Accueil > Critiques > 2008

The Acorn - Glory Hope Mountain

samedi 29 novembre 2008, par marc

Gloire espoir et montagne au Canada


Après les camions entiers de groupes indispensables de Montréal et Toronto, voici donc une production d’Ottawa. Mais qu’est-ce qui flotte dans l’air du Canada ? Ce second album de The Acorn est basé sur la vie de Gloria Esperanza Montoya (d’où le titre je présume), la mère du chanteur Rolf Klausener, sur ses expériences au Honduras et son émigration au Canada. L’impression que ça donne est un peu éloigné d’un album concept, on parlera juste d’un fil rouge, dans une narration proche de ce que peuvent offrir les Decemberists. Avec, comme le formidable groupe de Portland, Oregon, une difficulté de pouvoir les classer. Tant mieux finalement. On utilisera donc le terme de folk un peu par défaut, un peu pour les thèmes, un peu pour certaines orchestrations acoustiques, très réussies et dans l’air du temps de ces groupes qui nous agitent, de Port O’Brien à Department of Eagles.

Le premier morceau (Hold Your Breath) montre d’abord une face lente qui ne capte pas encore l’attention, avant de franchement éclater. C’est donc un début plus qu’engageant qui donne envie pour la suite. C’est dans ces moments-là qu’on sait pourquoi on les écoute, tout comme pour la fin instrumentale de Flood Pt. 1, avec ses airs légers, ensoleillés, ses percussions, ses voix en fond qui sont une vraie réussite. Nous avons d’ailleurs été gâtés en soleil musical cette année et en voici encore un brillant exemple.

On continue avec Crooked Legs intense qui repose sur le même principe d’une ballade languide qui prend ses aises, chope des instruments au passage et termine dans une luxuriance un peu débraillée qui confère à l’ensemble une intensité complètement dénuée de prétention. Ce sont sur ces morceaux-là qu’ils donnent leur meilleure mesure, à l’exception d’un Low Gravity et son arpège nerveux qui lance une des plus impressionnantes machines de l’album.

Après ce début d’album vraiment impeccable, avec des morceaux qui prennent leur temps pour installer des ambiances, on a une suite un peu plus conventionnelle. Qui reste bonne quand il n’y a qu’une guitare acoustique et une slide sur Oh Napoleon. C’est plus classique aussi. C’est d’ailleurs cet aspect qui prévaut souvent. Mais même dans ces cas-là ce n’est jamais ennuyeux, juste moins brillants que les meilleurs moments qu’on évoquait. Et même si on a des morceaux moins passionnants (Even While You’re Sleeping), voire des instrumentaux plus psychédéliques mais pas indispensables (Sister Margaret) et si on pense que c’est parfois c’est un peu trop de gentil (Plateau Ramble), l’ensemble tient remarquablement la route et est assez subtil pour se dévoiler progressivement.

La voix est assez proche de celle de David Byrne (spécialement sur Flood pt.1), ce qui constitue une semi-originalité. Et il n’y a une voix féminine que sur le final Lullaby (Mountain) et elle fait un peu penser à celle de Marissa Nadler.

J’aime particulièrement la rythmique, toujours un peu décalée, avec autre chose que des grosses caisses et caisses claires. C’est cette originalité (toute relative dans l’absolu) qui les distingue, et, à l’instar d’un Port O’Brien par exemple, les rend plus qu’intéressants. Et à l’heure où je découvre plusieurs groupes simultanément, c’est appréciable.

Alors qu’une bonne moitié de l’album fait dans l’acoustique simple, souvent inspiré mais un peu classique, l’autre pan est plus échevelé, ébouriffant, intense, et, partant, plus intéressant. La juxtaposition constitue en tous cas une réussite, dans le genre de ces groupes denses du Canada qui nous plaisent tant.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Boeckner – Boeckner !

    Les carrières de Spencer Krug et Dan Boeckner n’en finissent plus de se croiser. Ainsi, après Wolf Parade (leur groupe commun), Handsome Furs, Divine Fits et Operators, le voici qui utilise également son nom pour la suite de sa carrière (solo). On a beau retrouver un univers musical très familier, ceci n’est pas exactement identique à ce qu’on lui connait déjà.
    Il faut dire aussi que si Moonface (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)

  • Spencer Krug - I Just Drew This Knife

    Les choses sont sans doute un peu plus simples depuis que Spencer Krug officie sous son nom propre mais ce n’est pas ça qui a ralenti sa légendaire productivité. Pour jeter un peu de confusion tout de même, il reprend la route avec Sunset Rubdown...
    La transition de Moonface à Spencer Krug s’est faite en même temps que son apparition sur Patreon. En gros, c’était le versant plus personnel, distillé (...)

  • Metric – Fromentera II

    En général, la productivité d’un.e artiste croit rarement avec les années. Mais il y a des exceptions. Alors que leur rythme était plutôt d’un album tous les trois ans, Metric livre déjà un successeur au Fromentera sorti l’an passé. Il se présente d’ailleurs comme le second volet d’un dyptique. La premier nous avait d’ailleurs laissé une impression très favorable, avec en exergue un dantesque Doomscroller (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • Villagers – That Golden Time

    Villagers, c’est quinze ans d’intense délicatesse. Le projet presque solo de Conor O’Brien nous a depuis longtemps habitués à osciller entre une vraie délicatesse et plus d’ampleur. Celui-ci est franchement évanescent en première écoute, d’ailleurs j’étais un peu passé à côté pour être honnête. Il peut se faire plus lyrique, on le sait.
    Mais même sur Truly Alone, la subtilité est là, avec son petit clavier (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Dan San - Suite

    On se doutait bien à l’écoute de l’excellent Grand Salon que l’évolution de Dan San n’était pas temporaire. En clair, ils ont un plan. Rappelons que pour les autres envies, les membres font aussi partie de formations comme The Feather, Pale Grey ou Condore. Donc, quand ils reviennent au camp de base, c’est pour se donner les moyens de converger ensemble vers un style identifiable. La mise en son est (...)