Accueil > Musique > 2009 > Gui Boratto - Take My Breath Away

Gui Boratto - Take My Breath Away

mercredi 11 mars 2009, par Seb

Le retour du Top Gun brésilien ?


Alors que les rues de Rio sont encore pleines de confettis, Gui Boratto revient avec son 2e album Take My Breath away. (Référence à Top Gun ? J’en doute au vu de la pochette aux dessins explicites et aux tons flashy). La sortie de son album Chromophobia avait été acclamée unanimement. Deux ans plus tard, le Brésilien est attendu au tournant. Autant annoncer la couleur tout de suite, le prisme a changé d’angle et la tonalité est différente.

L’album nous accueille avec une gentille montée, tout en retenue comme seul les bons morceaux minimaux savent nous les produire. Cela ressemble à la petite sœur plus mélodieuse d’Organic d’Agoria. Le virage est maintenant plus clair cet album sera plus minimal. Atomic Soda me conforte dans cette idée avec des sons proches de Marc Romboy ou autre Stefan Bodzin.. A noter un break complètement improbable virant sur des sons très durs qui font tache dans l’ensemble.

La suite s’inscrit plus dans un registre plus calme, mêlant violon et piano typé Bontempi Le morceau phare, la bombe imparable arrive enfin avec No Turning Back qui n’est autre que le nouveau Beautiful life. Préparez vos oreilles car vous n’avez pas fini de l’entendre. Avec tous les bons ingrédients au rendez-vous : la montée, le refrain punchy avec déhanchement obligatoire, couplet à la voix entêtante pour vous mesdames, petite pause piano accompagné de guitare et on relance la machine !

Mais qu’en est-il du reste ? Après une première partie très dancefloor, s’enchaine une suite de morceaux ambient minimaux dans tous les sens du terme. Les musiques errent comme suspendues dans le vide à la recherche d’un but quelconque. C’est le parfait accompagnement pour un documentaire sur la croissance de nénufar ou autre végétal. On s’ennuie un peu et un sentiment de remplissage s’installe.

Godet a finalement raison de moi, comme un dernier whisky dans un vieux cabaret de Jazz. Il est temps de rentrer chez soi. J’en attendais plus. C’est donc avec le goût amer de la déception que j’irai me coucher.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Bitter Moon & After 5:08 – Berlin Kinder

    On vous avait dit en son temps à quel point on appréciait l’electro un peu vintage du duo suisse Bitter Moon. On dirait que le duo After 5:08 (Aloys Christinat et Matthew Franklin) qui les accompagne est dans un mood plus ambient. La répartition des rôles n’est pas précisée mais on se doute que les plages plus apaisées (on peut même y entendre des bruits d’eau) leur sont attribuables.
    La voix de Réka Csiszér est douce, pas trop éloignée de celle de Laetitia Sadier et excelle dans ce registre (...)

  • Tyto - 未来 MIRAI

    Si Beppe Scardino, le multi-instrumentiste à la manœuvre ici est visiblement une figure courante de la scène jazz péninsulaire, ce premier album en tant que Tyto n’est vraiment jazz pour autant. Tout au plus peut-on dire que la relative complexité et densité montre un savoir-faire assez étendu. On peut en trouver des traces, notamment dans les climats tortueux de Minore.
    Mais Scardino est aussi membre de C’mon Tigre qui avait déjà tenté et réussi de grands écarts et on retrouve ce bel éclectisme (...)

  • Tachycardie – Nouvelles et Anciennes Pratiques de Cartographie (...)

    En photographie, la macro est un peu à part et permet souvent de déterminer des structures abstraites à partir de choses bien réelles, simplement par la magie du changement d’échelle. Si certains artistes ont appliqué ce principe à la musique via le microsampling (The Field notamment), d’autres utilisent le field recording, touchant à ce qu’on appelle la musique concrète. C’est cette dernière voie qui est explorée ici par le batteur et percussionniste Jean-Baptiste Geoffroy (aussi membre de formations au (...)

  • Niton – Cemento 3D

    Encore un disque d’expérimentations électroacoustiques et encore une fois, une plongée étrange qui intrigue mais n’irrite jamais. Quand deux musiciens italiens, Luca Xelius Martegani et El Toxyque, flanqués du violoncelliste suisse Zeno Gabaglio se réunissent à l’occasion d’une ‘jam drone’ (chacun a sa façon de se détendre), le résultat leur plait tellement que Niton se forme dans la foulée.
    Une version de cet album basé sur des enregistrements glanés au long de 5 années de créations est déjà sortie l’an (...)