Accueil > Musique > 2008 > Shearwater - Rook

Shearwater - Rook

vendredi 27 juin 2008, par Marc

Priorité à l’humain


Les découvertes ne concernent pas uniquement les groupes qu’on ne connaît pas encore. De vieilles connaissances peuvent en effet réserver leur lot de bonnes surprises. Il y avait beaucoup de bonnes choses, et même d’excellentes sur Winged Life et Palo Santo mais aussi une intensité presque douloureuse qui empêchait de les écouter souvent en entier. Mes indigentes critiques de l’époque le mettaient en évidence. Mon morceau préféré restait My Good Deed, et il est toujours haut dans mon firmament personnel. Mais il faut bien se rendre compte qu’ils sont passés de cette délicatesse infinie à encore plus de charge émotive. On reste dans la ligne pourtant tout a évolué. Et ce groupe qui a la classe d’un Sixteen Horsepower ou d’un Radiohead (osons…) des grands jours vient de livrer un de mes albums favoris de l’année en cours.

Shearwater ne pratique pas exactement de la musique de douche si vous voulez mon avis mais les mélodies sont là et bien là, et les arrangements sont simples mais fouillés, tournant de plus en plus autour du piano, au détriment de la guitare qui régnait au début. Je dirais même complexes quand on écoute un Home Life et l’élaboration de sa réalisation.

Elégiaque est un terme qui pourrait bien s’appliquer à la musique de Shearwater. Certes, elle ne vous plongera pas dans des abimes de mélancolie (si c’était le cas, n’hésitez pas, consultez…), mais le timbre de Jonathan Meiburg, caractéristique et tellement touchant, ne semble pas taillé pour l’invitation à la danse. J’apprécie moins quand la voix de tête est utilisée sur tout le morceau (The Hunter’s Star), et l’emploi moins systématique de ce procédé est un des facteurs qui me font apprécier cet album plus que les autres.

L’album est plus facile à aborder que les précédents, mais avec plus d’allant (Century Eyes). Il n’en est donc que meilleur donc puisque l’intensité n’a pas faibli. On peut même dire qu’il est à la fois plus puissant et plus accessible puisqu’il peut chasser sur les terres du groupe frère Okkervil River. Et puis un album dont toutes les chansons sont bonnes, c’est un bon album n’est-ce pas ? Il y en a quand même certaines qui se hissent encore plus haut, comme Rook, mais malgré le nombre des écoutes, aucune n’est arrivée à me lasser. Parfois c’est juste lancinant, prenant, complexe tout en restant d’une remarquable compacité (Leviathan Bound). Ca pourra sans doute aussi bien satisfaire les écorchés fans de Radiohead (The Snow Leopard) que ceux qui ne se sont pas remis de la disparition de Jeff Buckley. Avec plus d’aspérité humaine cependant. A cette échelle, le pourtant bon The Hunter’s Star, qui relèverait pas mal de plaques en devient presque banal.

C’est une donnée qui est souvent perdue de vue par bien des groupes pratiquant un genre plutôt mélancolique. Ce n’est pas seulement en ralentissant le tempo et en coupant toute source d’énergie qu’on crée de l’émotion. En tombant dans ces travers, c’est même souvent l’ennui qui surgit. Cette pesanteur relative avait un peu déforcé les albums précédents. On n’a plus la complaisance lente qui constituait encore une partie de Palo Alto. Au contraire, il y a toujours une montée en réserve (le pourtant court Lost Boys), un maniement de la caresse et de la claque qui risque de provoquer des surprises pour ceux qui croient en l’absolue douceur d’On The Death Of The Waters qui ouvre l’album et vous aidera à tout de suite savoir si cet album vous retournera autant que moi. On a même droit à un intermède instrumental plutôt bruitiste mais qui aide à maintenir la tension (South Col).

Pour ceux qui voudraient voir ce groupe en direct, ils ne seront malheureusement pas à Dour parce qu’ils vont assurer quelques premières parties de Coldplay. Espérons qu’ils pourront toucher un plus large public, eux qui évoluent des kilomètres au-dessus de la bande à Chris Martin.

L’évolution de Shearwater est d’une linéarité si évidente qu’on ne peut qu’attendre le prochain album qui poussera le bouchon encore plus loin. Le palier atteint sur ce Rook en fait cependant déjà un des albums les plus remarquables de ces derniers temps. C’est rare qu’un album qui pourrait être si mélancolique produise autant d’euphorie addictive.

Un mp3 de Rook est disponible sur le site de Matador

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Shearwater - Rooke 27 juin 2008 16:48

    ok va falloir que vous me filiez ça aussi mr Mineur !

    repondre message

    • Shearwater - Rooke 18 octobre 2009 10:53, par le cousin de la dame de trêfle

      SHEARWATER égal à lui même, la Grande Classe ...
      Vu il y a 2 ans à ROUEN, en première partie (!) des inconsistants HERMAN DUNE ...
      Dans le même registre du "n’importe quoi", j’ai vu ALELA DIANE en première partie de YAEL NAÎM (cherchez l’erreur) ;
      il leur en faut - de la modestie- pour accepter celà ...
      ,

      repondre message

      • Shearwater - Rooke 19 octobre 2009 20:28, par Marc

        Le choix des premières parties et des têtes d’affiche est un vaste débat. Les heures de passage dans les festivals aussi... Tes exemples sont éloquents mais on doit en avoir d’autres en cherchant bien.

        repondre message

  • Get Well Soon - Amen

    Avec 17 ans de bons et loyaux services, ce site a forcément vécu bien des découvertes d’artistes à leurs débuts. Certains ont filé à travers les filets lâches de la mémoire, d’autres sont restés vissés en permanence dans le champ des radars. Evidemment le groupe allemand Get Well Soon fait résolument partie de la seconde catégorie. On a suivi de très près leur évolution, concert après album. On sait aussi que si ce sont d’excellents musiciens (sept au dernier comptage), Get Well Soon est surtout le projet de (...)

  • Lana Del Rey - Blue Banisters

    Les albums de Lana del Rey se succèdent à une telle vitesse qu’il n’est plus vraiment nécessaire de replanter le décor. Il ne s’est écoulé que sept mois depuis le précédent. Ce rythme de publication permet d’essayer des choses. Evidemment, le risque de dispersion est réel mais on ne doit rien déplorer dans ce secteur non plus. Notons aussi qu’un bon tiers de ces morceaux ont été composés il y a quelques années.
    Cette fois-ci elle s’est non seulement libérée des concerts qui ne sont pas son mode (...)

  • PLEINE LVNE - Heavy Heart

    Faut-il remplacer les artistes, leur trouver à tout prix des substituts ? Non évidemment, ce serait négliger leur singularité. Pourtant, on peut trouver dans une découverte le prolongement de ce qu’on a autrefois aimé ailleurs. Ne tournons pas inutilement autour du pot, le Lyonnais Nicolas Gasparotto nous ramène immédiatement auprès du regretté Nick Talbot (Gravenhurst) et il va de soi que c’est une proximité qui fait plaisir. C’est est presque troublant.
    Que la guitare soit seule (Foudre) ou (...)

  • Low Roar - Maybe Tomorrow

    Le plaisir de la découverte est une chose, celui des retrouvailles régulières en est une autre, tout aussi délectable. En dix ans, cinq albums et autant de retours, Ryan Karazija nous a toujours convié chez lui, dans une ambiance intime mais jamais fragile.
    On aime en effet le spectaculaire quand il ne semble être qu’un produit dérivé, pas l’objet d’une attention forcée. Et spectaculaire, David l’est indéniablement. Cette façon permet de se laisser surprendre par les lents soubresauts de Hummingbird (...)