Accueil > Musique > Concerts > Of Montreal, Botanique, 22/01/2009

Of Montreal, Botanique, 22/01/2009

mardi 27 janvier 2009, par Marc

Kevin Superstar


Après les nouvelles icones d’Animal collective, les visites des meilleurs représentants de l’indie américain dans notre petitoyaume continuait avec les flamboyants Of Montreal.

S’il est un principe qui est bien connu des Norvégiens Casiokids, c’est la montée en puissance. Passer en première partie impose un set court, commencé comme une transe psyché et terminé dans l’euphorie. Leur dance-rock positif profite aussi de leur bonne humeur communicative et on sera séduit par ces chansons qui donnent le sourire.

On se doutait, on savait, on avait prévu. Mais quand même. Après les avoir vus dans un set court, tôt, sous chapiteau lors des Nuits Botanique, on savait que la bande d’Athens ne générait pas la mélancolie sur scène, mais on avait quand même sous-estimé leur potentiel de déconne. On sera tout de site mis au parfum par l’excellent She’s a Rejector du précédent Hissing Fauna, Are-You the destroyer ? Parce que musicalement, dans la composition comme dans l’interprétation, c’est du tout haut niveau. On pourra justé mégoter et déplorer légèrement que l’apport d’éléments préenregistrés nuit à la spontanéité. Mais c’est une règle du genre. On aura droit à presque tous les morceaux de l’excellentSkeletal Lamping, tous ces morceaux à tiroirs dans un style unique, mêlant pop, glam, disco pour un mélange trop riche mais tellement réjouissant. On remarque d’ailleurs qu’on en connait presque tous les recoins et que c’est un des oublis les plus flagrants de mon classement de 2008. On ne réécrit pas l’histoire et tous les ans j’ai le scrupule de la modification a posteriori.

Il est des groupes qu’on photographie pendant le premier morceau et pendant les rappels en prenant exactement la même photo. Ce n’est pas le cas ici. Cette fois donc encore plus que les autres, je vous encourage a jeter un œil sur la collection complète. Vous verrez les interventions de déguisements improbables, les tenues, les projections, enfin tout ce qui s’illustre mais ne s’explique pas facilement.

Pour l’anecdote, on n’a toujours aps eu droit à un de mes morceaux préférés dans l’absolu, le terrifiant et kilométrique The Past Is A Grotesque Animal mais ils nous laisseront avec une reprise très motivée de Ever Falling In Love des Buzzcocks.

Of Montreal est venu, il nous a amusés, ravis, et surtout divertis. Parce qu’un goût de trop est souvent préférable à un goût de trop peu, la bande de Kevin Barnes reste une de mes valeurs sûres.

Le reste des images : http://picasaweb.google.be/marc.mineur/OfMontreal#

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

10 Messages

  • Of Montreal, Botanique, 22/01/2009 27 janvier 2009 15:58, par Claire

    L’article sur frontstage avait minutieusement décrit tous les costumes, ça en donnait le tournis, et le visuel du concert se complète avec tes photos, elles font rire. Ils sont fous. Le carnaval avant le carnaval. Aux Nuits Bota, j’avais choppé un ballon de paillettes sur tête, c’était grand. The Past Is A Grotesque Animal, pour la prochaine fois ?

    repondre message

    • Of Montreal, Botanique, 22/01/2009 27 janvier 2009 16:39, par Marc

      Disons qu’il y a deux écoles, ceux qui prennent des notes et ceux qui prennent des photos...

      Un grand moment en tous cas. Leur musique n’a même pas besoin de ça en plus.

      On espère ce morceau sans trop y croire (c’est comme My Good Deed de Shearwater ou The Leaver’s Dance de The Veils, leur meilleur morceau jamais joué).

      repondre message

  • Of Montreal, Botanique, 22/01/2009 27 janvier 2009 19:16, par ToX

    Et quoi, le meilleur morceau de The Veils ce n’est pas Vicious Traditions ? Je pensais...

    Comme souvent, je constate que tu as été chercher ta place avant que le concert n’affiche complet :) Bien joué et puis chouette compte-rendu par la même occasion !

    repondre message

    • Of Montreal, Botanique, 22/01/2009 28 janvier 2009 10:56, par Marc

      Oui, bon, "meilleur morceau" c’est forcément subjectif évidemment. J’en connais même qui disent que c’est la plage titulaire du second album.

      Je suis assez parano en matière de places. Ce qui me permet d’être en première ligne des annulations.

      Merci pour le compte-rendu dis.

      repondre message

  • Okkervil River + Jawhar, PIAS, 29/03/2018

    Ca faisait un peu de temps qu’on n’avait plus parlé de concerts ici. D’autant plus que le temps avait manqué pour relater les deux derniers déplacements. L’endroit du soir est nouveau puisqu’on découvre le siège de PIAS, qui abrite aussi un très bel assortiment de vinyles et une salle de concert intime et accueillante.
    Le programme était pour nous un ’double bill’, ce genre de proposition qui associe deux artistes qui nous sont chers. Ajoutez à ça l’autorisation de prendre des images et quelques amis et (...)

  • Albin de la Simone, Nuits botanique, 11/05/2017

    Le plaisir de la découverte fait évidemment partie de ce qu’on aime en concert mais on ne boudera jamais une valeur sûre. Jamais on n’a été déçus par Albin de la Simone et il va garder son brevet d’invincibilité.
    Ce jeudi lance donc les Nuits Botanique et comme tous les ans, une belle programmation, une bonne ambiance et sans doute une météo mitigée.
    Cette bonne ambiance nous a fait rater le début de la prestation de Mathias Bressant . On ne peut pas dire que les regrets sont immenses. Sa prestation (...)

  • The Dears, Plants and Animals, Botanique, 21/02/2017

    D’habitude, les compte-rendus de concert sont écrits avant que les photos ne soient disponibles. Cette fois-ci pourtant, il n’y en aura pas. Pour la première fois en dix ans et après une centaine de concerts (à vue de nez), mon ami l’appareil photo n’a pas été autorisé à entrer avec moi...
    Mais bon, on était là pour écouter de la musique surtout et on n’a pas été déçus de ce côté-là. L’affiche du jour était en fait double, et d’une certaine cohérence. Plants and Animals et The Dears partagent certes la même (...)

  • Jeanne Cherhal, Théâtre 140, 20/01/2017

    Il est bon de temps en temps de revoir en concert ceux qui nous enchantent sur disque. Et le dernier Jeanne Cherhal avait confirmé ses bonnes dispositions. Sa très longue tournée maintenant clôturée passant par notre capitale, il était plus que tentant de reprendre contact avec le Théâtre 140.
    La formule piano-voix ne permet pas d’approximations, et quand le talent le permet, c’est souvent un grand moment que peuvent nous offrir Frida Hyvonen, Moonface, Alina Orlova, Soap&Skin ou Pierre (...)