Accueil > Concerts

Emiliana Torrini, ABConcert, 01/02/2009

lundi 2 février 2009, par Paulo

Une farceuse


Rendez-vous à l’AB ce dimanche sous les premiers flocons de cette seconde vague de froid qui s’étend sur la Belgique... pour écouter la touchante Emiliana Torrini et son THE EMILIANA TORRINI STADIUM TOUR qu’elle tourne en auto-dérision, car apparemment (et c’est étonnant), c’est la première fois qu’elle joue devant autant de gens venus expressément pour elle.

La salle était en configuration "gradin", le public assis comme au cinéma... genre "je laisse une place vide entre moi et les voisins pour asseoir mon manteau" :) ...soit c’est une bonne configuration pour un tel concert.

Donc l’islandaise d’origine (fille d’un père italien... c’est ça le truc) est venu présenter son album Me and Armini sorti en septembre 2008. Personnellement j’y étais spécialement pour le titre GUN, une vrai tuerie au niveau du riff de guitare...

Son répertoire se partage en deux, une partie que je n’affectionne pas particulièrement comme son single de 2005 Sunny Road, chansons douces, des mises en place folkorockopop assez classiques, ça évoque parfois les Cardigans, ou Bjork, Stina Nordenstam... quelque chose du lointain nord donc... L’autre partie, c’est plus des combinaisons popjazz comme The Cinematic Orchestra, Pink Floyd lorsque l’orgue hammond prend le dessus ou quand l’expérimentation pointe son nez, même simplement avec "Ha ha".

Entre deux chansons, Emiliana, raconte des petites anecdotes, joue avec le public, s’amuse vraiment, nous fait rire et c’est très agréable à voir.

Le titre plus relevé est Jungle Drum rejoué en rappel, son jeu de jambes sur ce titre est l’occasion de montrer ses jolies chaussures ; et le plus intense, GUN... un vrai grand morceau, profond, intense, construit, qui fait penser à un vieux PinkFloyd, reverb, crunch, hammond, phrasé psychédélique rappelant le Jefferson Airplane, je dis MERCI !

GUN concert AB

http://www.youtube.com/watch?v=Bqg0gFoJBfY

GUN le clip (meilleur son)

http://www.youtube.com/watch?v=QOLCXPRg650

Au final, ce concert a formidablement éclairé cet album un peu passé inaperçu dans la masse de 2008.

    Article Ecrit par Paulo

P.-S.

Tout est sur Deezer : http://www.deezer.com/#music/album/211189

Répondre à cet article

1 Message

  • Emiliana Torrini, ABConcert, 01/02/2009 6 février 2009 13:45, par Paulo

    ah voilà ça m’est revenu, Emiliana a été membre du groupe icelandique GusGus, si ça vous dit encore quelque chose, à la période du (seul ?) mémorable album Polydistorsion (96-97)

    repondre message

  • Florent Brack - Faces

    On l’avoue, on reçoit beaucoup de musique et vu la relative étroitesse des styles défendus ici, le tri est souvent vite fait. Et puis quand on écoute certains artistes à la marge de nos goûts, il se peut qu’on soit intrigués et que le contact se fasse. C’est ce qui s’est fait avec Florent Brack et le son d’Unstoppable qui claque. Une relative déconnexion de la vraie vie m’a tenu à l’écart des dernières (...)

  • Part-Time Friends - Weddings and Funerals

    Non, ce n’est jamais la qualité moyenne d’un album pop qui frappe (sauf si elle est exceptionnellement élevée), on revient toujours sur un album pour les morceaux qui nous ont marqués, surtout en matière de musique pop. Même Si fait partie de ces morceaux immédiatement sympathiques, catchy en diable et confirme aussi une tendance très actuelle de mêler titres en français et en anglais, comme s’il (...)

  • Isaac Delusion - Uplifters

    C’est la basse qui tient l’avant-scène de Fancy, qui lance cet album et cette pop tristoune comme on l’aime fonctionne en plein. Elle a aussi le mérite d’énoncer clairement les intentions de l’album puisqu’on dénote un virage plus synthétique pour la formation française, plus solaire aussi sans doute.
    Ce qui nous vaut un album moins éclectique que par le passé mais pas uniforme pour autant. Leurs (...)

  • Say Lou Lou - Immortelle

    On avait déjà été séduits par la pop sucrée mais pas trop du duo. Les jumelles Miranda et Elektra Kilbey sont les filles de Steve Kilbey (de The Church) et de la musicienne suédoise Karin Jansson. The Church, d’ailleurs, est surtout connu pour Under The Milky Way, composé par les deux parents. On retrouve sur ce court album une version trop enrobée qui n’a pas la beauté de l’original. On reste bien (...)

  • Stella Burns - Long Walks in the Dark

    L’influence culturelle des Etats-Unis est telle que même les plus endémiques de ses expressions sont reprises partout dans le monde. Le cas de l’Americana est assez typique, on en retrouve des partisans tout autour du globe et c’est d’Italie que provient celui-ci, nommé Gianluca Maria Sorace mais officiant sous le nom de Stella Burns.
    Sa voix est belle et claire et reçoit aussi le renfort de Mick (...)

  • Harp - Albion

    Si le nom de Harp n’a jamais été évoqué ici, on connait bien l’instigateur de ce projet qui n’est autre que Tim Smith. Lui qui fut jusqu’au sublime The Courage of Others chanteur de Midlake a en effet quitté le groupe de Denton, Texas depuis belle lurette pour se lancer sur un autre chemin, accompagné de son épouse.
    Cette division cellulaire est un peu semblable à celle de Menomena qui a continué sa (...)

  • Séance de rattrapage #121 - Carmen Sea, Chris Garneau, Chistine (...)

    Carmen Sea – Sorry (EP)
    Parmi les inspirations étranges, le quatuor parisien Carmen Sea en a une qui détonne. Cet EP est en effet basé sur un accident routier qu’ils ont subi un soir de retour de concert. Ils s’en sont sortis indemnes et avec une énergie qui les a poussés à relater tout ça sur cet EP. Enfin, quand on dit ‘relater’ tout est relatif parce que la musique est essentiellement instrumentale. (...)

  • The Rural Alberta Advantage – The Rise and The Fall

    En caricaturant, on avait défini le style de Rural Alberta Advantage avec une voix éraillée et une batterie fièrement en avant. Et on a tout ça ici, d’emblée. On se retrouve d’autant plus en terrain connu que les 6 premiers morceaux sont ceux de The Rise EP paru l’an passé. Ce qu’on en a dit tient toujours bien évidemment.
    Mais il y a encore quelques morceaux saignants comme Plague Dogs. C’est (...)