Accueil > Musique > 2009 > Two Fingers - Two Fingers

Two Fingers - Two Fingers

lundi 25 mai 2009, par Paulo

Un bon coupe-faim


Les projets d’Amon Tobin sont toujours très attendus par les aficionados des travaux du magicien du sample.
Après avoir compléter un cycle avec son dernier album Foley Room, et être ainsi passer en quelques ouvrages de challenger au titre de grand maître de la musique électronique au sens large, on voyait difficilement comment il allait pourvoir se renouveller. Rapidemment est venue la nouvelle de ce projet TwoFingers, une collaboration d’Amon Tobin avec Doubleclick, producteur inconnu de drum’nbass et jungle.
Projet orienté Hip-hop, celui-ci a finalement pris pas mal de temps à éclore suite à l’annonce de la collaboration. L’attente fut d’autant plus longue que les fans ont eu droit pendant plus d’un an à des inédits mixés lors des djsetlives d’Amon. Suite à cela, les forums étaient en effervescence, regorgeant de spéculation sur les titres de ces inédits. Dès lors, certains titres de cet album ont déjà été en partie entendu. C’est le cas de Straw Men dont on avait déjà repéré le sample des Turtles (Happy Together) et de Bad Girl, deux très bonnes pièces de cet album.

La sortie sur BigDada - petit frère Hiphop de NinjaTune hébergeant des artistes tels que Diplo, Roots Manuva, TTC ou Spank Rock - annonce clairement la couleur. A peine deux instrumentaux, le reste est constitué de featuring par Sway, Ms. Jade ou Ce’Cile. Pas de grands noms, l’ombre d’Amon Tobin est suffisamment raccoleuse comme cela. C’est tout au bénéfice du projet qui garde une sobriété dans sa ligne directrice loin des paillettes du rap côte Ouest.

En n’étant pas un spécialiste du genre, cet album consiste un excellent point d’entrée, grâce aux expérimentations sonores, il est toujours possible de se raccrocher à quelque chose.
D’autre part, ça fait un peu penser à d’autres fusions d’anthologie comme le morceau Release Yo’Self de Method Man en Prodigy Mix, ça commence peut-être à sentir la référence qui date mais mon catalogue n’étant pas fort rempli... En plus actuel, on louchera simplement chez BigDada.

A part sur quelques titres comme What You Know, Les vocaux ne sont généralement pas transcendants, s’il n’y avait pas le mix derrière mais juste un beat hiphop classique, il serait difficile d’en mesurer l’intérêt, à l’inverse, on se passerait bien parfois des vocaux pour profiter de l’excellente production de certains morceaux. D’ailleurs de ce côté, on perçoit l’idée d’un Tobin épuré et plus efficace, plus proche de ses djsets, et pour le coup, plus en accord avec l’objectif de l’exercice. Car il n’en est pas à ses premiers essais de mix vocaux (vs Patton) et on avait vite l’impression que le son disputait la vedette au texte.

Cependant la qualité de production n’est pas constante sur l’ensemble, certains morceaux sont moins innovateurs dans la position des sons, peut-être est-ce dû à la dualité des producteurs.

En conclusion, cet album est comme une porte entre deux mondes qui donne l’occasion d’élargir son champ musical, ce n’est ni le meilleur du hiphop, ni le meilleur d’Amon Tobin, mais cela reste un ouvrage de qualité avec de très bons moments comme cette caricature de la ravebasse drum’nbass sur Kenan Rythm ou cette sensation Prodigy sur That Girl... Il faut juste se laisser le temps de les découvrir.

Extraits en écoute ici
http://www.myspace.com/2wofingers

Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

2 Messages

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)

  • Yann Tiersen - 11 5 18 2 5 18

    Il y a plusieurs carrières dans la carrière de Yann Tiersen, ou à tout le moins des périodes, qui s’entrecroisent, reviennent aussi parfois. On ne va pas refaire le parcours à chaque fois mais si on l’a laissé sur des albums au piano et d’inspiration bretonne, on a aussi beaucoup apprécié son approche du post-rock.
    L’origine de cet album remonte à la préparation d’un set pour le festival Berlinois de synthé modulaire Superbooth. Il en a profité pour se plonger dans les pistes de son album récent Kerber de (...)

  • !!! - Let It Be Blue

    Pour un groupe qui semblait se placer dans une mode, !!! (on peut dire tchik-tchik-tchik quand on cause) a une remarquable longévité. Qui plus est, s’ils sont restés fidèles à ce qui fait leur spécificité, un groove irrésistible et la marque de glande internationale de Nick Offer. Ils ont de plus ajouté sur leurs dernières parutions une dose de mélancolie de dancefloor de très bon aloi et on est contents de la retrouver ici. Le ressenti les rend plus intéressants.
    Une oreille distraite aurait sans (...)

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)

  • Skream - Outside The Box

    Maître ès dialectes
    Le dubstep fait peau neuve, et des formes mutantes d’une belle variété sont en train d’enrichir le genre pour mieux séduire les fans de rock qui n’en connaissent que la part émergée. Partis de Burial sur les bons conseils de quelques oreilles exigeantes, ils se délecteront tout autant des blips poisseux de Mount Kimbie, jaugeront le potentiel putassier de Rusko ou apprécieront la largeur de la palette de Skream.
    Né Oliver Jones, le DJ est sorti de son garage du South London avec (...)

  • Flying Lotus - Cosmogramma

    Si ta tata tond ton tonton...
    Lorsque, il y a trois ans, on découvrait Flying Lotus via son premier EP pour la maison Warp – décidément toujours aussi perspicace – on se disait qu’on était en train d’écouter la musique du futur. Rarement, avant le jeune Steve Ellison et ce “Reset”, on avait entendu fusion si dense et cohérente d’électro lancinante, de dubstep et de nu-jazz. L’incrustation du jazz dans l’électro n’est, en soi, pas forcément dépaysante pour les amateurs, depuis son versant le plus mélodique (...)

  • Nedry - Condors

    Apesanteur matérialisée
    Saluons d’emblée le flair de Mmarsupilami, qui avait chroniqué le présent opus en avant-première, suscitant un buzz intergalactique autour de sa sortie toute fraîche. Enfin, presque : il s’agirait manifestement d’une réédition, soutenue par l’obscur label Monotreme et orchestrée, pour tout dire, encore bien discrètement, les disquaires ne se bousculant pas pour le placer en tête de gondole. Résultat, on se refile la version physique sous le manteau sur les sites de vente en ligne – (...)

  • The Qemists - Join The Q

    Join the Q or not !
    Paradoxalement, pour trouver de quoi abreuver nos oreilles, on se réfère la plupart du temps aux mêmes sources, ce qui fait qu’on tourne assez vite en rond. Pour ma part, ayant souvent été fort secoué par les sorties des labels Ninja Tune et Warp, les sites de ces labels font souvent l’objet d’une visite. C’est ainsi que j’ai découvert The Qmists il y a quelque temps déjà et retenu leur nom. Juste leur nom, car si les signes étaient prometteurs, les morceaux n’étaient pas d’une (...)