Accueil > Musique > 2008 > Elf Power - In A Cave

Elf Power - In A Cave

mercredi 9 avril 2008, par Marc

Bis repetita placent pas toujours


Jusqu’à maintenant, Elf Power pour moi c’était un et un seul morceau, découvert via le podcast de KEXP. Un très bon morceau d’ailleurs, catchy à souhait et appelé An Old Familiar Scene. Je ne m’étais pas aventuré à l’époque à écouter le reste de l’album mais j’ai passé le cap avec cette dernière livraison. Il parait que leur âge d’or est passé depuis longtemps. Faute donc d’avoir pu vérifier sur pièce, je ne vais pas accréditer cette assertion.

Finalement, contre toute attente, c’est du côté des Belle And Sebastian guillerets (oui ça existe) ou d’Essex Green qu’il faut situer ce groupe. Il y a une vraie qualité dans ce son, dans cette superposition subtile des couches de guitare, les intrusions de clavier, la mise en place de haut niveau. Il est révélateur de distinguer les grattements en tous genres qui émaillent un morceau comme A Tired Army. Pas vraiment d’artifice de production ici, juste un goût de la belle ouvrage artisanale.

On constate malheureusement une trop grande ressemblance entre les morceaux. Ce qui peut être positif s’ils correspondent à votre état d’esprit mais manque de la fraicheur et de la force, disons, d’un Vampire Weekend. Il n’y a pas non plus la consistance et la variété d’un The Coral par exemple. Prises individuellement, toutes peuvent faire leur petit effet mais on a un peu l’impression qu’Elf Power fait une jolie chanson et la décline dans de petites variations. D’ailleurs, quand ils s’égarent dans le bizarre ce n’est pas fascinant (Windows To Mars).

Il faut à ces chansons un petit supplément de mélodie pour pleinement profiter de leur côté euphorisant. Vous savez déjà qu’un peu de mélancolie peut avoir un effet bénéfique. Tout ça pour dire que The Spiral Stairs, très proche des autres morceaux dans ses intentions et ses effets, est bien supérieur grâce à une ligne mieux définie et un petit supplément d’âme. The Demon’s Daughter est aussi là pour prouver qu’ils peuvent s’en sortir sans trop augmenter le tempo, qui est la tactique la plus courante pour injecter de l’intérêt.

Il n’y a pas une oreille bienveillante pour leur dire que décliner à l’envi une même idée, une même structure n’a jamais produit de grand album ? Si vous sortez une chanson ou l’autre de son contexte, la qualité sera là, mais elle donnera une image trompeuse du plaisir possible à l’écoute de dix de ses clones. Si la gentillesse à aussi haute dose n’est pas rédhibitoire pour vous pouvez y aller sans crainte. Personnellement, autant de bonne humeur me laisse perplexe.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)