Accueil > Musique > 2008 > The Long Blondes - Couples

The Long Blondes - Couples

lundi 21 avril 2008, par Marc

Je hais les couples (air connu)


Ce n’est même pas par esprit de contradiction que j’ai différé ma rencontre avec la musique des Long Blondes. C’est que je me trouvais sur un territoire où le combo anglais était assez mal distribué. Mais leur rock mature dans ses thèmes narquois m’avait tapé dans l’oreille.

A l’attaque de Century, on se pose franchement la question : sont-ils passés du côté d’un electro flamboyant, prenant le relais de Goldfrapp parti dans les champs voir si l’herbe est plus verte dans les champs ? Le doute n’est autorisé que le temps que dure le morceau. Car au lieu d’un changement d’orientation, on a plutôt une diversification réussie. Tout n’a pas changé, les références restent surtout Blondie, ce qui très flagrant dans le chant d’une manière générale mais aussi dans la façon particulière de détourner des rythmes ska ou Pulp pour la classe forcément décalée. Il reste même des moments de rock qui jonchaient le premier album (I Liked the Boys) mais j’y suis moins sensible sauf s’ils sont servis avec plus de conviction (Here Comes The Serious Bit).

La surprise viendra donc d’ailleurs. Quand on a l’impression de se plonger dans l’œuvre au noir de Wire, on est plus que déconcertés. Surtout que ce Round The Hairpin est très bien fichu avec son gimmick hypnotique et ses guitares post-punk plaquées sur ce relent de krautrock. C’est incontestablement un des hauts faits de l’album. Mais pour moi le meilleur reste Going To Hell et sa pêche indéniable, son chorus tout en puissance basé sur un clavier bien lourd. Ces gens-là maitrisent leur sujet puisqu’ils réussissent aussi les moments plus langoureux comme Nastalgia.

Mais encore plus qu’à d’autres groupes, cet album m’a fait penser à une série, le tout bon Couplings de Steven Moffat. C’est un peu ça, la trentaine, les expériences qui n’ont pas toujours bien tourné mais l’humour ravageur. On sent les soirées passées seul contre son gré ou ses envies mais malgré tout un appétit d’en découdre qui sauve le tous

Si une diversification plus mature est souvent moins à même de susciter l’enthousiasme, cet album des Long Blondes est pour moi une pleine réussite. C’est que quand les bons morceaux se succèdent sans temps mort, je suis content et j’en redemande. Non, prendre de l’âge n’est pas incompatible avec une certaine forme de rock. Question de classe tout simplement.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et puis on écoute Dewaere dont il est aussi le chanteur et on se dit que ce mélange de crooner et de rock (...)

  • Black Country, New Road – Ants From Up there

    On avait vu passer au loin le buzz de Black country, New Road l’an passé, saisissant au vol quelques morceaux tous dignes d’intérêt. Cette fois, on ne voulait pas passer à côté. Mais on est passé à côté.
    Ils aiment les angles, c’est de l’art-rock dans ce qu’il a de plus revigorant et d’usant aussi. Moins héroïques que leurs cousins canadiens au rang desquels on compte les projets tordus des songwriters d’exception à (Sunset Rubdown, Swan Lake, Silver Mt Zion et autres...), ils en partagent pourtant (...)

  • Squid - Bright Green Fields

    Il est des groupes qu’on voit venir dès les premiers morceaux lâchés au fil de leur Bandcamp. Mais on attend souvent l’album pour voir si les raisons de s’enflammer sont légitimes. Dans le cas des remuants Squid, elles le sont. On retrouve d’emblée une morgue très british, un constat social narquois mêlée à une distanciation et une diction qu’on apprécie chez beaucoup de leurs compatriotes, Art Brut en tête.
    Ce n’est pourtant pas l’ambiance potache qui prime ici, on fait plutôt dans le groove lourd et (...)

  • Jarv Is... - Beyond The Pale

    This is not a live album… It’s an alive album.
    Cette déclaration sibylline donne une petite idée de la genèse un peu inhabituelle du projet. La formation groupée autour de Jarvis Cocker a en effet peaufiné et enregistré ces morceaux dans des festivals et autres petites salles avant de retravailler le matériau qu’on entend sur ce premier album. C’était en tout cas la suggestion de Geoff Barrow de Porstishead et Beak> (suivez @jetfury sur Twitter, fun acide garanti). Ce mode opératoire peut être vu (...)