Accueil > Musique > 2009 > Mono - Hymn To The Immortal Wind

Mono - Hymn To The Immortal Wind

mardi 24 mars 2009, par Marc

Je ne veux pas mourir idiot


Ne pas mourir idiot est une des craintes couramment partagées par les critiques en goguette que nous sommes. Parmi la foule de conseils plus avisés les uns que les autres, il apparaissait que le post-rock des Japonais de Mono était de ceux qu’il me semblait le plus pertinent de suivre. Le genre étant souvent affaire de spécialistes passionnés, il ne faisait que peu de doutes que je me devais de profiter d’une sortie pour approfondir un genre que j’aime toujours, même s’il n’a que peu figuré dans ces colonnes ces derniers temps.

Donc, après Mogwai, Explosions In The Sky, Sigur Ros et surtout Godspeed You ! Black Emperor (claque de course qui me cuit encore), voici un des piliers de la loi de ce genre un peu nerdy mais tellement viscéral. Je profite d’ailleurs de cet articulet pour faire un appel à l’équipe. Ne connaissant absolument pas ce qu’ils ont pu faire avant, par quel bout dois-je prendre leur discographie ?

Il est donc temps de se plonger dans cette cinquième livraison des Japonais, produit par Steve Albini. Il compte des violons à foison vu que la liste des musiciens invités est longue comme un jour sans pain (j’en ai compté 27), mais l’emploi est ici radicalement différent. On peut penser à la voie médiane entre les violons sauvages des Canadiens et le tout à la guitare lacrymale des Texans. Alors, oui, il y a des guitares bouillardeuses, intenses, une batterie qui amène du relief même si elle n’est pas en avant du mix, de vrais moments qui font vibrer, le tout en installé patiemment sur des plages qui peuvent devenir fort longues. Mais c’est dans le cahier des charges, c’en est presque devenu une obligation. Les deux premiers morceaux par exemple font partie de ceux que j’ai le plus écouté cette année. Ce qui est à signaler vu leur longueur conséquente. Quand on a déjà eu l’occasion de se frotter au genre, la surprise n’est plus de mise mais qu’importe, l’anticipation la remplace. On voit venir les montées, mais, à l’instar des grosses vagues qu’on voit de loin à la mer et qu’on pressent se prendre dans la tronche, on ferme les yeux et on sourit. La seconde partie du meilleur morceau de l’album, Burial At Sea, est comme ça, on en ressort un peu décoiffé mais on guette la suivante. Et c’est là qu’on constate leur maitrise des ambiances. Alors qu’on pourrait avoir simplement un morceau d’atterrissage après des émotions fortes, Silent Flight, Sleeping Dawn se révèle un puits de spleen. De quoi ne pas laisser retomber le soufflé donc.

Evidemment, il y a des morceaux où tout est en place, impeccablement exécuté, mais où l’émotion supérieure ne vient pas nécessairement (The Battle In Heaven). Ce n’est pas grave en soi, on passe quand même un bon moment. Parfois, on se met à songer à de la musique de film et on se dit que le propos ne serait vraiment pas sobre (Follow The Map). Ca me touche moins du coup. Chacun fixera sa propre limite.

Ceci est plus « symphonique », il faut le savoir. Ce sont les grands transports de l’âme qui sont convoqués ici, une certaine idée du romantisme. Ambitieux ? Certes. Kitsch ? Aussi, un peu. Grandiloquent ? Certainement, Hymn To The Immortal Wind est tout cela. Mais il faut que je sois franc. J’ai pris du plaisir à cette écoute et j’aime penser que c’est le critère d’appréciation primordial.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

7 Messages

  • Mono - Hymn To The Immortal Wind 26 mars 2009 08:12, par Mmarsupilami

    Ce disque est un événement ! Je l’écoute pour la première fois et je suis transporté. Faut, bien entendu, aimer le genre...

    Pour ce qui est de leurs albums passés, je n’ai pas leur premier "Under the pipal tree" (2001).
    Les trois suivants se tiennent dans un mouchoir :"One Step More and You Die" (2003), "Walking Cloud and Deep Red Sky, Flag Fluttered and the Sun Shined" (2004) et "You are there" (2006 - si on n’en écoute qu’un des trois, que ce soit celui-ci).

    Je ne connais pas l’album de 2006 ("Palmless Prayer/Mass Murder Refrain").

    repondre message

    • Mono - Hymn To The Immortal Wind 26 mars 2009 09:27, par Marc

      Un grand merci pour les tuyaux. On m’a aussi très chaudement recommandé les deux premiers. On dirait bien que c’est un groupe avec très peu de déchets...

      repondre message

      • Mono - Hymn To The Immortal Wind 26 mars 2009 17:04, par Mmarsupilami

        Je regardais sur All Music et tous les albums sont entre 3,5 et 4,5 étoiles. Constant dans la qualité...

        Je suis très curieux de les voir à l’AB le 12 avril. En plus, je trouve que c’est un programme Domino vachement bien foutu et balancé, ce jour-là avec Mono, Handsome Furs, HEALTH, Tiny Masters of Today et Mi Ami.

        Voir en ligne : AMG

        repondre message

        • Mono - Hymn To The Immortal Wind 28 mars 2009 08:44, par Laurent

          Absolument excellent ! Je ne connais pas non plus les premiers albums mais par rapport à certaines choses plus anciennes, je trouve cet "Hymn to the Immortal Wind" plus... cinématique. Une impression renforcée par les somptueux arrangements de cordes et ce livret magnifique (bel objet, avec ça). Une pure merveille à laquelle ta critique rend bien justice, et un disque qui parvient à se départir de certains clichés afférents au genre (pour mieux tomber dans d’autres panneaux ?). À mon avis, bien meilleur que le premier Explosions in the Sky venu. J’aurais bien conclu par un jeu de mots d’enfer avec "stéréo" mais craignant que ce soit au mieux prévisible, au pire pathétique, dans le doute je vais m’abstenir.

          repondre message

          • Mono - Hymn To The Immortal Wind 30 mars 2009 13:26, par marc

            C’est en effet un album majestueux que j’ai du écouter des pelles de fois.

            Et oui, j’ai mon sésame pour le 12. Fameuse soirée en perspective !

            repondre message

            • Mono - Hymn To The Immortal Wind 31 mars 2009 22:55

              Pour info, une bonne partie de la discographie de mono est disponible sur e-music qui, pour moi, reste sans conteste le maitre achat en matière de download légal...
              Tout y est parfois approximatif comme, par exemple, sur la page de Mono le japonais des disques d’un autre groupe (electro, je crois). Ca n’empêche que pour tout amateur d’alternative et d’indie, y a pas photo.
              Tiens le nouveau Ghinzu y est, par exemple...

              Voir en ligne : E-music / Mono / Hymn to the Immortal Wind

              repondre message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)