Accueil > Musique > 2008 > Beck - Modern Guilt

Beck - Modern Guilt

vendredi 8 août 2008, par Marc

Soleil gris


S’il en est un qui a bien compris qu’on ne l’attendait plus au tournant et qui profite de sa liberté, c’est bien Beck. Après un copieux The Information, avec morceaux nombreux, stickers et vidéos, voici la version très courte de 33’ montre en main et sans matière grasse inutile. C’est sans doute aussi le plus monomaniaque des albums du Californien. C’est une certaine pop psychédélique qui est convoquée. Fini donc le feu d’artifice entre les genres qui faisait sa spécificité. Mais le ton général est assez sombre, ou plutôt gris.

Les premières écoutes ne permettent pas de déterminer de titres plus forts, ce qui est le signe d’un album qui repose sur la constance dans la qualité. Les suivantes s’attarderont sur Walls par exemple. Avec le renfort de caisses claires réverbérées, d’une ligne mélodique limpide, c’est le moment fort de ce Modern Guilt. Notons déjà que le tempo n’est pas nécessairement à la traine avec des morceaux comme Gamma Ray. Mais il peut aussi enchainer en douceur un nerveux Profanity Prayers et le plus langoureux Volcano, manifeste de l’album qui le clôture sur un mode inspiré mais torturé. En chemin, on aura aussi succombé au surprenant Replica, à la rythmique très syncopée. J’ai pensé à la voix de Morphine pour Soul of a Man qui promène des riffs épars de guitares rugueuses.

Mais il y a aussi et surtout des chansons franchement éthérées comme Chemtrails, et sa voix sous-mixée qui peut ramener les moins jeunes à leurs souvenirs de Stone Roses ou autres Spiritualized. C’est donc d’un psychédélisme de bon aloi, engagé et se termine dans un déluge de guitare qui ne peuvent que faire penser à Radiohead. Ce qui est paradoxal vu que ce n’est plus le sorcier Nigel Goodrich, partenaire habituel de la bande d’Oxford, qui est aux manettes comme sur The Information mais Danger Mouse (moitié de Gnarls Barkley et ayant produit The Good The Bad and The Queen ou autres Rapture). On le sent dans nombre des arrangements et dans le caractère très peu sec de morceaux qui reposent pourtant sur des riffs. Il en résulte une inventivité jamais prise en défaut.

Même s’il faut avouer que cet album glisse littéralement dans l’oreille après les premières écoutes, il marque en douceur et finit par s’imposer par sa cohérence de style. Beck dans un registre léger mais désabusé, dépouillé de tout artifice festif (hip-hop rural, etc…) réussit son pari de rester intéressant. Ce n’est donc pas une enfilade de perles de dancefloor ni une ingéniosité de tous les instants, mais le Californien arrive à marquer de sa personnalité une musique légère et enlevée mais teintée de gris, aux tendances psyché mais sans exubérance.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)