Accueil > Musique > 2008 > Broken Social Scene presents Bendan Canning - Something for All of (...)

Broken Social Scene presents Bendan Canning - Something for All of Us

lundi 4 août 2008, par Marc

Un pas de côté pour mieux voir


Broken Social Scene poursuit ses présentations. Après Kevin Dew, c’est l’autre membre fondateur Brendan Canning qui nous est proposé. Vu la qualité et le nombre des collaborateurs (19 répertoriés au long de la discographie) du collectif canadien, il y a encore de nombreux grands moments en perspective.

Je n’avais pas compris Broken Social Scene. Accroché à un Arcade Fire par exemple comme je l’étais à l’époque, j’y ai trop cherché ce qui ne s’y trouvait pas. Depuis, je me suis familiarisé avec leur étrange discographie, faite de morceaux un peu rock, un peu pop, mêlés dans un mur du son épais plutôt que sagement apposés dans le temps. C’est en effet la touffeur du son qui caractérise le collectif. On retrouve de ces éléments chez leurs copains de Metric, Stars ou Do Make Say Think mais tous ces groupes, différents par bien des aspects, dissocient le son du propos. Pour faire respectivement (en caricaturant un brin), de l’electro-pop, du pop-rock ou du post-rock jazzy. Pourquoi tant de références au groupe de base de Brendan Canning ? Parce que d’une certaine manière, en ajoutant un peu de légèreté et de nervosité à cet album, il permet de mieux comprendre BSS. Et, dans la foulée, de sortir un album qui me plait plus que les sorties collectives.

Je n’ai pas pu m’empêcher de penser au dEUS récent sur Something for All of Us, Possible Grenade ou Hit The Wall. Cette même tension, cette même voix un peu effacée mais à la nervosité rentrée. Le dernier cité se permet même un abattage qui manque à beaucoup de Broken Social Scene et une folie qui a un peu quitté nos compatriotes. Ce sont les principaux hauts faits de cet album auxquels il faut bien associer la réussite d’un groove, ce qui ne semblait pas gagné, le funk copieux n’étant pas la qualité de base. On n’en applaudit que plus Love Is New.

Parfois plus abstrait (Snowballs and Icicles) et plus proche d’un psyché-folk ou weird-folk (les noms qu’on prête à ce qui est du folk de drogue en fait) qu’ils ont finalement précédé. La conjonction mid-tempo/voix floues est moins convaincante sur Antique Bull ou Been At it So Long. Je préfère l’énergie d’un Possible Grenade dont le chorus est imparable aux pauses instrumentales qui ne se justifient que dans le contexte de l’album.

Aussi varié qu’un album de BSS, ces exercices apparaissent plutôt comme des albums de BSS dont on aurait confié la direction à un des membres. On pourrait même inverser l’ordre du titre et parler de Brendan Canning presents Broken Social Scene. C’est de peu d’importance car ce bon album peut à la fois officier en tant qu’introduction ou complément indispensable à la discographie du vaisseau amiral d’Arts and Crafts.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)