Accueil > Musique > 2009 > ...And You Will Know Us by the Trail of Dead - The Century of (...)

...And You Will Know Us by the Trail of Dead - The Century of Self

lundi 9 mars 2009, par Fred

Nuances en option


Deuxième round avec ce groupe indie d’Austin, Texas, qui nous avions couvert au temps du blog. A l’époque, leur So divided ne nous avait pas emballé. On n’en aura retenu que Sunken Dream, une pièce noire et oppressante.

Et pourtant, ces américains sont les auteurs du très loué Source Tags & Codes en 2002. Pourtant ils avaient déçu fans et critiques avec leurs deux suivantes productions sous le label Interscope : Worlds Apart et So Divided.

Aujourd’hui sans label, indépendants, les revoici avec Century of Self.

Première constation, les pièces de cet album sont charnues. Certaines dépassent les 6 minutes, et comme on aura l’occasion de l’évoquer, les compositions ne sont pas toujours linéaires, présentant des méandres, des mouvements, dans le pur style prog, ce qui fera tantôt penser aux Who, tantôt à Genesis.

L’ouverture répond à ces attentes prog, à grand renfort de piano et de roulements de batterie, mais pas la temps de souffler, fondu enchainé sur Far Pavillions qui lui évoque l’énergie frontale du punk californien. L’enchainement est étrange et plutôt malvenu.

Isis unveiled prend la suite. Ce long morceau présente toujours cette même volonté d’en découdre dans son premier mouvement, avant que le rythme s’apaise, et même s’arrête, pour finir dans un élan débridé, évoquant The Subways (la voix, les guitares). 6’30 de bonheur, LE morceau de l’album.

A nouveau, comme sur So Divided, on peine à trouver une ligne directrice. D’un morceau à l’autre, Trail of dead tenter de concilier des choses fort différentes et avec plus ou moins de succès.

La production et la qualité musical sont superbes, c’est un fait notable.
La main est cependant lourde, au niveau des arrangements, des guitares, des pianos... En outre, la présence de deux batteurs dans le groupe explique certainement la forte présence de la batterie (Fields of Coal).
Le post-rock nous a appris à apprécier un certain jeu sur les variations d’intensité, de rythme et les montées.
Ainsi Bells of Creation, morceau rock mid-tempo intéressant au demeurant, aurait gagné à être plus léger dans sa première partie . Ici, on croirait entendre les frères Gallagher... Par contre, la montée qui suit est juste comme il faut, et aurait elle aussi profité de ce contraste.

Sur cette plaque, seul Insatiable One offrira un espace de détente à vos oreilles, ce après près de 50 minutes. Elles en auront alors bien besoin. Le vieux piano, légèrement "out of tune", qui sert de seul accompagnement sur celui-ci fait très "Amelie Poulain".

Une fois encore la transition est abrupte. On change à nouveau du tout au tout vers du rock US rythmé, Ascending, sans vraiment d’âme ni d’intérêt.

Mais c’est juste alors juste un contrepoint, avant la seconde partie de ce que tout groupe de rock se voulant prog doit avoir : un chanson en plusieurs parties : Insatiable Two. Et la voilà, la seconde chanson à retenir de cet album. Et c’est sur celle-ci que le rideau est tiré.

Vous l’aurez compris, les aspects prog rock mélodique de Trail of Dead sont un fort atout, que viennent gâcher une main lourde, un manque de nuance et des écartades punk/rock US bruyantes étrangement placées. Dommage.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

4 Messages

  • En effet c’est difficile de trouver un fil conducteur dans les albums de trail of dead...
    Par contre, leurs prestations LIVE suivent le même fil : l’énergie !
    Et si vous n’avez rien à faire le 11/04/2009,faites un détour par Leuven, pour rester bouche bée devant nos 2 batteurs debouts sur leurs caisses (c’est vraiment impressionnant).Par contre si vous aimez les voix bien posées et un peu chaudes, soyez indulgents...
    P.S : worlds apart était très bon !

    repondre message

    • Merci Stiko pour l’intervention et l’avis sur les concert. Je ne les ai pas encore vu, mais j’imaginais effectivement ça comme ça.

      OK, Worlds apart n’avait donc pas déçu tous les fans. J’ai du faire une mauvaise pioche dans mes recherches.

      repondre message

      • Pour faire simple, disons que Source Tags & Codes est leur chef d’oeuvre et que les deux suivantes productions ont déçu globalement critiques et fans de la première heure tout en amadouant de nouveaux fans préférant celles-ci plus "mélodieuses", dirons-nous pour rester gentils...

        Quant à ce petit dernier, personnellement, je fais monter les enchères à quatre étoiles, c’est un véritable retour aux sources, à la fois puissant, mélodieux et irréfutablement punk dans la forme et dans l’esprit. Que du bonheur !! Et, pour appuyer encore un peu les propos de Stiko, parmi les indispensables à vivre en live, il y a Trail Of Dead...

        repondre message

  • Je ne trouve aucun défaut à cet album qui est tout simplement énorme. On retrouve les Trail of dead des débuts et cet album est à mettre sur la même marche que Source Tags & Codes. Que du bonheur.

    repondre message

  • Piles - Una Volta

    Il y a des noms qui n’évoquent guère avant qu’on ne les croise dans des projets emballants à très courts intervalles. Ce projet à trois batteurs, Guigou Chevenier, Michel Deltruc et Anthony Laguerre se place en effet dans le sillage du Club Cactus dont on vous a parlé récemment. D’autant plus que le dernier nommé est membre des deux formations et de Filiamotsa. Mais à l’inverse des deux autres groupes, il n’y a pas d’invités vocaux au programme. Il y a bien quelques extraits sonores sur Materials in Us (...)

  • The Defigureheads - Chaos and Cosmos

    Si les noms de groupe issus de chansons célèbres sont légion (de dEUS à Radiohead en passant par Sisters of Mercy), je ne parierais pas que The Defigureheads fasse référence au légendaire album de The Cure. Parce que le genre pratiqué est un rock très teinté par les années ’70. Donc ce n’est l’originalité qui prime mais la compétence et la passion. Et sur ces deux fronts, le trio français répond à l’attente.
    Dans le genre, on s’est habitués au versant psychédélique et stoner du genre et ce n’est pas (...)

  • Björk - Biophilia

    J’aime, j’aime la vie
    Dans la musique de Björk, il a toujours été question de recherche : la quête d’un équilibre parfait entre sa soif d’explorations sonores et son profond enracinement pop. Comme les deux facettes d’une personnalité schizophrène, tantôt la chanteuse a-t-elle gardé les pieds sur terre, tantôt s’est-elle laissé dominer par ses délires visionnaires. Et si sa discographie, toujours exigeante, est à peu près exempte de reproches, l’équilibre a rarement été atteint. “Debut” et “Post” : trop (...)

  • Blanck Mass - Blanck Mass

    Dans « abscons », il y a « abs »
    Soyons fou et allons loin dans l’intime. Juste entre nous, j’ai un aveu à vous faire, un gros défaut à confesser : j’ai horreur d’attendre. Faire la file, tout ça... pouah ! Très peu pour moi : c’en est maladif. Vous allez me dire que dans le domaine de la production musicale, il faut justement savoir se montrer patient : sentir poindre l’excitation en attendant la sortie d’un nouveau disque, laisser à un artiste le temps de mûrir, donner la chance à un album de nous (...)

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)