par Marc

Retour des îles


Revoir un groupe qu’on apprécie c’est un peu comme fixer un rencart à des potes. Même si ces Canadiens n’ont pas dû soupçonner ma présence la première fois (décrite ici), je suis content de les revoir avant la sortie de leur second album depuis la disparition des Unicorns.

C’est finalement à la Rotonde du Botanique qu’a lieu le concert, en lieu et place du Witloof Bar. Ne pas devoir jouer à cache-cache avec les massifs poteaux est une bonne nouvelle. Première constatation, les concerts sans première partie sont souvent impitoyables pour ceux qui ont eu une journée remplie. Seconde constatation, ce n’est pas la toute grande foule. C’est dimanche soir certes, et il manque juste un quart ou un tiers de public pour remplir la toujours aussi séduisante salle mais la fine fleur de l’indie canadien ne fait pas tant recette. Tant pis pour les absents de toute façon. Les musiciens sont bien là par contre, avec un line-up un rien moins ordinaire, car en sus d’un chanteur à la tête enfarinée, on retrouve un bassiste de tout premier ordre, qui ajoute un groove assez inédit mais très discret aux compositions, un batteur, un guitariste-saxophoniste ainsi que deux violonistes-claviéristes. Cette petite énumération est indispensable pour percevoir la densité possible.

En entrant, ce sont des morceaux inédits qui sont joués. Ce qui est déconcertant car si l’album Returns To The Sea m’est très familier, les nouveaux morceaux sont d’apparence complexe, comme un assemblage de sous-parties. Le contact entre le chanteur et le public n’est pas encore à son zénith, ce qui fait qu’on ne sait pas vraiment quand on peut libérer son enthousiasme. Car il y a des moments de musique là-dedans. On attendra donc sagement le verdict de l’album avant de se prononcer. Surtout que la tendance très pop cède un peu le pas. Le contraste avec les titres rescapés du premier exercice studio dont tous les meilleurs extraits sont joués est donc flagrant. On profite donc de Volcanoes ou Wherever There Is A Hope There Is A Whalebone. Ce sera Rough Gem qui clôturera le concert proprement dit, celui d’avant les rappels. Le premier se terminera par Swans, un des meilleurs titres parus ces dernières années. Sans rire, ce titre épique est impeccablement rendu, notamment par une section rythmique toujours aussi souveraine.

Face à l’enthousiasme d’un public maintenant conquis, ils reviendront encore pour un I Feel Evil. Mais ce n’est pas tout. Car la sauce prend tellement qu’ils se montrent une dernière fois, demandant au public de choisir entre un morceau réclamé (l’excellent Humans) qu’ils n’ont plus joué et un tout nouveau. On aura droit aux deux, mais la concession se fera au prix d’un tour dans le public, à l’emprunt d’une veste et d’un bonnet. C’est couché qu’il terminera Humans, montrant une belle maitrise de son audience.

Islands reste un modèle (envoyons Girls In Hawai faire un Erasmus à Montréal, ils trouveront là des pistes pour progresser) et le concert de dimanche me rend impatient d’enfin écouter sur cd des titres qui m’ont plus qu’intrigué. On vous en reparlera bien évidemment.

Quelques images supplémentaires pour compenser le manque de qualité par un peu de quantité.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)