Accueil > Critiques > 2008

Fuck Buttons - Street Horrrsing

mardi 29 avril 2008, par marc

Un chainon manquant


De la musique tribale et psychédélique, on en a eu notre dose ces derniers mois. Heureusement souvent pour le meilleur car la folie sonore n’autorise pas la médiocrité sous peine d’irriter ou d’ennuyer. La tradition qui voit maintenant surgir un morceau comme Ribs Out est assez ancienne même dans le rock, puisqu’on en retrouve des traces dès Pink Floyd ou Can il y a plus de 35 ans. C’est d’ailleurs à ces anciens qu’on pense puisque les progressions d’accords assez classiques de Okay, Let’s Talk About Magic auraient pu se retrouver sur Ummagumma ou Echoes. Les sons par contre, semblent plus sortis du shoeagaze electro de Nathan Fake, la flamboyance electronica en moins mais un peu d’emphase en plus.

Dès le début, on est à l’intersection de plusieurs mondes, entre rythmes endiablés et drone statique. Le premier morceau, Sweet Love For Planet Earth, se présente d’ailleurs comme une longue mise en bouche progressive. Les braillements distordus et sous-mixés sont considérés comme des instruments ou comme des couches sonores, pas comme des voix en tant que telles. Et ça donne quoi ? C’est plutôt énervant. Par contre, on voit venir avec plaisir la distorsion qui relancer l’intérêt d’un morceau répétitif (Bright Tomorrow). C’est qu’ils savent jouer sur les sons et en profitent jusqu’au final Colours Move qui prend plus de relief écouté seul plutôt qu’en bout de course d’un album. D’autant qu’il présente presque tous les aspects dont on a parlé. C’est presque un exercice de synthèse qui clôture Street Horrrsing.

C’est sur le résultat qu’on décide de l’attention qu’on va porter à une musique. Le talent du duo de Bristol est patent. Il sait tirer parti de structures fort simples pour susciter l’intérêt. Soyons prudent quand même, le procédé réclame quand même un peu de relâchement de la part de l’auditeur vu qu’il sera pris souvent dans le sens du poil (on ne perd jamais le sens mélodique) mais pas toujours. On conseillera donc cet album aux fans de post-rock qui saturent un peu des mêmes structures à longueur de groupes et aux amateurs de drone (pour rappel, morceaux qui jouent uniquement sur les textures sonores).

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)

  • Mesaverde - All Is Well

    Les découvertes génèrent des découvertes, surtout quand les artistes font partie de plusieurs projets. Il suffit de savoir tirer le fil. Un des moteurs de la réussite récente de Mildfire est sans doute son batteur Lars Fremmelid. Quand un groupe (norvégien également) se signale à nous et se réclame de la mouvance prog, notre curiosité est forcément piquée.
    Ce second album se situe dans le versant plus (...)

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours (...)