Accueil > Critiques > 2009

Nathan Fake - Hard Islands

mardi 26 mai 2009, par Seb

Surréalisme quand tu nous tiens


Pas toujours simple d’assurer après un carton comme The Sky Was Pink. Qu’en est-il 5 ans plus tard ?

Nathan Fake propose un EP de 6 morceaux dans la pure veine de Border Community. Pas de doutes, dès le début, le charme opère toujours et on retrouve l’univers à part, déjanté de l’Anglais. La recette semble toujours la même avec ces mélodies un peu infantiles, une dose de surréalisme et des rythmes syncopés là où on ne les attend pas. On nage en terrain connu certes, mais impossible de ne pas succomber et pas la moindre lassitude à l’horizon.

Les nappes sont envoûtantes, les progressions imparables, bref la maîtrise est bien présente. Les morceaux s’enchaînent et surprennent toujours autant. La palme du jusqu’au-boutisme du délire sonore revient à Narrier. Cet assemblage de sons improbables nous projette dans un espace contrasté, tantôt oppressant, tantôt vertigineux. Un peu comme un astronaute qui serait perdu dans l’espace. Je n’ai jamais essayé mais ça doit plus ou moins y ressembler.

Fertiger clôture la marche avec un revival acid sauce Nathan. Très agressif dans sa première partie, un peu trop dur à mon goût mais la fin s’allègent, la TB303 est mise de côté et la féerie reprend son cours.

Un seul regret, c’est un peu court mais vu le nombre d’échecs sur la scène électronique lors du passage au format album, un goût de trop peu est peut-être préférable. Si vous êtes fan, cet EP est immanquable. Pour les autres je vous le recommande chaudement mais un peu de persévérance sera nécessaire pour pénétrer cette univers complètement barré.

    Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Nathan Fake - Hard Islands 26 mai 2009 12:53, par Marc

    Même si on sent tout de suite la "border community touch", cet EP est quand même assez différent de The Sky Was Pink qui récupérait même par moments des plans de type ’shoegaze’ et n’a pu viser les dancefloors que via d’excellents remixes (le coreligionnaire Holden).

    Mais il n’en reste pas moins que c’est une des sorties marquantes du genre cette année (pour moi qui n’en écoute pas des pelles en tous cas...).

    repondre message

    • Nathan Fake - Hard Islands 3 novembre 2009 15:12, par martinsson

      Cet EP est en effet plus Border Community mais surtout plus ’techno’ que ne l’était l’electronica ’Drowning in a sea of love’ (avec ce fameux "The sky was pink")

      repondre message

  • Ultra Sunn - US

    Suivre des artistes, découvrir de prometteurs EP et puis écouter leur premier album qui confirme tout le potentiel soupçonné, c’est vraiment un des plaisirs de cet étrange hobby. Et dans les EP qui nous avaient vraiment plu (et pas qu’à nous si on en juge par l’ampleur de leur tournée), le duo bruxellois se plaçait assez haut. Gaelle Souflet et Sam Huge nous reviennent donc US qu’ils ont écrit, (...)

  • Danube - Cities

    Plusieurs morceaux étaient disponibles et ont attisé l’attente qui n’a pas été déçue par ce premier album de Danube dont les noms de morceaux sont des capitales européennes. Oui, un peu comme dans La Casa de Papel. Ce qui n’est pas clair par contre c’est qui se cache derrière ce projet. C’est secondaire évidemment, la musique primant tout.
    Quoi de plus compliqué à définir qu’un son ? C’est un challenge (...)

  • Dark Minimal Project – Remixes

    On vous avait déjà dit tout le bien qu’on pensait du second album de Dark Minimal Project, Ghost of Modern Times. On avait décelé un cousinage certain avec Depeche Mode et c’était loin de nous déplaire. Et la ressemblance se prolonge avec ces remixes, le groupe anglais étant très friand de l’exercice. Sur la pochette, les deux protagonistes Guillaume VDR et Ange Vesper semblent avoir pris cher mais (...)

  • Tinlicker – Cold Enough For snow

    Chacun va mettre sa ligne rouge sur cet album du duo de producteurs bataves Micha Heyboer and Jordi van Achthoven. C’est forcé tant cet album oscille entre trop et beaucoup trop, délicatesse et évanescence. Mais il est aussi impossible de ne pas trouver son compte non plus. Ce continuum qui va de la pop dansante et cotonneuse à du matos pour une rave à 4 heures du matin est en tout cas assez (...)