Accueil > Critiques > 2009

Vetiver - Tight Knit

mercredi 25 février 2009, par marc

L’insoutenable légèreté de l’écoute


Si vous pensez que Sub Pop est un label de grunge, vous venez sans doute de vous réveiller d’une cryogénisation de quinze ans et je vous souhaite une prompte réadaptation au monde actuel. C’est que les réussites récentes de ce label se nomment The Shins, Wolf Parade, Band Of Horses ou Fleet Foxes. Rien que ça. Le quatrième album de Vetiver est leur premier chez la bande de Seattle.

Certains albums sont de véritables défis à l’attention. Jolis, bien faits, ils glissent dans l’oreille, ce qui est une qualité intrinsèque mais ne facilite pas la vie de ceux qui ont choisi comme hobby d’écrire sur la musique. Comment ai-je donc eu l’idée de me procurer cet album de Vetiver ? êtes-vous en droit de penser. Il m’avait suffi d’un concert inattendu au Tractor de Ballard et de l’envoûtant morceauTo Find Me Gone pour que mon opinion sur le groupe soit positive.

Le temps de la paresse estivale semble bien loin de nous maintenant, mais il n’est pas trop tôt pour engranger des ondes positives. Tout ou presque donne des envies d’indolence (Trough The Front Door), avec un air sixties que ne renieraient pas les sous-estimés The Coral. Le chant est très délicat, l’aspect mélodique est mis en avant (Rolling Sea). Et parfois, c’est tellement éthéré que ça en devient presque diaphane (Golden Lights), même si le tout reste impeccablement maitrisé. C’est que le leader Andy Cabic pousse même le bouchon jusqu’à interpréter tous les instruments sur certains morceaux.

Si parfois un morceau est répétitif (Stricly Rule), on a aussi de plus franches réussites comme le plus enlevé More Of This ou le rock cool mais tout en légèreté rehaussé de cuivres (Another Reason To Go). De plus, ils ne tombent jamais dans les travers sirupeux qui ont pu me gâcher occasionnellement l’écoute de groupes comme Band Of Horses ou My Morning Jacket. Cette volonté très peu ramenarde les rend sympathiques.

Vous l’avez compris, la légèreté de ce Vetiver est à la fois sa principale qualité et son principal défaut. Ils évoluent en effet dans un gentil mid-tempo qui force l’oreille à se tendre. Donc pas de tuerie qui va vous scotcher sur place à la première écoute, mais une collection de jolies choses joliment faites et joliment chantées que vous pourriez tout aussi bien joliment éviter si autant d’esprit charmant risque de vous rebuter.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

1 Message

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)