Accueil > Musique > 2008 > Frank Riggio - Anamorphose

Frank Riggio - Anamorphose

mardi 23 décembre 2008, par Paulo

The Tobin Replica


Résumons, j’avais déjà introduit le travail de Frank Riggio dans la critique de son premier album Visible In Darkness l’année dernière, et tenté de décrire son univers, de pister ses influences parmi les Cinematic Orchestra, Bonobo, DJ shadow, et bien évidemment Amon Tobin.

Si ce premier album marquait encore une certaine distance avec ce dernier, force est de constater que, cette fois, l’approche de Riggio a été de "calquer" son travail sur l’oeuvre de Tobin.

Et c’est clairement assumé... et bien fait. Déjà le titre du LP "Anamorphose" est un clin d’oeil, voir une continuation des LPs "Permutation" et "Supermodified" de Tobin. Cependant ce n’est pas que du pure mimétisme, cet album est bien nommé, écoutez-le, le son fait continuellement tourner l’imagination, à la limite du psychotrope, c’est comme un enchantement ou désenchantement, la sortie d’un rêve... c’est une BO idéale pour un film étrange, pour la white/black lodge d’un Twin Peaks, on y retrouve Badalamenti, un influence des deux messieurs d’ailleurs.

Une autre référence direct à Amon Tobin est la plage 3 d’Anamorphose "Robots Designed By Robots" où Frank riggio propose sa déclinaison du superbe sample de la BO de Basic Instinct , utilisé par Amon Tobin dans le titre Sordid sur l’album "Permutation", titre très largement dans le domaine publicitaire et du reportage. Seulement ce n’est pas comparable, le traitement de Frank Riggio est beaucoup plus actuel et du niveau de l’album Foley Room de Tobin, alors que Permutation est sorti voilà dix ans. On peut même parler d’un anniversaire concernant ce titre...

Mais encore, Platonic et Cicatrice font penser à la fin calme et très organique de l’album de 2002 Out From Out Where autour de titres comme Mighty Micro People. Mais il me semble avoir déjà eu également cette sensation sur Visible In Darkness.

Plus délicat sera de comparer Statis Vampire à Proper Hoodidge, basés tout deux sur un même sample moins explicite pour moi qu’un Basic Instinct. Là on entre dans une zone marécageuse, hommage ou pied de nez ?

Après une longue période d’écoute d’Anamorphose, c’est le doute qui s’installe, est-ce que ça vient de Tobin ou est-ce le souvenir d’une précédente écoute ? Non, bien qu’ayant souvent l’impression que des samples de Riggio soient directement tirés de la discographie de Tobin, il n’y a pas de démonstrations bien explicites, comment dire s’il a utilisé des samples de Tobin ou des samples que Tobin a utilisé ? Si l’un enregistre des lions sur Foley Room, l’autre enregistre les grognements de son Rotweiller. Si c’est bien vrai, j’applaudis, c’est magnifique.

Pour clôturer cette comparaison, je dirais que Riggio a un côté techniquement plus complexe dans sa musique comme parfois proche de la musique orchestrale moderne, avec une structure plus déliée, pour cela il suffit d’entendre le traitement sur Robots Designed By Robots. Cela est peut-être parfois en défaveur d’une émotion noire, mélancolique, plus premier degré que chez Amon Tobin où l’on retrouve souvent une ambivalence, un côté second degré accrocheur, bien sûr le poids des années et des écoutes joue en sa faveur. Sur Anamorphose, on citera Ogo qui présente cette qualité dans son riff basique et ultra-accrocheur.

On citera encore Dedra Silodar pour la puissance et l’efficacité de la technique et des beats.

Au final, on sent que c’est véritablement une épreuve de force qu’a réalisé Frank Riggio, une incroyable recherche de samples, une perfection du mixage. Quelque part, dommage pour lui que ce soit si inspiré par l’oeuvre de Tobin, car c’est très réussi. D’autre part, cela peut aider à le faire connaitre. Ensuite pour le fan de Tobin, c’est un cadeau, du bon son à glisser entre deux LP du maître. Il faut aussi se rendre compte, que Tobin ne fera plus du Tobin d’autrefois, on a déjà bien senti le virage sur Foley Room. On peut remercier Riggio pour cette reproduction du style Tobin, avec tout de même sa propre technique et un traitement plus actuel. Notons encre que, comme je le disais pour Clark, certains albums offrent une complexité qui demandent que l’on s’y accroche. C’est le cas des albums de Frank Riggio. C’est comme, de loin, un monochrome dans lequel on découvrirait pleins de détails et d’histoires en s’approchant.
Enfin ce talent nous laisse présager d’autres brillantes choses dans le futur, et c’est avec impatience que l’on attend cela.

Pour l’écoute c’est ici
www.myspace.com/frankriggio

http://www.dmute.net/interview-94_-_Frank-Riggio_-_Frank-Riggio.html

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Akira Kosemura - Love Is __

    On n’a pas vu la série Love Is __ qui n’a connu qu’une seule saison sur la chaine d’Oprah Winfrey mais on devine qu’elle repose sur l’intime, qu’elle ne regorge pas de zombies et de poursuites en voiture. C’est l’impression que se dégage de ses musiques composées par le Japonais Akira Kosemura et sorties sur son label Schole Records dont on vous reparlera bientôt.
    L’absence forcée de support visuel ne rend pas toujours honneur au talent des compositeurs de musiques de films ou de séries mais dans le cas (...)

  • Xploding Plastix - Treated Timber Resists Rot

    Ma surprise de l’année
    "Inattendu ! Tout simplement inattendu cet album de Xploding Plastix ". Bon d’accord, je mets tellement de temps à écrire une critique, que quand je la finis, mon engouement du début (sorti en septembre tout de même) a tous les airs d’un rosbeef froid... cela dit, ce n’est pas mauvais non plus.
    Donc, il y a desfois comme ça où l’on attend quelque chose, on scrute le net à l’affut d’un mouvement, d’une news... et rien, calme plat sur la mer morte. Et puis un ami vous poke et fait (...)

  • D-Brane : Shut The Blinders Pull The Curtains

    Voyage sonore de proximité
    Alors que les sorties et annonces de poids lourds (Arcade Fire, Andrew Bird, LCD Soundsystem, Modest Mouse) se succèdent à une cadence qui me fait un peu peur, je m’offre une pause. J’en profite donc pour livrer quelques impressions sur un album que j’écoute. J’aime bien écrire sur ce que j’écoute, je ne sais pas si vous avez remarqué. C’est amusant de penser qu’un lecteur régulier va faire une drôle de tête en voyant cette critique au menu de ce site. Autant l’annoncer (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)

  • Theophilus London - This Charming Mixtape

    Si c’est offert, je me sers...
    Le statut de ce Theophilus London est un peu difficile à comprendre au regard de cette Charming Mixtape sortie en ce début 2009. Rapporté comme étant un jeune Mos Def, il semblerait ainsi que ce soit un MC, un vocaliste jammant dans les clubs de Brooklyn, sur des beats composés ou mixés par MachineDrum.
    Et pour ceux qui s’intéresse au style, aux découvertes, aux productions de N.E.R.D. et autre Outkast, mais également à une electro plus britanique (Entendez Big Dada, (...)

  • Cat Power - Jukebox

    La danse du chat
    C’est en tentant d’écrire cet article que je me rend compte de la difficulté de parler de Cat Power et du présent album, que je comprends pourquoi Marc y a renoncé. Car de Cat Power se libère un sentiment incertain, un sentiment particulier pour cet album, d’accroche forte et de répulsion qui au final tend peut-être vers le piège de l’indifférence. Ce sentiment ne date pas d’hier, déjà il y a quelques années lorsque j’avais entendu parler de Chan Marschall, j’avais tenté d’écouter mais (...)

  • Susanna And The Magical Orchestra : Melody Montain

    Des reprises pour déshabiller les morceaux
    Qu’est-ce qui se passe, les filles ? Qu’est-ce qui vous déprime comme ça ? Répondez-moi Jana (Hunter), Marissa (Nadler), Sibylle (Baier) ou El Perro del Mar. Ca m’intéresse.
    En quoi cela concerne-t-il Susanna et son orchestre magique ? Tout simplement, ces reprises sont empreintes d’une telle mélancolie tenace qu’on ne peut que l’associer à la pléthore de voix féminines non-youplaboum. Mais comme cette fois encore, c’est pour la bonne cause, c’est-à-dire pour (...)