Accueil > Musique > 2009 > Art Brut - Art Brut vs Satan

Art Brut - Art Brut vs Satan

jeudi 23 avril 2009, par Fred

Art vs n’importe quoi.


Il y en a qui ne chôment pas dites moi ! Car revoici déjà les anglais de Art Brut avec un 3eme album, deux ans après ’It’s a bit complicated’.

En deux ans, force est de constater que peu de choses ont changé :
Ces cabotins ont toujours le sens de la forme quand ils livrent des tranches de vraie vie : les matins difficiles (Alcoholic Unanimous), la pérennité des plaisirs enfantins d’un nerd (DC Comics and Choco millshakes), la passion de l’audiophile pour les vieilles pièces (The Replacements)... Des évocations proches de celles de leurs compatriotes, Kate Nash ou The Streets par exemple

La formule musicale est également la même : guitares énergiques, section rythmique, un chant déclamé dans un accent des plus british et des chœurs, ah les chœurs, nous y reviendront.
On peut dire que musicalement, ça ne révolutionnera pas grand chose. Et si ce n’est la voix, comme le signalait déjà Marc, ce post-punk ressemble furieusement à du Wire.

Le renouvellement n’est donc pas au programme. Dans ses meilleurs moments, c’est de la musique à crier une bière à la main et ce n’est pas un problème en soi. Par contre la faiblesse de certains morceaux l’est. Comme Summer Job, punk-pop mollassonne, gonflée de chœurs écœurants à souhait sur son refrain.
Et encore certains morceaux qui perdent tout le crédit de bons couplets dynamiques sur des refrains mal pensés (cris désharmonisés et chœurs guimauves sur l’outro sur What a rush ; et encore une surcouche de chœurs naïfs sur Demons out ).
Cependant, si je ne trouve pas que les chœurs proéminents soient à leur place dans du post-punk carré (cfr The Von Bondies), vous pensez peut-être le contraire ! Dans ce cas, vous trouverez ici votre compte.

Une seule fois, le groupe s’écarte de ses propres cannons, pour faire une expérience funky bien intéressante. Sur Mysterious Bruises qui clôture cet album, ils se rapprochent plus du groove des Clash et trouvent une piste prometteuse pour le futur.

Cet album laisse donc un avis plus que mitigé. Si effectivement quelques lignes musicales ou quelques bons mots marquent l’oreille, le reste manque de contraste et parait assez vain. De plus, certains sujets -leur point fort par le passé - ne couperont pas 3 pattes à un canard boiteux (les transports publics ?). Et puis surtout quand musicalement ils touchent à la pop, c’est simplement pathétique.

Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

12 Messages

  • Art Brut - Art Brut vs Satan 23 avril 2009 09:12, par Paulo

    beh alors, tu dis pas que c’est produit par frank black ? c’est quoi ce travail ! ;)

    repondre message

    • Art Brut - Art Brut vs Satan 23 avril 2009 09:35, par Fred

      Ah oui, au fait, c’est produit par Frank Black ;-)

      Oui, j’avais lu ça aussi. Le pauvre Frank, pas en forme ces derniers temps.

      repondre message

      • Art Brut - Art Brut vs Satan 23 avril 2009 10:10, par mmarsupilami

        C’est marrant, cette chronique a le même fond qu’une autre, publiée ici il y a peu, sur The Rakes (album Klang) : du rabaché musical, troisième album, répétition des thèmes, fond et forme inchangés, quintessence british, etc.

        "C’est de la musique à crier une bière à la main" écrit le chroniqueur pour Art Brut.
        "Des morceaux qui donnent envie de sauter sur place et boire de la chope bien fraiche", dit celui des Rakes.

        Pour les Rakes, ça passe : "Les Rakes sont une bouffée d’air frais dans le marée des groupes anglais actuels".
        Pour Art Brut, ça casse : "Et puis surtout quand musicalement ils touchent à la pop, c’est simplement pathétique".

        Deux chroniqueurs différents, mais je partage : d’un côté l’alchimie est là, de l’autre, pas !

        repondre message

  • Art Brut - Art Brut vs Satan 3 mai 2009 14:27, par Le seb qui connait le premier seb mais pas l’autre seb

    Sinon, il est vraiment très sympa cet album si on aime le rock à riffs qui fait sourire ;-)

    repondre message

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)

  • A Place To Bury Strangers – See Through You

    Comme Animal Collective, A Place To Bury Strangers nous indique que la musique est la rencontre de morceaux et d’un son. Ces morceaux pourraient être traités de façon binaire et être du punk ou du post-punk de consommation courante mais leur traitement en fait autre chose. Alors que toutes les musiques très typées ont tendance à uniformiser leurs représentants, ils ont toujours eu cette propension à se distinguer. Et on a suivi le cours de leur discographie depuis les débuts, même si on a (...)

  • Motorama - Before The Road

    Mine de rien, les Russes de Motorama sont arrivés à trouver un style bien personnel, même si les composantes peuvent se retrouver par ailleurs. On l’avoue, la tentation de reprendre intégralement la critique de Many Nights et de mettre à jour quelques titres de morceaux a été grande. Mais si l’honnêteté nous pousse à réécrire un article, on se doit aussi de préciser que ce qui en a été dit à l’époque s’applique toujours.
    Non, ce n’est pas encore solaire, mais leur façon de distiller de la mélancolie sans (...)

  • I LIKE TRAINS - KOMPROMAT

    Si vous voulez la version courte, ce cinquième album d’I LIKE TRAINS est un des plus percutants de l’année, et ça s’écoute en dessous de l’article. Si vous voulez un peu plus de détail, on peut commencer par un rappel des faits.
    On avait craqué tout de suite pour le groupe de Leeds, pour ce mélange de sons et structures post-rock utilisés dans des morceaux qui reposaient aussi sur la voix de baryton de David Martin. Il y avait ce sens du paroxysme qui vrillait l’âme au casque ou en concert. Il y avait (...)