Accueil > Musique > 2009 > Gui Boratto - Take My Breath Away

Gui Boratto - Take My Breath Away

mercredi 11 mars 2009, par Seb

Le retour du Top Gun brésilien ?


Alors que les rues de Rio sont encore pleines de confettis, Gui Boratto revient avec son 2e album Take My Breath away. (Référence à Top Gun ? J’en doute au vu de la pochette aux dessins explicites et aux tons flashy). La sortie de son album Chromophobia avait été acclamée unanimement. Deux ans plus tard, le Brésilien est attendu au tournant. Autant annoncer la couleur tout de suite, le prisme a changé d’angle et la tonalité est différente.

L’album nous accueille avec une gentille montée, tout en retenue comme seul les bons morceaux minimaux savent nous les produire. Cela ressemble à la petite sœur plus mélodieuse d’Organic d’Agoria. Le virage est maintenant plus clair cet album sera plus minimal. Atomic Soda me conforte dans cette idée avec des sons proches de Marc Romboy ou autre Stefan Bodzin.. A noter un break complètement improbable virant sur des sons très durs qui font tache dans l’ensemble.

La suite s’inscrit plus dans un registre plus calme, mêlant violon et piano typé Bontempi Le morceau phare, la bombe imparable arrive enfin avec No Turning Back qui n’est autre que le nouveau Beautiful life. Préparez vos oreilles car vous n’avez pas fini de l’entendre. Avec tous les bons ingrédients au rendez-vous : la montée, le refrain punchy avec déhanchement obligatoire, couplet à la voix entêtante pour vous mesdames, petite pause piano accompagné de guitare et on relance la machine !

Mais qu’en est-il du reste ? Après une première partie très dancefloor, s’enchaine une suite de morceaux ambient minimaux dans tous les sens du terme. Les musiques errent comme suspendues dans le vide à la recherche d’un but quelconque. C’est le parfait accompagnement pour un documentaire sur la croissance de nénufar ou autre végétal. On s’ennuie un peu et un sentiment de remplissage s’installe.

Godet a finalement raison de moi, comme un dernier whisky dans un vieux cabaret de Jazz. Il est temps de rentrer chez soi. J’en attendais plus. C’est donc avec le goût amer de la déception que j’irai me coucher.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)