Accueil > Musique > 2008 > The Rural Alberta Advantage - Hometowns

The Rural Alberta Advantage - Hometowns

mardi 8 juillet 2008, par Marc

Ecoutez sans préjugés


Une question qui m’est parfois posée veut savoir comment je trouve des nouveaux groupes. Rien de plus facile. Vous prenez un blog dont presque tout vous plait. Vous trouvez un groupe canadien autoproduit, vous cherchez à en savoir plus et vous en lisez du bien. Trois écoutes intégrales plus tard, votre encyclopédie de l’indie du pays des caribous a gagné un article et voilà quelques chansons en plus à refiler au chausse-pied à votre entourage. C’est en tous cas une des démarches que je préfère. Un peu pour le plaisir d’être le premier sur la balle, il faut bien l’avouer, mais aussi parce qu’aborder un groupe sans rien en connaitre, sans en avoir entendu une note ni de véritable commentaire donne une liberté précieuse. Et quand l’album en question est rempli au moins pour la moitié de très bonnes chansons, on touche à un plaisir rare.

Une fois n’est pas coutume, ce n’est ni de Montréal ni de Toronto pas plus que de Vancouver que vient ce nouveau groupe. Et contrairement à une coutume bien établie dans le monde de la musique, le nom du groupe donne des indications crédibles sur sa provenance. C’est donc une bande du fin fond du Canada qui nous livre ce Hometowns.

La musique, comme on aurait pu le prévoir, est de l’indie canadien à l’état brut, avec chant brut de décoffrage, voix féminine en renfort, rythmique incendiaire mais, disons, peu disco, une volonté d’en découdre de tous les instants. Il y a sur cet album autoproduit, une volonté de tout renverser à coups de pop-songs faciles qui leur donne une intensité qui m’a un peu manqué chez leurs compatriotes des New Pornographers. C’est cette relative sècheresse du son, l’effacement d’une batterie souvent survoltée qui donne la touche artisanale qui me plait tant mais empêche sans doute une large diffusion. Quand j’aurai évoqué la folie qui pousse parfois un Modest Mouse au-delà d’eux-mêmes ou la délicatesse des prometteurs Ra Ra Riot, le décor sera planté et à ce stade-ci, ceux qui ont survécu aux trois premiers paragraphes devraient en savoir plus sur leur envie de s’y frotter.

Dans le détail, il a été précisé qu’il y a de bonnes chansons. Sans quoi je n’essaierais même pas de faire passer mon enthousiasme. Tout commence fort bien avec The Ballad of RAA. Ces l’exercice qu’ils maitrisent le mieux, celui des comptines speedées avec voix mixtes et mélodie aux petits ognons comme Don’t Haunt This Place, The Four Rider ou Frank AB qui dégagent de l’intensité. Pour le reste, il y a un bouillonnement d’énergie, que ce soit dans une veine plus traditionnelle avec Rush Apart (qui ne décolle pas vraiment mais c’est pas trop grave) ou dans le pogo rural (The Deadroads). On retiendra donc un abattage à la Modest Mouse (The Deathbridge In The LetBridge) et l’album est parfois survolé par le spectre des glorieux anciens des Violent Femmes, même si le tout est plus festif, mois cérébral et torturé dans le genre que disons, Tapes ‘n Tapes. Si les sons de guitare se cantonnent à l’acoustique, ils se calment parfois le temps d’un mid-tempo (The Air) ou s’énervent et c’est plus brouillon (Luciana). Dernière référence avant de vous lâcher, l’excellence du songwriting n’est évidemment pas la même mais on peut retrouver des traces de Decemberists (In The Summertime).

Vous l’aurez compris, The Rural Alberta Advantage est un groupe de plus dans une catégorie déjà bien présente dans nos colonnes. Ce qu’ils ont pour eux et qui pourrait vous intéresser, c’est une collection de morceaux galvanisants, cette sensation de skier dans de la poudreuse vierge, et un éloignement provisoire de tout phénomène de buzz. Il est trop rare de tomber aussi facilement dans le piège d’une pop sans complexe et sans prétention pour laisser passer cette chance.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

4 Messages

  • The Rural Alberta Advantage - Hometowns 13 juillet 2008 19:28, par Simbas

    Salut Marc,
    Aura-t-on ton compte-rendu des Ardentes ici ou là qu’on puisse savoir ce que tu as aimé ou pas mais surtout pour avoir un avis différent, pas aseptisé (comme dans les journaux) mais pas grincheux non plus ;-)
    a+

    repondre message

    • Bonjour,
      L’article est en cours d’écriture et arrive très bientôt. Ni complaisant ni grincheux. J’espère du moins...

      repondre message

      • The Rural Alberta Advantage - Hometowns 7 juillet 2009 12:54, par Mmarsupilami

        Ce remarquable album - un des meilleurs de l’année 2008 dans mes notes aussi- est chroniqué aujourd’hui par Pitchfork qui lui donne un huit/10.

        Le 7 juillet 2009 ! Un an moins un jour après Esprits Critiques ! Alors qui c’est qui fait les buzz indie ?

         ;-D

        Voir en ligne : Blog

        repondre message

        • The Rural Alberta Advantage - Hometowns 9 juillet 2009 10:58, par Marc

          Ho dingue, comment ça se fait qu’ils ne se réveillent que maintenant ? Espérons que ces sympathiques Canadiens auront le succès qu’ils méritent !

          Pour une fois, on a eu raison trop tôt. C’est amusant en tous cas. fresh sur Pure Fm à la rentrée ?

          repondre message

  • Metric – Fromentera

    Il est troublant de noter le retour de Metric quelques semaines après celui de Stars. On associe mentalement les deux groupes de Toronto parce qu’ils sont contemporains, que les chanteuses ont toutes deux participé à des albums de Broken Social Scene et surtout parce qu’ils ne nous ont jamais vraiment déçus.
    On sait tout de suite qu’on ne le sera pas cette fois-ci non plus grâce à Doomscroller. Leur caractéristique, c’est la tension de toute façon et elle est bien là. Ajouter des beats sans tomber (...)

  • Spencer Krug - Twenty Twenty Twenty Twenty One

    Même s’il y a eu quelques années fastes, même Jean-Louis Murat ne se montre pas aussi productif que Spender Krug. Lui qu’on a croisé avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lake et Moonface avec ou sans Siinai officie depuis l’an passé aussi sous son propre nom. Fading Graffiti n’avait pas laissé un souvenir impérissable. Mais connaissant le bonhomme, on savait qu’il ne faudrait pas attendre longtemps pour qu’il nous revienne en meilleure forme. Et disons-le d’emblée, c’est le cas ici
    Sans doute que le (...)

  • Stars – From Capelton Hill

    On a toujours eu besoin de Stars. Que ce soit conscient ou non. Ce n’est pas un appel impérieux, non, mais chaque livraison nous fait replonger. Issus de la grande vague canadienne du début du millénaire, ils s’en distinguaient un peu en tempérant l’indie héroïque du temps par une pop rêveuse mais toujours directe.
    C’est quand ils chantent tous les deux qu’on a leurs moments les plus caractéristiques. Et on aime cette douceur, cette mélancolie qui enveloppe Back To The End, la très belle mélodie de (...)

  • Arcade Fire - WE

    On ne va pas refaire inlassablement le match mais il faut quand même rappeler que la suite des trois premiers albums qui se sont imposés comme des classiques a vu le super-groupe de Montréal produire un album copieux et inégal qui comportait ses fulgurances puis un exercice plus cohérent mais qui restera comme un point noir de leur discographie. Peu de morceaux surnagent d’Everything Now et la très Abba-esque plage titulaire est quand même loin des standards de ce qu’on a aimé chez eux. Ils (...)