Accueil > Concerts

Kris Dane - Release Party - recyclart 11/06/2008

vendredi 13 juin 2008, par Paulo


A l’occasion de la sortie du second volet "Rise And Down Of The Black Stallion" de sa trilogie, Kris Dane donnait ce mercredi 11 juin une release party pour présenter la version live de ce nouvel album.

La vieille gare de la Chapelle était pleine et le public a été réceptif tout au long du concert d’une durée approximative de 1h30.

Toutes les chansons paraissent excellement construites et travaillées, très cohérentes sur l’ensemble. Quelques morceaux se dégagent par leurs côtés plus enlevés ou intenses, sans tomber dans la facilité.
Pour décrire le style de Kris Dane, on pourrait utiliser les références suivantes : Nick Cave, Thindersticks, Chris Isaak, Bod Dylan, jusqu’à Sinatra en reprise durant le rappel. Ajouter à cela, cette touche belge si particulière depuis dEUS (dont Kris Dane fut le comparse à l’origine) jusqu’à Ghinzu (guitariste sur Blow) en passant par des formations plus discrètes et expérimentales.

Kris Dane, au chant (un registre multiple), à la guitare et harmonica, était accompagné d’un second guitariste amenant âpreté et chaleur au son, d’une claviériste/choriste (clavier aux sonorités retro, peut-être un peu sous-employé), d’un bassiste/contre-bassiste (ce qui donne toujours un côté plus velouté) et de la talentueuse Catherine De Biasio (chanteuse du groupe Mièle) à la batterie et aux choeurs.

Mais ce qu’il faut retenir de cette soirée, c’est qu’il n’est pas nécessaire de connaître pour apprécier la musique de Kris Dane. A suivre donc.

ici, extraits en écoute...

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Factheory – Serenity In Chaos

    On avait déjà évoqué les musiques cold comme étant le pendant musical du cinéma de genre. Le groupe belge revendique d’ailleurs un statut d’artisans et d’amateurs dans l’acception de ceux qui aiment. Et on ne pourrait être plus exact. Mais n’allez pas en conclure que le résultat fleure l’amateurisme, ce n’est vraiment pas le cas parce qu’après une poignée d’EPs dont un qui avait capté notre attention, (...)

  • Peritelle - l’Ampleur des Dégâts

    Alors que les dossiers de presse font état d’un album qui n’existe que dans la tête de ceux qui le défendent, il est difficile de faire mieux que Un album de la presque-maturité où la mélancolie succède presque au second degré... Cela risque d’en faire pleurer plus d’un·e !
    Cette laconique présentation met le doigt sur ce qui fait la spécificité de Peritelle, ’presque’. Parce que c’est dans ces (...)

  • Isbells - Basegemiti

    Isbells avait toujours été associé avec une formation comme Marble Sounds. Les deux groupes ont partagé certains membres et étaient sociétaires du même et attachant label Zeal Records et pratiquaient des genres musicaux similaires. Si Marble Sounds a continué sur la même voie jusqu’au dernier album en date, Isbells semble prendre la tangente. Ils ont donc changé de label, de management et même de (...)

  • La Jungle – Blurry Landscapes

    S’il en est qui ne semblent jamais s’arrêter, ce sont bien les deux turbulents Rémy Venant et Mathieu Flasse. On se remet à peine d’Ephemeral Feast que voici déjà son successeur. Il faut dire que ces deux album ont été tous deux composés pendant les confinements. Un simple album de plus alors ?
    Pas vraiment parce qu’il y a ici une composante visuelle. Ils ont eu en effet l’idée de proposer à dix (...)