Accueil > Critiques > 2009

Bibio - Vignetting The Compost

lundi 22 juin 2009, par Paulo

Audio botaniste


Aguiché par l’annonce de ce nouvel artiste chez Warp Records, j’avais en son temps, tendu l’oreille à la musique de Bibio. Ces premières notes n’étaient alors pas des plus convaincantes. Un folk un peu abstrait, juste une question de style, j’étais sans doute encore peu habitué à voir d’autres choses que des beep-cut&blips chez Warp, il me fallait donc un second ticket. Et en passant par des phénomènes tels que Grizzly Bear, il faut admettre que l’oreille est bien forcée de s’adapter à la mode des genres.

Pourtant, ne vous y trompez pas - comme moi- ce Vignetting The Compost sorti en mars dernier n’est pas encore l’album annoncé chez Warp, mais le dernier LP de Bibio chez Mush Records, véritable vivier musical puisqu’on y note, entre autres, le passage de Daedelus et Cloudhead. Quant à Bibio (Stephen Wilkinson de son vrai nom), on dirait qu’il a vidé ses caisses avant de quitter son champignon - un EP étant sorti le lendemain de ce LP , surproductif ? -. Est-ce dû au contrat de Mush Records, qui défend ses billes et son travail avec l’artiste ou est-ce Warp qui souhaite un certain relooking sonore, difficile de le savoir, mais il sera intéressant de comparer ces deux albums sortis à quelques mois d’intervalle. Pour la suite il faudra voir Ambivalence Avenue.

Ce qui ressort de cet album, c’est un fouilli de folk ambient, du lofi qui sent bon le foin de juin, les papillons qui se posent sur le compost, ici on entend les oiseaux là une mélodie enfantine mais toujours dans l’abstrait, le décalage. A l’instar des talents du sampling, Bibio transpose le "found art" à l’univers du son, décorant ses mélodies de sons divers enregistrés ici et là. Il pourrait être à mi-chemin de Boards Of Canada et d’un Devendra Banhart des débuts, où l’on entend le souffle du taperecorder. Autre effet de style serait le loop provenant du vinyl resté trop longtemps au soleil, c’est d’éléments comme ceux-la que Bibio sort de la chaleur et de l’émotion de ses productions, loin du formaté, on ressent le vivant, le vécu.

L’album est assez égal, bien qu’une alternance entre morceaux plus construits et interludes psyché se fasse sentir. Et on se surprend parfois aussi à penser que l’on a déjà entendu tel ou tel morceau mais il s’agit pourtant toujours d’une variation, un peu comme on faisait autrefois dans le classique, un thème passé de majeur en mineur et décliné de toutes les couleurs, c’est un peu ça l’univers onirique de Bibio. Ce n’est certainenement pas d’une profonde originalité mais il y a du bien-être qui se dégage, c’est ça aussi que l’on attend de la musique après tout.

http://www.myspace.com/musicabibio

http://www.myspace.com/mrbibio

    Article Ecrit par Paulo

Répondre à cet article

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où (...)

  • My Name Is Nobody - Merci Cheval

    La veille musicale est un engagement à temps plein. Une fois qu’on a aimé un.e artiste, il semble logique de suivre sa carrière. Pourtant il y a trop souvent des discontinuités. Mais il y a aussi des possibilités de se rattraper. La présence de Vincent Dupas au sein de Binidu dont l’intrigant album nous avait enchantés en était une. On apprend donc qu’il y avait eu un album en mars et l’occasion était (...)

  • The Decemberists – As It Ever Was So It Will Be Again

    Il y a quelque chose de frappant à voir des formations planter de très bons albums des décennies après leur pic de popularité. Six ans après I’ll Be Your Girl, celui-ci n’élude aucune des composantes de The Decemberists alors que par le passé ils semblaient privilégier une de leurs inclinations par album.
    On commence par un côté pop immédiat au très haut contenu mélodique. On a ça sur le limpide Burial (...)

  • Louis Durdek – Unnamed Road

    Les chanteurs français folk-rock qui s’expriment en anglais sont légion et nous ont déjà valu quelques bons moments. On ajoutera donc le Breton Louis Durdek à une prestigieuse lignée qui comprend aussi des artistes comme The Wooden Wolf, JJH Potter ou Gabriiel.
    Il est très compliqué de se singulariser stylistiquement sauf à quitter le genre, c’est donc la solidité des compositions et de (...)

  • Bélier Mérinos - Triste mais en tout temps joyeux

    On en a connu, des noms d’animaux. Etrange à dire sans doute, mais le nom derrière lequel se cache Geoffroy Pacot correspond plutôt à la musique, fondamentalement champêtre mais dénuée de pittoresque.
    Traduire un paysage en musique est sans doute une des entreprises les plus compliquées qui soient mais ce genre de post-rock bucolique y arrive, avec ce qu’il faut de field recordings et d’arpèges (...)

  • John Grant – The Art of the Lie

    Ça fait belle lurette que le style de John Grant a évolué, et on ne cherche plus depuis longtemps des traces de son fantastique Queen of Denmark. Mais on sait aussi que ce qu’on a aimé à l’époque se trouve toujours sous une forme différente. On le découvre au détour du son profond de Marbles par exemple.
    Triturer sa voix est un choix étrange quand on sait à quel point c’est un de ses atouts indéniables. (...)

  • of Montreal - Lady on the Cusp

    Un jour, on devrait faire gober la discographie d’Of Montreal à une AI et voir si elle arrive à prévoir la direction de l’album suivant. A notre peu algorithmique niveau, un album plus apaisé devait succéder au nerveux Freewave Lucifer f mais en abordant la douzième critique d’un de ses albums, on sait que la prédiction est difficile. Ce qui est compliqué en fait, c’est que le climat d’un album dépend (...)

  • Habibi - Dreamachine

    Habibi est un groupe féminin comme on les aime, c’est-à-dire avec une forte personnalité. Certes, on distingue chez le groupe de Brooklyn un cousinage avec des choses comme Warpaint (en moins froid) mais l’étendue de leur palette est assez marquante.
    Si on entame les hostilités du côté plus anguleux avec On The Road, elles peuvent aussi réussir la pop vaporeuse et très mélodique d’In My Dreams ou le (...)

  • Vampire Weekend - Only God Was Above Us

    Peut-on survivre à la hype ? Si on en croit la longévité de Vampire Weekend, la réponse est indéniablement positive. Ayant été très tôt sur la balle, ça fait longtemps que le groupe de Brooklyn nous accompagne. Après deux premiers albums irrésistibles puis deux autresplus hétérogènes dans les intentions et le résultat, on les retrouve en très bonne forme. Sans doute qu’avec un peu de recul, cette évolution (...)