Accueil > Musique > 2008 > Albin De La Simone - Bungalow !

Albin De La Simone - Bungalow !

lundi 19 mai 2008, par Marc

Un poids lourd de la légèreté


Quand j’ai lu pour la première fois le titre avec son point d’exclamation, j’ai pensé à la blague du lapin sourd. Comme ça ne donne rien par écrit, je vais vous l’épargner. Le nom en fait vient de ce que cet album a été écrit et composé dans un bungalow à Bornéo, où il est allé chercher un calme pas parisien et l’oubli de sa rupture. Ce relatif isolement lui a visiblement réussi, puisque cet album apparaît comme le plus abouti de sa discographie.

Collaborateur d’un pan énorme de la chanson française (trop de noms à citer, allez voir sur wikipedia), c’est le troisième album d’Albin De La Simone en tant qu’artiste solo dont on va parler. Plus que de la chanson française, on parlera plutôt de pop en français, ce qui est plus délicat et plus judicieux. C’est que ce n’est pas une marionnette à la merci des producteurs, et qu’il mène sa barque comme il l’entend, avec de vraies bonnes idées à la clé. Par exemple, les chœurs, très chouettes parce qu’ils apportent un petit décalage, sont en fait dus à Albin lui-même, la voix étant bidouillée comme il se doit. L’effet est très ludique et rehaussent aussi habilement un Sympa, les calembours (il m’a fallu plusieurs écoutes pour me rendre compte du procédé… lent je suis) de Vendéen ou encore la langueur de J’avais Chaud.

Côté thèmes, on pourrait croire au grand écart entre les réflexions mélancoliques du Tire-fesses et les saillies plus ludiques ou carrément loufoques de N’importe Quoi, mais le ton est cohérent d’un bout à l’autre. Ce mélange de petites observations quotidiennes et de folie douce marche en tout cas fort bien. On évite les deux pièges tendus par le glauque d’un réalisme apeuré et la poésie pour la poésie. En gros, un humour discret mais efficace est le remède choisi contre la mièvrerie. Car si c’est léger (on est dans de la pop, pas de la variétoche quand même), c’est souvent touchant. L’écriture aussi se resserre et puis, il y a de bonnes chansons, tout simplement, de celles qu’on peut écouter souvent sans jamais se lasser (Sympa, Catastrophe, J’aime Lire).

Après moult collaborations, Albin De La Simone prend de plus en plus confiance en tant qu’artiste solo. Il a pour lui un passé d’arrangeur qui donne de fort simples mais jolis atours à ces pièces à la fois sucrées et amères et légères. Leur somme constitue un album qu’on conseillera vivement à tout amateur de belles choses pop, quelles que soient ses aspirations linguistiques d’ailleurs.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Benjamin Biolay - Saint-Clair

    Rester au sommet est, paraît-il, plus compliqué que de s’y hisser. Ne sachant rien du succès, on va croire le poncif sur parole. S’il en est un qui peut se targuer d’être au faîte de la chanson française c’est bien Benjamin Biolay. Et pour y rester, on va dire qu’il a décidé de jouer sur ses qualités.
    Comme sur l’excellent Grand-Prix, le début de cet album est percutant. Les Joues Roses et Rends L’Amour ! sont deux morceaux immédiats et plutôt irrésistibles, têtes de gondoles évidentes de ce Saint-Clair. (...)

  • Pomme – Consolation

    On sait qu’il peut être hasardeux de tenter de tirer trop d’informations d’une pochette mais le troisième album de Pomme tranche, avec une pose proche d’une installation qu’on devine plus proche d’une Roisin Murphy que de ses coreligionnaires de la chanson française. Il faut dire qu’après un premier album passé inaperçu et un peu renié, Les Failles l’ont placé dans le peloton de tête. Et puis il y a eu les victoires de la musique, un duo convaincant avec Aurora et ses duos avec Safia Nolin (sa femme depuis) (...)

  • Centredumonde – Il Danse Tout Seul Au Bord De La Piscine, Il Est (...)

    Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau !
    Telle était l’injonction de Charles Baudelaire à la fin de son Voyage. Mais si Centredumonde nous invite à plonger dans son inconnu à lui, il faut son ticket d’entrée, avoir apprécié les succulents EP récents et avoir commencé la descente dans la discographie par les premiers paliers dedémos. Alors oui, vous pouvez y aller, ça y est on y va. Parce qu’on s’enfance dans le plus obscur, le plus brut. Et c’est assez fascinant il faut le dire. A priori, pas de la (...)

  • Florent Marchet - Garden Party

    Si aucun artiste n’oserait se définir comme ‘engagé’, ils sont nombreux à être concernés. Et la première chose à poser dans ce cas-là, c’est un constat. Ils sont nombreux par contre à relater leur quotidien, réel ou fantasmé. Florent Marchet est depuis toujours un observateur avisé et il prête sa voix à plein de contemporains. On ne parle pas d’état du monde cependant, c’est plutôt l’intime son terrain de jeu. Et pour les constats sociaux, allez plutôt regarder du côté de Frère Animal dont les deux (...)