Accueil > Musique > 2008 > Ladytron - Velocifero

Ladytron - Velocifero

mercredi 4 juin 2008, par Marc

La bicyclette noire


Electro-rock, d’une manière générale, c’est la façon de conjuguer deux façons de produire une énergie basique et primaire, orientée dancefloor. C’est par définition une réserve à buzz divers et variés ainsi qu’à éphémères coups médiatiques. A cette échelle, Ladytron fait presque figure de vétéran avec ce quatrième album. Même si ici on sent que certains morceaux supporteraient un traitement plus rock mais que c’est l’adjonction de synthés qui rend certains morceaux (I’m Not Scared par exemple) aussi convaincants.

D’accord, les références eighties sont claires, mais il y a une certaine ampleur. On retrouve d’ailleurs quelques ingrédients du genre comme les voix féminines sous-mixées, les mélodies simples et très répétitives, la rythmique pas trop mise en avant, puisque même s’ils ont commencé leur carrière en pleine effervescence electroclash, ce n’est pas la sudation qui est la priorité de ce Velocifero. Au lieu de chercher la perfection sonore au bout de l’ennui comme les Depeche Mode récents, ou au contraire de ne pas entourer de trop faibles idées comme Miss Kittin cette année, Ladytron capitalise sur les plaisirs basiques de morceaux simples au son fouillé. Bien trop sombre pour être vraiment pop, le style pourra plaire, par exemple, à ceux qui ont aimé les deux précédents albums de Goldfrapp.

Ladytron n’est pas juste bloqué dans d’hypothétiques années ’80 fantasmées mais évolue avec son temps, ce qui veut dire qu’ils suivent d’une certaine manière la course aux armements sonores. Il n’y a qu’à voir l’épaisseur du son, la rondeur des basses, la superposition des couches très maitrisée pour s’en rendre compte. Il y a à la clé d’évidentes réussites (Runaway) quand l’intensité est poussée plus loin (Versus) ou quand la facilité mélodique rend un morceau plus attachant (l’electro-glam Ghosts), avec un refrain vraiment catchy qui fait toute la différence. Si on n’a pas ici d’héritier direct d’un International Baseline, plusieurs têtes de gondole potentielles sont identifiées.

Comme souvent, les groupes qui sont facilement reconnaissables peuvent donner des albums un peu uniformes, vu que la ‘patte’ est appliquée de façon un peu identique. C’est ce qui gênera le plaisir de l’écoute intégrale et comme beaucoup des meilleurs morceaux sont concentrés en début d’album, un décrochage est plus qu’envisageable. Les chants en Bulgare quant à eux semblent toujours aussi incongrus (Black Cat, Kletva), donnant une involontaire patte Eurovision à des lieues de la consistance de la musique qui l’entoure, même si les morceaux concernés ne sont pas les plus inoubliables de l’album, loin s’en faut même.

Velocifero ne marquera sans doute pas une date, peut-être même pas pour Ladytron dont le son s’étoffe pour une recette qui fonctionne presque toujours mais qui est appliquée trop systématiquement pour que l’écoute intégrale soit gratifiante. Mais comme presque rien n’est faiblard et qu’ils peuvent le temps de quelques morceaux faire grimper l’intensité, on en déduira que leur trajectoire garde sa pertinence.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Ladytron - Velocifero 22 juin 2008 19:11, par redkitten

    va savoir … ça me donne envie de l’écouter, alors que le précédent m’avais paru plus faible que le deuxième, lui même plus faible que le premier qui était un chef d’œuvre.

    toute la classe de 604 c’était la référence au 80’s en toute naïveté là ou la vague dite ’electroklash’ posait avec un air détaché et ironique … mais ils n’en sont plus là.

    repondre message

    • Ladytron - Velocifero 23 juin 2008 15:39, par Marc

      Bien honnêtement, je connais moins leurs débuts, sauf évidemment les singles qui en ont été extraits. Je peux juste dire que je trouve qu’ils sont encore dignes dans leur revival années ’80 et que cet album est moins inégal que le précédent...

      repondre message

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Zola Jesus - Arkhon

    Au début, il était facile de voir Nika Roza Danilova comme une version moderne de Siouxie mais elle a vite fait craquer ce carcan. Sans doute encore plus aujourd’hui qu’elle n’est plus seule aux commandes mais peut compter sur l’aide du producteur Randall Dunn et du batteur Matt Chamberlain qui a collaboré avec rien moins que David Bowie, Bob Dylan, Bruce Spingsteen, Of Montreal ou Rufus Wainwright... Alors qu’on la plaçait dans un revival, il serait peut-être plus pertinent de l’associer à quelques (...)

  • Anna von Hausswolff - Live at Montreux Jazz Festival

    La seule fois que les concerts d’Anna von Hausswolff ont été mentionnés dans la presse généraliste, c’est quand une bande d’intégristes stupides ont empêché la tenue d’une prestation à Nantes. Par un effet Streisand prévisible, plusieurs personnes ont découvert et apprécié la Suédoise à cette occasion.
    On n’avait pas attendu cette désolante actualité pour dire tout le bien qu’on pensait d’Anna et on ne va pas changer d’avis avec la publication de ce live de 2018. Enregistré au légendaire festival jazz de (...)

  • Strawberry Pills - Murder To a Beat

    Rien à faire, le simple fait qu’il y ait une scène gothique grecque me met en joie. Ce n’est même pas une découverte, on vous avait déjà parlé de Mechanimal à l’époque et dit à l’époque qu’on aimait ça. Le duo formé par Valisia Odell et Antonis Konstantaras est dans les canons du genre. Riffs aigres, beats synthétiques et voix féminine grave sont de sortie, les afficionados en auront pour leur argent.
    Mais il ne suffit pas de reprendre des poncifs, il faut aussi des morceaux et ils sont bel et bien là. Et on (...)

  • Anna von Hausswolff - All Thoughts Fly

    Il pourrait sembler étrange qu’une chanteuse charismatique se lance dans l’exercice parfois aride de l’album instrumental mais dans le cas de la Suédoise Anna von Hausswolff, son amour de l’orgue déjà avéré rend la surprise moins grande. Elle a déjà expliqué trouver une partie de son inspiration en découvrant de nouveaux instruments, et son album précédent en était une preuve. Ici, c’est celui de l’Örgryte New Church de Göteborg qui donne cette belle coloration à cet album.
    Le hasard met dans nos oreilles (...)