Accueil > Musique > 2009 > The Von Bondies - Love, Hate and Then There’s You

The Von Bondies - Love, Hate and Then There’s You

mercredi 1er avril 2009, par Fred

Déstockage de printemps


Allez, celle-ci on va la faire courte. Je ne voudrais pas monopoliser trop longtemps votre attention alors qu’on a un Ghinzu, un Art Brut et un Bat for Lashes dans le pipeline, pour ne citer qu’eux.

Car les américains de The Von Boddies, auteur du sautillant C’mon C’mon en 2006, bien qu’ils m’aient distrait, n’en resteront pas moins une anecdote dans cette année 2009. Désolé de casser le suspens dès le début en remettant les choses ainsi en perspective, mais voilà, c’est ainsi.

De quoi parle-t-on ? De rock alternatif US bien standard, bien carré. Pas de violon, pas de trompette. Juste le classique guitares-basse-batterie- chants. C’est qu’on deviendrait exigeant ces derniers temps ! On notera tout juste la présence de deux filles dans la line up, ce qui apportera son lot de secondes voix féminines, à la façon de Subways.

De manière générale les guitares sont bien incisives et le timbre de voix de Jason Stollsteimer, le chanteur (pas le roadie, évidemment !) ne manque pas d’intérêt, principalement par ses inflexions "désespérées".
Mais c’est justement ces inflexions peu renouvelées qui lassent sur l’ensemble ainsi que l’excès de chœurs (les "na-na-na", sur She’s Dead to Me).

Ce qui est important dans ce style, plus que la prouesse technique, c’est l’énergie. L’énergie et des compositions accrocheuses. Si le premier poste est plutôt bien rempli, le second par contre présente quelques choix discutables : le plat Pale Bride, le peu inspiré Chancer, le peu engageant Blame Game.
Parfois ce sont les morceaux les simples et les plus directs qui amènent les meilleurs résultats : Shut your mouth, 2 minutes 22s, et moins de 10 phrases différentes, est pourtant l’un des meilleurs morceaux de cette plaque (qui en comporte 12 soit dit au passage).
Au niveau des ressemblances, on remarquera que Accident will happen sonne comme du Wombats, que She’s dead to Me aurait pu sonner comme du White Stripes, les chœurs en moins, que EarthQuake et d’autres font diablement penser aux Subways.
On vous signalera aussi cette video de Only to haunt you, assez représentatif de l’album et qui vous permettra de vous faire un idée.

Globalement, c’est une découverte à ajouter aux Datsuns, Vines, Wombats et autres Subways au rayon power-pop/garage sautillante.
Rien d’indispensable cependant, si vous n’êtes pas un boulimique musical qui souhaite absolument tout écouter.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

  • The Poison Arrows - War Regards

    Un lapsus peut vous propulser dans l’actualité. Un émail signé War Regards à la place du Warm Regards donne à cet album du groupe de Chicago un air de prémonition inévitable.
    Il est étrange de pénétrer l’univers d’un groupe à travers des remixes. Ceux-ci ayant plu, il semblait logique de reprendre le fil de leur discographie. On découvre en tout cas une musique dénuée de l’électronique des remixes, au profit d’un rock alternatif ’canal historique’, tortueux juste ce qu’il faut pour ne pas être plat. Le noise (...)

  • Foo fighters - Wasting Light

    Sortie du désert.
    Bien que n’ayant pas écouté un album entier des Foo Fighters depuis quelques années, je dois bien avouer avoir une certaine sympathie pour Dave Grohl. Ce mec est cool, point barre. De clips décalés en prestations explosives, en passant par des interviews dans lesquelles le côté relax du bonhomme transpire, Dave s’est construit un des plus gros capital sympathie du monde du rock. Et pas seulement auprès des fans, mais également dans la profession, ce qui lui permet entre autre (...)

  • Okkervil River - I’m Very Far

    Loin loin
    On aimerait ne pas en déduire une tendance de l’année, ne pas sombrer dans la sinistrose et se dire que ce n’est pas une fatalité de livrer des albums en 2011 qui sont inférieurs à leu prédécesseurs. Heureusement, il y a The Antlers et Fleet Foxes qui viendront contredire cette assertion que vient confirmer Okkervil River. Il faut parfois plein de mots pour dire que I’m Very Far est moins bon que ce qu’on connaissait d’eux. Pour ma part, ce sont surtout les deux dernières productions que je (...)

  • Séance de rattrapage n°1 - Rock

    Pour s’enfiler quelque chose d’un peu plus digeste le week-end, revenons sur quelques disques dont on n’a pas trouvé l’occasion de parler en long et en large. Du coup, autant en parler vite et bien, comme ça vous ne pourrez pas dire qu’on ne vous aura pas prévenus... Pour inaugurer cette séquence à suivre, une première salve de 10 albums rock avec ou sans supplément d’âme : à boire et à manger pour petits et grands, de 7 à 77 ans.
    Bell X1 – Bloodless Coup
    Déjà cinq albums au compteur pour les Irlandais ? (...)