Accueil > Musique > 2008 > The Streets - Everything is borrowed

The Streets - Everything is borrowed

lundi 13 octobre 2008, par Fred

Is it all over yet ?


Fondu enchainé. Flash back : 2002, arrive sur nos radios, la voix de The Streets, nom de scène d’un jeune anglais à l’accent cockney à couper au couteau. Sur des beats garage et 2-step, ce geezer de la banlieu de Birmingham raconte la vie, les sorties et le désarroi des jeunes anglais.

Apès le quasi pamphlétaire Original Pirate Material, Skinner nous aura donné son "homme à la tête de chou", son album concept A Grand don’t Come for Free. La qualité musicale soutenue par une production plus aisée et la narration intelligente élargissent encore son public et gagnent le respect des critiques.

Le dernier album en date, Hardest way to make an easy living, nous dépeignait un Mike parvenu mais toujours pas mature se débattant avec les problèmes inhérants à la célébrité et aux abus liés.
Le pathétique et le réjouissant se croisaient avec un recul qui présageait une remise en question salvatrice et profonde.
Difficile d’éprouver de l’empathie pour les problèmes d’une star à la dérive. Si bien que cet album se revèlera inférieur aux deux précédents, tout en restant amusant.

Retour au présent : 2008, Mike Skinner sort son 4eme album sous le nom de the Streets.
L’homme et la musique ont murri.
Comme sur les précédentes productions, le talent de Mike Skinner est d’imposer une véritable personnalité à un hip hop souvent caricatural. A celà s’ajoute sur cet album un éclectisme musical remarquable, on passera d’ambiance jazzy sur I love you more, à une marche sur the way of the Dodos, à un air de Mandoline façon série télé des 60’s sur On a flip of a Coin.

On est à nouveau inviter à tendre l’oreille et nous intéresser aux paroles, celles-ci sont toujours aussi bien sentiées, réfléchies, sensées et parfois touchantes.
Question de locution ou d’accent, mais Skinner m’a toujours paru beaucoup plus compréhensible que la plupart de rappers US.

Sur les loops de cuivres de Everything is borrowed, Mike ouvre sur une note positive et fait le tour de la question de manière philosophique : "I came to this world with nothing, I’ll leave with nothing but love. Everything else is borrowed". Une morceau qui travaille les méninges et donne la pèche, un peu à la manière Just Jack, ou du Try to stay positive sur Original Pirate Material.

The Escapist décrit les images maritimes vers lesquelles Mike s’évade pouré chapper à la vie urbaine. 5 minutes de détente downtempo agrémentées de cordes délicates, de leads délicats de guitares.

On the edge of the Cliff aborde le sujet du suicide de biais. Quelques lignes données en conseil au candidat suicidaire iront compléter la philosophie du bon sens populaire : "For billions of years since the outset of time
Every single one of your ancestors survived
Every single person on your mum and dad’s sides successfully looked after and passed onto you life
What are the chances of that, like ?
It comes to me once in a while
And everywhere I tell folk it gets the best of smile".

On hésite entre trouver ça naif ou formidable (pourquoi les vieux qui passent sont-ils toujours de si bon conseils ?), mais au final la chanson marche.

Sur chaque Opus, The streets a réussi à sortir au moins un morceau pour les clubs anglais, un arme imparable pour DJ, de la pure matière à remix.
Le successeur de blinded by the lights et de Weak become heroes se nomme Heavens for Weather. On retrouve le loop de piano, une rythmique batterie/tambourin ainsi que des sirènes à la mode rave : festif en diable. Le refrain que n’aurait pas renié les Kaizer Chief est fait pour être repris en choeur par la foule ébréchée :
"I want to go to heaven for the weather
But hell for the company
I want to go to heaven for the weather
But hell seems like fun to me"

Il est temps enfin de se réveiller avec the Way of the Dodos. Le beat se durcit pour tourner à la marche et le flow s’accélère pour s’approcher de celui de Dizzee Rascal.

Au final, ce qui pourrait passer au final pour un très bon album de hip hop, parrait en fait moyen de la part de Skinner.
Skinner ne fera jamais un autre Original Pirate Material, il faut nous rendre à l’évidence. Mais il aura réussi à marquer une époque et avec cet album - si c’est son dernier comme certains l’ont annoncé- à tirer sa révérence de belle manière avant de passer à autre chose. Que ce soit le cinéma ou la production, on sera de toute façon les premiers à le suivre dans ses prochains délires.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)

  • Dum Dum Girls - Only in Dreams

    Critique dialectique (le retour)
    Ce texte fait suite (et probablement fin) à un précédent dialogue imaginaire paru il y a un an. – Tiens, salut. Ça fait longtemps, dis donc.
    – Bof, pas tellement. C’était l’année passée, tu te souviens ? On avait discuté du cas Best Coast, je crois.
    – Pfiouuuu... un an seulement ? J’ai l’impression que ça fait une éternité, moi, qu’on s’emballait pour cette vague de combos rétro-pop agrémentés à la sauce garage.
    – Bah, ça reste plus ou moins d’actualité : t’as vu que les (...)

  • Baby Fire - No Fear

    Au Feu !
    Parmi les gens qui ont mon respect indéfectible, je compte ceux qui ont le courage de lancer des structures, des labels pour que des artistes aient la chance de trouver leur public. Dans les cas de proximité, citons, parce que c’est bon, Jaune Orange, Depôt 214, Spank Me More ou Cheap Satanism. Quand une production de ces derniers arrive sur la platine, on se doute que ça ne sera pas mièvre et ronronnant.
    De mièvre il ne sera pas question puisque le rock abrasif et nerveux du duo (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • The Eighties Matchbox B-Line Disaster -Blood & Fire

    Mission from God
    Formé en 1999 et originaire de Brighton, The eighties Matchbox B-Line Disaster pratique un style qualifié de psychobilly, une sorte de heavy rockabilly d’allumé total. Après deux LP sortis en 2002 et 2004 (l’excellent “Horse of the dog” et le magnifique “The royal society”), le groupe mené par le chanteur Guy Mcknight perd sa maison de disque et reste dans un silence total pendant trois ans avant de sortir un EP bricolé avec les moyens du bord et sans maison de disque (In the (...)