Accueil > Musique > 2008 > dEUS - Vantage Point

dEUS - Vantage Point

mercredi 23 avril 2008, par Paulo

je ne suis pas vieux


La sortie d’un album de dEUS consistue pour beaucoup un événement en soi, venant troubler la mare des sorties annuelles. Véritable pilier d’un son pur belge, directement issu des années 90 parmi un florilège de groupes que, pour la plupart, on peut regretter (Mad Dog Loose, Betty Goes Green, Moondog Jr,... ), la bande à Barman a su traverser les épreuves pour sortir cette année leur nouvel opus Vantage Point.

12ans depuis In a bar under the sea (c’est ma référence à moi), dEUS n’a cependant pas échappé à la course aux décibels, en comparant le volume de Little Arithmetics à celui de Slow, on voit que ce dernier est plus compressé, optimalisé. C’est un peu ça aussi qui a changé, le son plus proche n’en est pas moins fatiguant et au final on regrettera peut-être la profondeur de ce son 90s. Bon c’est pas Mika non plus, les beats sont pas derrière la tête, mais ça joue sur un certain effet de platitude de ce nouvel album et sur ce manque d’accroche.
Peut-être aurait-on voulu un son plus brut de fonderie illustré par l’explosion de ces dernières années du "rock" indépendant. Barman a des qualités évidentes pour la composition, j’espère que cette idée germera et qu’il ne finira pas en sortant des abums de quinquagénaire hyper produit et plein de fadeurs.

Cependant revenons à Vantage Point car il y a du bon tout de même.
Avez-vous reconnu le vocal féminin sur Slow ? Il s’agit de Karin Dreijer Andersson, mémorable voix sur le morceau What else Is There de Royksopp !! Ca ajoute une charme évident.
En plus de cela Slow a également des choeurs masculins très marqués qui font levé le poil, ça c’est bon !!

On découvre également un côté plus funk [When she comes done, Architect] et la tentative de Barman d’utiliser un nouveau style de voix, qui selon moi est fort proche du style de Damon Albarn. On notera aussi des similitudes avec les Red Hot Chili Peppers ou David Bowie par moment.

Vantage Point est un bon album avec de bons titres (une note particulière pour les singles Slow et Architect), peut-être la pierre angulaire d’une carrière, j’espère toutefois que le suite des productions Barman/dEUS se fera dans le sens du moderne et pas de la nostalgie.

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

1 Message

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)