Accueil > Musique > 2009 > Nathan Fake - Hard Islands

Nathan Fake - Hard Islands

mardi 26 mai 2009, par Seb

Surréalisme quand tu nous tiens


Pas toujours simple d’assurer après un carton comme The Sky Was Pink. Qu’en est-il 5 ans plus tard ?

Nathan Fake propose un EP de 6 morceaux dans la pure veine de Border Community. Pas de doutes, dès le début, le charme opère toujours et on retrouve l’univers à part, déjanté de l’Anglais. La recette semble toujours la même avec ces mélodies un peu infantiles, une dose de surréalisme et des rythmes syncopés là où on ne les attend pas. On nage en terrain connu certes, mais impossible de ne pas succomber et pas la moindre lassitude à l’horizon.

Les nappes sont envoûtantes, les progressions imparables, bref la maîtrise est bien présente. Les morceaux s’enchaînent et surprennent toujours autant. La palme du jusqu’au-boutisme du délire sonore revient à Narrier. Cet assemblage de sons improbables nous projette dans un espace contrasté, tantôt oppressant, tantôt vertigineux. Un peu comme un astronaute qui serait perdu dans l’espace. Je n’ai jamais essayé mais ça doit plus ou moins y ressembler.

Fertiger clôture la marche avec un revival acid sauce Nathan. Très agressif dans sa première partie, un peu trop dur à mon goût mais la fin s’allègent, la TB303 est mise de côté et la féerie reprend son cours.

Un seul regret, c’est un peu court mais vu le nombre d’échecs sur la scène électronique lors du passage au format album, un goût de trop peu est peut-être préférable. Si vous êtes fan, cet EP est immanquable. Pour les autres je vous le recommande chaudement mais un peu de persévérance sera nécessaire pour pénétrer cette univers complètement barré.

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

2 Messages

  • Nathan Fake - Hard Islands 26 mai 2009 12:53, par Marc

    Même si on sent tout de suite la "border community touch", cet EP est quand même assez différent de The Sky Was Pink qui récupérait même par moments des plans de type ’shoegaze’ et n’a pu viser les dancefloors que via d’excellents remixes (le coreligionnaire Holden).

    Mais il n’en reste pas moins que c’est une des sorties marquantes du genre cette année (pour moi qui n’en écoute pas des pelles en tous cas...).

    repondre message

    • Nathan Fake - Hard Islands 3 novembre 2009 15:12, par martinsson

      Cet EP est en effet plus Border Community mais surtout plus ’techno’ que ne l’était l’electronica ’Drowning in a sea of love’ (avec ce fameux "The sky was pink")

      repondre message

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)