Accueil > Musique > 2009 > Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting

Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting

mercredi 18 mars 2009, par Paulo

La tueurie de l’année ?


Les quatres membres, Crazy B, Little Mike, DJ Need et DJ Pone, de Birdy Nam Nam [1] sortent en ce début d’année leur second album, produit par du "beau" monde, Yuksek et Justice.

Ces champions du monde par équipe de turntablism au concours DMC en 2002 (la même année que le talentueux japonais DJKentaro en solo) avaient sorti un premier album prometteur d’abstract Hip-Hop. De bonnes ambiances, du bon son haché par les techniques de turntablism, c’était tout de même un peu trop "spasmodique" à mon goût. Bien sûr le collectif est original, imaginez quatre gaillards face à leur platine, mixant tous en synchro divers boucles provenant de vinyles, ça vaut la peine d’être vu...

.. et ça peut mettre l’ambiance, surtout si c’est produit par les populaires Justice et un remixeur à la mode Yuksek (qui sort par ailleurs également un album, un justicieux Away From The Sea).

Alors qu’advient-il de ce mélange ? Et bien ils n’ont pas vraiment pris le pire de chacune des parties. Bien au contraire, c’est le sampling côté BNN et le côté direct des producteurs. C’est tout bon, bye bye le côté boring et le scratch intensif ainsi que l’electro bling bling des producteurs, au sortir de cet opus, on a un Justice (ou un Yuksek) plus organique et plus guerrier.
Bref c’est ce qui frappe avant tout à l’écoute de cette plaque, c’est ce croisement entre la clique Ed Banger, du hiphop et une electro plus anglo-saxonne en pensant à des constructions à la Zerodb ou Diplo.

Du côté des morceaux, on retiendra le Trans Boulogne Express, sorti en version EP en 2007, sorte de version punchy évoquant le titre 80s de Kraftwerk. A mon avis, ce titre sample le morceau Native Love de Divine, cet artiste transformiste également des 80s. Y aurait-il là un jeu d’idées expliquant la dénomination Trans Boulogne Express ?

Red Dawn Rising en intro fait le boulot et monte la sauce dans les derniers instants. La plage titulaire Manual For Successfull Rioting est dans une même veine évolutive avec un groove très rude, de quoi provoquer une mouvance stomacale.

D’autres titres se font plus en douceur, mélodique ou hypnotique. Il se dégage ainsi une sorte d’alternance, un équilibre assez bien fait sur la longueur. L’ensemble me rappelle Leftfield pour ce contraste. C’est le genre d’album que l’on a envie de voir en concert-soirée, des moments intenses et hypnotisant et de réels moments d’excitation.

Du côté des bombes, il y a encore War Paint ou Worried. Puis il y a les clins d’œil, voire des appels de phares, côté sonore, à Daft Punk sur Homosexuality et The Parachute Ending, pour cet usage de synthé cheap. The Parachute Ending possède par ailleurs une intro à la BoyzNoise.

Si cet album est bien emballant, d’une belle homogénéité acoustique et d’une ambiance équilibrée, on peut tout de même se poser des questions sur la démarche artistique du collectif. En effet, cet album ressemble beaucoup moins à l’ouvrage d’un collectif de 4 turntablistes en action comme l’était leur premier album éponyme. Dès lors, ont-ils changé leur méthode ? Comment s’est établi le rapport créatif entre les producteurs et le collectif ? Et comment vont-ils retranscrire cela en live ? Quoi qu’il en soit, il faudra être sur le dancefloor !!

http://www.myspace.com/birdynamnam

Article Ecrit par Paulo

Notes

[1Le nom Birdy nam nam est tiré de l’expression utilisée par un Peter Sellers maladroit dans le film The Party dans lequel il joue un acteur indien perdu une party Hollywoodienne.

Répondre à cet article

2 Messages

  • Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting 22 mars 2009 18:02, par Yann Lebout

    Petite précision quand même : Justice n’a produit qu’un seul morceau, le dernier, "The Parachute Ending", le reste étant à la seule charge de Yukzek.

    Sinon, je suis d’accord avec tout ce que tu mets en avant, sauf que je suis nettement moins emballé par le résultat.

    Depuis les débuts du groupe, j’ai toujours trouvé qu’ils gâchaient un peu leur talent, surtout en live. Avec cet album, cette impression s’étend à l’album ! Je crois qu’avec leur technique, il y a vraiment moyen de faire des trucs exceptionnels, et comme tu le dis si bien, ils se contentent de faire un truc entre Justice et Daft Punk... Je trouve ça dommage, quoi...

    (mais je l’avoue, je n’aime pas Justice, ce qui explique peut être que j’apprécie pas trop cet album)

    Voir en ligne : (H)o(u)tlines

    repondre message

    • Birdy Nam Nam - Manual For Successful Rioting 22 mars 2009 22:26, par Paulo

      Merci pour la précision, je n’en étais pas sûr.

      Oui, c’est vrai, le dernier paragraphe va un peu dans le sens de ta remarque. L’album ne sent pas du tout le turntablism de groupe, et le projet pue plutôt la machine à fric et le copinage, au final un bon produit pas trop sincère ! Mais si on fait abstraction de cela (après tout j’ai déjà bougé une main sur ladygaga, je vais pas faire la fine bouche sur birdynamnam) j’aime bien l’ensemble, équilibré, de bonnes idées, ça ne m’énerve pas comme Justice. Mais évidemment côté live, ils seront forcement trop sur scène pour juste mixer les morceaux, ça serait du talent gaché, et puis aujourd’hui c’est tellement plus fun de voir un DJ sans casque les bras en l’air les 3/4 du temps, ouaiwww ! ^^

      repondre message

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • VKNG - Illumination

    Les nouveaux groupes peuvent aussi être formés par des gens aguerris. Outre les super-groupes qui matérialisent l’envie d’artistes établis (pensons à FFS et EL Vy dans un passé récent), il y a le cas plus rare qui nous occupe ici, à savoir deux amis d’enfance ayant déjà acquis séparément de l’expérience.
    VKNG (prononcez ‘Viking’, c’est plus facile) est à la base un duo français. Maxime Delpierre est un guitariste et producteur qui a collaboré avec des gens comme Rachid Taha, Damon Albarn ou Mick Jones et (...)

  • Like Horses Do - Like Horses Do EP

    Le bon cheval
    De temps en temps, il est bon de présenter un jeune groupe, de découvrir un potentiel compagnon de route. Celui-ci est un trio français qui a compris que la pop, ça peut se muscler à coups de beats. Pourtant, pour ce groupe hexagonal, ce sont des références plus belges qui m’ont d’abord été rappelées pour The Stars. Le Ghinzu de Blow ou dEUS par exemple. On a plus infâmant en réserve dans notre petit royaume.
    Le temps de regretter que le premier morceau s’évanouisse dans un fondu alors (...)

  • Lilly Wood & the Prick - Invincible Friends

    Entre deux
    Arrivé sur ma platine au printemps, vite oublié parmi les frivolités estivales, l’album de Lilly Wood & the Prick a tenté quelques timides retours en automne, toujours discrètement présent dans mes listes de lecture sur foi de quelques tubes en puissance jamais transformés en amis pour la vie. Et pourtant, au milieu des premiers flocons de neige qui annoncent un nouvel hiver toujours plus long et rigoureux, la chaleureuse mélancolie de Prayer in C révèle comme l’âtre élémentaire (...)

  • The Clonious - Between The Dots

    Le pointilliste
    Voilà un album qui vient à point éponger une soif de découverte musicale, de quoi m’empêcher un petit temps de tourner en rond sur les sites de vente en ligne spécialisés de musiques électroniques ... anglosaxonnes. (bref sur bleep) D’ailleurs c’est sur le site allemand à l’origine plus orienté hiphop et culture street hhv que j’ai croisé le chemin de Paul Movahedi alias The Clonious.
    Fini de s’humecter les lèvres de samples electro peu originaux, voilà du lourd, de la fusion des genres, (...)