Accueil > Musique > 2008 > The Ting Tings - We started Nothing

The Ting Tings - We started Nothing

vendredi 4 juillet 2008, par Fred

Sain et rafraichissant


Trouver le nom d’un projet musical ne doit pas être la moindre des choses. Le nom Ting tings, plutôt bizarre au premier abord, à la réflexion n’est finalement pas plus incongru que  !!! , par exemple... En plus il parait que ça veut dire "écouter" en chinois.

Les Ting Tings, ce sont Jules and Katie, deux Anglais de Saltfort qui ont décidé de nous faire reprendre de la pop anglaise à la louche.
Bon, quand je dis pop anglaise, je vous vois déjà sourciller en pensant à James Blunt ou à Kylie Minogue.
(NDLR : Minogue pour laquelle Calvin Harris a produit "In my Arms". Un beau succes, largement meilleur, que son album "I created disco" qui se limitait à deux singles et ... du remplissage.).
Permettez que je reprenne après cette interruption intempestive.
Rassurez vous donc, pas de pop larmoyante ou de discouille :
Les Ting Tings font revivre l’esprit festif des 90’s comme les Pipettes avaient ravivé nos souvenirs des 60’s.

L’album s’ouvre sur Great DJ et That’s not my name qui font tous deux penser à des versions "sucrées", moins urgentes de The Kills, avec le groove punk-rock caractéristique et les performances vocales à l’appui.

Petit délire abstrait, façon "Ceci n’est pas un pipe", les paroles Traffic light font sourire :
"don’t you be a traffic light/with all things said/you turn to red/don’t you be a traffic light ". C’est frais, c’est pop, c’est rafraichissant.

Dans la suite on epinglera Be the one avec son son totalement new wave. La section basse-batterie et le clavier ont d’ailleurs du être exportés du studio de repet de New Order ! L’ensemble comporte également des consonnances à la Blondie.

En certaines occasions, heureusement rares, les voix sonnent un peu "girls band", mais sur la longueur c’est largement compensé par les beats et les mélodies catchy (mais pas mièvres pour autant).

Dans la fin de cet album, Impacilla Carpisung est amusant, dans un veine plus hip-hop qui rappelle les dernières élucubrations de Gwen Stefani ou qui pourraient parraître inspiré par le travail de M.I.A.

Pour terminer ma tournée des références, we invented nothing qu’on croirait être une parodie de PJ Harvey est tout à fait à coté de la plaque. Désolé, pas de pitié, je zappe la plage.

On ressent bien tout au long de cet album le plaisir que ces deux Anglais ont pris à le réaliser. Ce plaisir est évidemment communicatif. C’est joyeux, c’est bien fait et c’est dans l’air du temps sans se vouloir commercial ou aguicheur.
De la pop "saine" si je puis la qualifier ainsi. Une denrée qui se fait rare et qu’on vous conseillera de consommer rapidement !

Pour conclure, ça vous intéresse un myspace avec des extraits ? Bien sur, voici donc

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières saisons de The Voice Belgique que Florent a visiblement remporté en 2015. Ne pas savoir ce genre de choses (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il fallait pratiquer la langue de Tatcher pour maintenir le cap pop. S’ils revendiquent que leurs influences (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs nouvelles aspirations pouvant ainsi s’incarner sur le plus sautillant sur Disorder qui repose comme presque (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien en famille donc.
    Fort logiquement, leur physique de publicité de mode leur a valu de tourner dans les (...)