Accueil > Musique > 2008 > High Places - High Places

High Places - High Places

lundi 6 octobre 2008, par Marc

Au revoir Animal


Suivez Pitchfork qu’ils disaient. Leurs critiques, souvent très brillantes, manquent parfois de précision quand ils parlent de groupes que vous ne connaissez pas. Mais je me suis frotté à High Places et j’ai aimé ça comme vous allez le voir.

Peut-être que je m’avance un peu, mais c’est un peu ce son éthéré, composé de plusieurs couches, flottant, très difficile à décrire avec des mots mais facile à reconnaître à l’écoute (cette impression de bandes tombées dans la lessiveuse) qui est le son de ces dernières années. Quand les mélanges les plus dingues sont tentés et que de nouvelles niches apparaissent tous les jours sans que les anciennes ne disparaissent, voilà ce point de ralliement sonore, de Panda Bear à A Sunny Day In Glasgow, d’Atlas Sound à El Guincho, d’Animal Collective à Grizzly Bear. Enfin tout ce qu’on envisage sous le nom de weird folk, psyché-folk et autres étiquettes aussi imprécises que peu éclairantes. Si ces noms vous enthousiasment, vous vous devez de découvrir ceci. Si ce n’est fait évidemment, je n’ai pas des masses anticipé sur ce coup-là.

Ma première impression, c’est Au Revoir Simone qui chante pour Animal Collective. C’est qu’ils sont deux à la confection de ce premier album complet après une compilation de morceaux sortie cette année également. C’est revendiqué comme fait à la maison et les diverses sources sonores triturées proviennent parfois d’ustensiles usuels. Et la voix féminine est assez charmante, faussement naïve. Elle apporte la touche d’humanité nécessaire et les mélodies qui rendent ces chansons plus accessibles que bien d’autres productions du genre. L’incroyable tension du dernier album du trio de Brooklyn est moins présente certes mais j’oserais faire écouter ceci à plus de monde.

Parce qu’il y a plus de vraies mélodies et la voix n’est pas trop trafiquée (elle peut l’être beaucoup cependant comme sur Golden). Pour le reste, il y a cette pulsation paradoxale des musiques bidouillées. Ca ne sera jamais dansant au premier degré. Remixer ça en ajoutant des basses binaires, n’y pensez même pas. Quoiqu’il faudrait essayer pour être certain. Je vous propose Gold Coin si l’exercice vous tente. On approche parfois l’abstraction (Vision’s The First…) mais sans jamais tomber dans l’expérimental pur, plutôt dans la recherche du point ultime où on peut amener un morceau. Comme de bien entendu, il y a les incontournables morceaux instrumentaux (You In Forty Years, Papaya Years). Bien évidemment, si vous tombez dessus par hasard lors d’un shuffle des 10000 morceaux de votre ipod, vous aurez des surprises.

Bon, qu’est-ce qui pourra vous pousser à essayer à les écouter ? Le talent, assez bêtement. Une fois admises les hypothèses sonores de base, et d’autant plus facilement que les noms cités ici vous sont familiers, on entre très facilement dans cette musique aux contours flous, ou les notions de refrain ou couplet sont un peu abandonnées au profit d’une approche qui s’apparente à certains titres electro, où la voix vient renforcer sans phagocyter le reste (cas de la dance honnie). The Tree With Lights In It par exemple pourrait s’envisager à la sauce electro-pop. Mais non, c’est dans leur façon tellement particulière qui a été choisie. Et on peut s’en réjouir. Parce que c’est d’une désarmante efficacité. Parce que parfois, il y a un Golden qui s’énerve tout seul, comme ça, sans raison, du haut de ses deux minutes. Ou alors on se retrouve pris dans leurs filets sans avoir rien vu venir (Namer).

Au risque de me répéter, quand une musique est aventureuse mais à volonté de plaire vite, des morceaux courts et pas trop nombreux c’est l’idéal. On n’a pas le temps de se lasser et de toute façon leur singularité n’a pas besoin de temps pour éclater au grand jour. Laissez quand même passer le temps de quelques écoutes pour que ça infuse bien.

Encore une fois, il faut distinguer l’objet de l’intention et le résultat. Comme bon nombre de ses coreligionnaires, le résultat est assez convaincant sans pour autant laisser beaucoup de place à l’analyse. De plus, le plaisir d’écoute croit exponentiellement avec le nombre d’écoutes. Si vous êtes prêts à aborder un album pop (morceaux courts et mélodies envisageables), lumineux, mais pas toujours transparent, vous avez de quoi faire ici. Si pour vous, l’héroïsme, les rythmes binaires ou les passages à la radio sont indispensables, fuyez.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)