Accueil > Musique > 2008 > Ghostland Observatory - Robotique Majestique

Ghostland Observatory - Robotique Majestique

vendredi 7 mars 2008, par Marc

Vade retro prise de tête


Un des effets secondaires d’un séjour aux Etats-Unis, c’est qu’on s’encombre d’une liste invraisemblable de groupes qui n’ont que peu, voire pas du tout d’écho ici. C’est le cas de ce duo d’Austin, Texas. Comme le genre qu’ils pratiquent, à la lisière entre du rock simpliste et de la dance simpliste est très sujet aux hype (Klaxons, Infadels, CSS… qui ont toute une palette bien plus étendue cependant), il est consolant de temps en temps de pouvoir en traiter en toute quiétude.

Tout d’abord, l’étiquette de dance-rock sera utilisée faute de mieux. Car il n’y a pas la moindre de trace de guitare ici. C’est la voix qui y fait penser. Haut-perchée, elle déconcerte de prime abord. Une voix à la « retire ton pied du mien, tu me fais mal », un peu comme cryogénisée depuis la vague de glam-métal des années ’80. Dit comme ça c’est évidemment pas très appétissant mais il faut le ranger du côté des kitscheries assumées d’un Electric Six. Le contraste est donc flagrant avec une des ‘grosses’ sorties de la semaine, à savoir Bauhaus dont la voix, certes affectée et trop proche de Bowie par moments, est d’une puissance qui déforce celle-ci.

Sur scène, c’est clairement un spectacle haut en couleur. Pas le genre nerd timide qui triture sa console. J’ai eu l’occasion de voir ça et c’est une curiosité. Un style qui veut faire bouger les gens se doit d’avoir un plumage à la hauteur, même si le ridicule est clairement au rendez-vous. Alors oui, c’est prétentieux d’un certain côté, les nappes de synthé sont tout sauf humbles, mais c’est l’euphorie qui est le seul critère de réussite. Et ici, on le rencontre au détour de plusieurs morceaux comme Freeheart Lover ou The Band Marches On. Mais il y a clairement des morceaux à skipper. Les instrumentaux manquent d’enjeu (Holy Ghost White Noise, Club Soda) par exemple et le simplisme du procédé use. Et quand c’est plus nerveux, ça devient même un peu éprouvant (HFM), loin de la maitrise d’un LCD Soundsystem dans Movement par exempke

Les conditions d’écoute sont primordiales pour apprécier ce Robotique Majestique (une tentative avortée de sonner français ?). Le volume doit être poussé à fond, toute velléité grognonne doit être absente. Volontairement basique et grandiloquent à la fois, Ghostland Observatory ne va pas révolutionner le genre assez bouché qui se situe aux frontières du rock et du dancefloor. Mais comme il n’est supporté par aucune hype, on pourra profiter de ces petites fioles pleines d’énergie même si le tout se révèle d’un simplisme pas toujours réjouissant. On rêve par exemple de leur piquer leurs bandes et de les laisser trainer chez les frères Dewael ou Trentemöller, histoire de voir jusqu’où on peut pousser ces morceaux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)