Accueil > Musique > 2008 > Wolf Parade - At Mount Zoomer

Wolf Parade - At Mount Zoomer

lundi 16 juin 2008, par Marc

Si j’étais vous...


C’était en 2005, une bonne année musicalement parlant puisque j’y ai découvert Arcade Fire, Bloc Party, LCD Soundsystem, The National, Gravenhurst, Sufjan Stevens, Spoon, Clap Your Hands Say Yeah ou Vitalic. Autant dire, une bonne partie de la base de ma discothèque actuelle. Parmi les meilleurs de cette année-là figurait Wolf Parade et ce sont presque les seuls du contingent dont on n’avait plus entendu parler. On les retrouve donc avec un plaisir non dissimulé.

L’attente suscitée par l’excellence d’Apologies To The Queen Mary, qui figure quand même dans la première division des albums indie de la décennie est grande. A la première écoute, les morceaux qui ouvrent l’album sont très bons, puis l’attention chute. Ce n’est que partie remise, et le round d’observation ne durera que le temps de se rendre compte qu’il ne faut pas chercher ici les mêmes chansons que sur le premier album. Moins de blues déviant, d’éructations de piano, tout est ici plus lisse d’aspect. Comme si le potentiel de folie de Spencer Krug s’était entièrement exprimé chez les très bons et foldingues Sunset Rubdown. Mais ce n’est qu’une impression. C’est que le feu couve sous l’écorce. C’est ce qui crée cette tension unique qui les rend si bons. L’enfilade des trois morceaux qui commencent l’album est d’ailleurs assez exemplaire et démontre qu’ils reviennent en forme, et, écoute après écoute, on sent toute la ferveur sous-jacente. Il y a les groupes qui essaient de faire ressentir en montrant les signes d’une émotion. Et puis ceux qui arrivent à toucher juste. Peut-être pas à la première écoute, certes, mais on en vient à en redemander toujours plus. Comme chez Spoon dont la froideur minimaliste du groove est évoqué le temps de Fine Young Canibals.

Dans des genres différents, California Dreamer fait dans la dance déviante, genre dans lequel excelle Clap Your Hands Say Yeah. Mais avec un côté rock plus marqué qui renforce l’énergie. Il y a même une balade (An Animal In Your Care), puis une autre, placées en toute fin d’album. Comme souvent chez eux, c’est en prolongeant des morceaux déjà bons par un moment de bravoure instrumental (Language City) qu’ils font la différence, qu’ils affirment leur singularité. C’est aussi parce que des groupes comme Tapes ‘n Tapes ou Islands ont été moins bons dans ce registre que leur réussite apparaît comme précieuse.

Kissing The Beehive était le titre provisoire de l’album et cette pièce est parmi les plus consistantes. Repartant comme les meilleurs moments d’Islands (ou Sunset Rubdown d’ailleurs), elle étale ses dix minutes en toute liberté, accumulant les idées de riff, les montées en puissance sans se sentir obligée de s’affadir par moments pour renforcer les climax, terminant dans un maelström qui clôture impeccablement cet excellent album. On notera au passage la maitrise de l’interprétation. C’est d’ailleurs un de ces groupes que je brûle de voir en live.

Vous pouvez très bien passer à côté de cet album qui est un des meilleurs de l’année. Si j’étais vous, je ne le ferais quand même pas.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)