Accueil > Musique > 2009 > Jon Hopkins - Insides

Jon Hopkins - Insides

mardi 28 avril 2009, par Seb

Attention perle rare


Parfois presque par hasard, on tombe sur une perle alors qu’on ne s’y attendait pas. Ça brille au loin mais on y va plus par curiosité que par certitude. En effet Jon Hopkins était pour moi un parfait inconnu et je n’attendais rien de particulier de cet album sinon d’être surpris. Et là je dois avouer : c’est la claque !

Je m’explique. Le début n’est pas des plus engageants avec quelques violons qui ressemblent plus à la musique d’un générique en début de film d’auteur sur l’histoire d’un voyageur solitaire. En fait c’est peu ce qui va se passer par la suite, l’album est une vraie ballade dans l’univers de l’artiste. Petit prodige au piano dans toute sa rigueur, il est néanmoins attiré par l’acid house, le hardcore ou le grunge. Je vous passe les 2 albums précédents (même si son Contact Note vaut le détour). La suite s’enchaîne de manière extrêmement fluide avec Vessel (ou Colour Eye) qui mêle broken beats et piano dans une rare cohérence. Bien que ces rythmes et mélodies semblent opposés, cet Anglais arrive à prendre le meilleur des deux. Le piano donne une vie à ce type de morceau qui est généralement très désincarné, froid et industriel. Cela rend l’album plus accessible et particulier.

Les fans de bass rugissantes et micro découpées en prendront pour leur compte avec Insides. C’est un peu comme être pris dans une tornade mais au ralenti. Cette merveille au tempo ultra lent balance une énergie dingue entrecoupée par quelques passages flottants et tendus avant de resombrer dans le rouleau compresseur de la ligne de basses.

Après ce déluge sonore, un peu de légèreté s’impose. Wire nous offre un bol d’air avec ces mélodies positives comme on peu en trouver du côté de Royksopp. Voilà, le plein de bonnes ondes est fait. Ici, pas vraiment d’opposition entre divers passages mais plutôt une évolution lente en force tel un raz de marée.

Light through the Veins vous semblera peut-être familier. De fait une autre version squatte le dernier Coldplay - Viva la Vida. Mais attention rendons tout de suite à César ce que qui appartient à César ! C’est bien Coldplay qui séduit par le morceau a décidé de le reprendre ! Est-ce un gage de qualité ? Je vous laisse seul juge mais en tous les cas moi j’adore ! (la version de Jon Hopkins s’entend )

La balade dans cet univers se termine lentement dans une ambiance feutrée aux rythmes léchés qui disparaissent peu à peu pour laisser place au piano. Bref un atterrissage en douceur parfaitement maîtrisé, comme l’ensemble du voyage d’ailleurs.

Au final, jamais on ne s’ennuie. On pourrait finalement qualifier cet album de musique contemporaine. Contrairement à beaucoup de sorties électroniques, on n’assiste pas un déluge d’effets et de sons au cours de l’album. Ici, la palette d’instruments est volontairement limitée. La place est laissée aux variations des ambiances, style, mélodies, tempo et surtout aux arrangements. Cet album est un merveilleux contre-pied à l’electronica qui s’enlise parfois ces derniers temps.

http://www.jonhopkins.co.uk/

http://www.myspace.com/jonhopkins

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

5 Messages

  • Jon Hopkins - Insides 28 avril 2009 14:56, par Paulo

    C’est vrai que c’est pas mal

    repondre message

  • Jon Hopkins - Insides 5 janvier 2010 12:57, par Yann Lebout

    Entièrement d’accord avec cette critique. Comme toi, je n’attendais rien de cet album quand je l’ai découvert, et je dois avouer que c’est effectivement très bon. Je suis moins séduit par le morceau repris par Coldplay (je me disais bien que je l’avais déjà entendu quelque part, et je savais en plus que Jon Hopkins avait travaillé pour Coldplay - entres autres) que je trouve assez plat, mais l’album bénéficie vraiment de l’âme qu’il manque souvent aux productions électroniques un peu expérimentales !

    repondre message

    • Jon Hopkins - Insides 7 janvier 2010 18:18, par Seb

      Merci ! Content que cette découverte plaise à d’autres. Espérons d’autres perles en 2010...
      Suggestions toujours bienvenue.

      repondre message

  • Jon Hopkins - Insides 13 avril 2010 12:00, par manolo

    je l ai decouvert en live a bordeaux lors d evento2009, c etait encore plus impressionnant !

    repondre message

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)