Accueil > Musique > 2008 > Albin De La Simone - Bungalow !

Albin De La Simone - Bungalow !

lundi 19 mai 2008, par Marc

Un poids lourd de la légèreté


Quand j’ai lu pour la première fois le titre avec son point d’exclamation, j’ai pensé à la blague du lapin sourd. Comme ça ne donne rien par écrit, je vais vous l’épargner. Le nom en fait vient de ce que cet album a été écrit et composé dans un bungalow à Bornéo, où il est allé chercher un calme pas parisien et l’oubli de sa rupture. Ce relatif isolement lui a visiblement réussi, puisque cet album apparaît comme le plus abouti de sa discographie.

Collaborateur d’un pan énorme de la chanson française (trop de noms à citer, allez voir sur wikipedia), c’est le troisième album d’Albin De La Simone en tant qu’artiste solo dont on va parler. Plus que de la chanson française, on parlera plutôt de pop en français, ce qui est plus délicat et plus judicieux. C’est que ce n’est pas une marionnette à la merci des producteurs, et qu’il mène sa barque comme il l’entend, avec de vraies bonnes idées à la clé. Par exemple, les chœurs, très chouettes parce qu’ils apportent un petit décalage, sont en fait dus à Albin lui-même, la voix étant bidouillée comme il se doit. L’effet est très ludique et rehaussent aussi habilement un Sympa, les calembours (il m’a fallu plusieurs écoutes pour me rendre compte du procédé… lent je suis) de Vendéen ou encore la langueur de J’avais Chaud.

Côté thèmes, on pourrait croire au grand écart entre les réflexions mélancoliques du Tire-fesses et les saillies plus ludiques ou carrément loufoques de N’importe Quoi, mais le ton est cohérent d’un bout à l’autre. Ce mélange de petites observations quotidiennes et de folie douce marche en tout cas fort bien. On évite les deux pièges tendus par le glauque d’un réalisme apeuré et la poésie pour la poésie. En gros, un humour discret mais efficace est le remède choisi contre la mièvrerie. Car si c’est léger (on est dans de la pop, pas de la variétoche quand même), c’est souvent touchant. L’écriture aussi se resserre et puis, il y a de bonnes chansons, tout simplement, de celles qu’on peut écouter souvent sans jamais se lasser (Sympa, Catastrophe, J’aime Lire).

Après moult collaborations, Albin De La Simone prend de plus en plus confiance en tant qu’artiste solo. Il a pour lui un passé d’arrangeur qui donne de fort simples mais jolis atours à ces pièces à la fois sucrées et amères et légères. Leur somme constitue un album qu’on conseillera vivement à tout amateur de belles choses pop, quelles que soient ses aspirations linguistiques d’ailleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Marcia Higelin – Prince de Plomb (EP)

    La filiation en chanson française est un mal endémique presque équivalent à celui de la politique belge. Mais ce n’est pas le propos ici. Comme on est infichus de citer un titre de Jacques Higelin (son grand’ père), Arthur H. (son père) ou même Izia (sa tante ?), on est presque vierges à l’entame de ce premier EP de Marcia Higelin. Voyez ça comme un privilège de l’inculture.
    On est accueillis par un lit de cordes mais bien vite on se rend compte que c’est cette voix claire et forte qui est le point (...)

  • Edgär - Secret

    Quand les aspirations de deux membres d’un duo divergent, la séparation est souvent au bout. Mais ce n’est pas une fatalité, cette dualité peut aussi être une force. Dans le cas de Ronan et Antoine, cet entrechoquement est à la fois déroutant et stimulant. Tout comme l’emploi de l’anglais et du français au sein d’un même morceau. Même si musicalement, le ton ne change pas avec la langue, notre perception est différente. Appelez-ça un biais si vous voulez.
    On l’avoue, c’est voir ce lion et ce lapin danser (...)

  • Kloé Lang - Aimez-Moi

    Les albums d’hommage et de reprises ne sont pas rares, ceux qui reprennent deux artistes en parallèle le sont plus. La comédienne, réalisatrice et chanteuse franco-suisse Kloé Lang a ainsi jeté son dévolu sur Barbara et Janis Joplin sur ce qui semble être le volet discographique d’un spectacle qu’elle propose.
    On ne va évidemment commenter le fond des morceaux de Barbara, qui claquent toujours autant quel que soit l’interprète (s’il n’est pas Patrick Bruel ou Gérard Depardieu...). Et elle s’en sort (...)

  • Garz - Barré

    Si pratiquer une musique électronique et employer la langue française n’est pas une combinaison nouvelle, peu poussent autant le curseur vers un son fort que Matthieu Garczynski. Si ce nom nous était jusqu’ici inconnu, il a visiblement déjà une belle expérience. Et c’est d’emblée manifeste. Le morceau qui nous avait donné envie est Ça Va Mieux et il claque vraiment, le côté sarcastique fonctionnant en plein avec cette pêche. On retrouve cet allant sur Vie Irréelle qui nous accueille. C’est de la musique (...)