Accueil > Musique > 2008 > dEUS - Vantage Point

dEUS - Vantage Point

mercredi 23 avril 2008, par Paulo

je ne suis pas vieux


La sortie d’un album de dEUS consistue pour beaucoup un événement en soi, venant troubler la mare des sorties annuelles. Véritable pilier d’un son pur belge, directement issu des années 90 parmi un florilège de groupes que, pour la plupart, on peut regretter (Mad Dog Loose, Betty Goes Green, Moondog Jr,... ), la bande à Barman a su traverser les épreuves pour sortir cette année leur nouvel opus Vantage Point.

12ans depuis In a bar under the sea (c’est ma référence à moi), dEUS n’a cependant pas échappé à la course aux décibels, en comparant le volume de Little Arithmetics à celui de Slow, on voit que ce dernier est plus compressé, optimalisé. C’est un peu ça aussi qui a changé, le son plus proche n’en est pas moins fatiguant et au final on regrettera peut-être la profondeur de ce son 90s. Bon c’est pas Mika non plus, les beats sont pas derrière la tête, mais ça joue sur un certain effet de platitude de ce nouvel album et sur ce manque d’accroche.
Peut-être aurait-on voulu un son plus brut de fonderie illustré par l’explosion de ces dernières années du "rock" indépendant. Barman a des qualités évidentes pour la composition, j’espère que cette idée germera et qu’il ne finira pas en sortant des abums de quinquagénaire hyper produit et plein de fadeurs.

Cependant revenons à Vantage Point car il y a du bon tout de même.
Avez-vous reconnu le vocal féminin sur Slow ? Il s’agit de Karin Dreijer Andersson, mémorable voix sur le morceau What else Is There de Royksopp !! Ca ajoute une charme évident.
En plus de cela Slow a également des choeurs masculins très marqués qui font levé le poil, ça c’est bon !!

On découvre également un côté plus funk [When she comes done, Architect] et la tentative de Barman d’utiliser un nouveau style de voix, qui selon moi est fort proche du style de Damon Albarn. On notera aussi des similitudes avec les Red Hot Chili Peppers ou David Bowie par moment.

Vantage Point est un bon album avec de bons titres (une note particulière pour les singles Slow et Architect), peut-être la pierre angulaire d’une carrière, j’espère toutefois que le suite des productions Barman/dEUS se fera dans le sens du moderne et pas de la nostalgie.

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)