Accueil > Musique > 2009 > Tortoise - Beacons Of Ancestorship

Tortoise - Beacons Of Ancestorship

vendredi 18 septembre 2009, par Marc

Au fond de mon tiroir


Pour moi, la première fois que j’ai entendu le terme de post-rock, c’était au sujet de Tortoise, et plus précisément de cet indispensable TNT. Cet album m’a toujours procuré bien du plaisir, même si j’ai un souvenir d’assoupissement au festival de Dour (mais bon, c’est Dour hein, le post-rock n’est pas la seule source d’assoupissement).

Cet article est sans doute un de ceux qui ont connu le plus long délai entre son amorce et sa publication. Anecdotique sans doute mais symptomatique d’une incapacité à trancher.

On se sert de cette appellation souvent par défaut, pour tout ce qui sort du format pop-rock. Comme on dénote de temps à autre un clin d’œil au Krautrock, on se dit que c’est plus sur les traces de ces glorieux défricheurs comme Can qui pouvait concilier ples plaisirs du corps et de l’esprit qu’ils se situent que vers les tenants d’un post-rock à guitares rock (Mogwai) ou plus lacrymales (Explosions In The Sky). Evidemment, avec deux batteries en concert, les textures rythmiques peuvent se faire riches. Mais malheureusement, le reste ne suit pas toujours (Nothern Something). Je préfère quand il y a une vraie pulsation comme sur Gigantes, quand des rythmes d’apparence complexe sont servis avec suffisamment de légèreté. C’est aussi pour ça qu’on ne peut jamais les taxer d’élitisme.

A confluent du contemporain, du jazz pour l’utilisation de certaines gammes pas toujours musicales pour l’auditeur basique que je suis. Penumbra est à ce titre assez déconcertant. Sans doute faut-il y voir la raison de la durée pour le moins modeste d’une minute. De même Yinxianghechengqi qui gagne haut la main du nom le plus pénible à orthographier de l’année n’est pas le morceau le plus emballant. Et comme ils sont ingrats vis-à-vis de l’effort.

Minors me plait nettement moins, avec sa progression d’accords qui sonne trop la musique d’ambiance (celle qu’on n’écoute pas forcément donc). La placidité de The Fall Of Seven Diamonds ne m’a pas véritablement enchanté non plus

Je l’ai dit, c’est le plaisir seul qui gère les étoiles. Et il a parfois cédé du terrain au long de l’écoute de ces valeureux représentants d’une certaine aristocratie musicale. C’est que même si j’ai écouté longuement cet album, je suis souvent passé de l’envie de taper du pied à un ennui poli. Complexe mais légère, cette musique un peu cérébrale n’est pas ce qui m’agite le plus je dois bien dire. Je m’en veux un peu de ne pas avoir de choses plus constructives à dire à propos d’un groupe crucial mais il va falloir vous en contenter pour aujourd’hui. Désolé dites.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

3 Messages

  • Tortoise - Beacons Of Ancestorship 19 septembre 2009 15:56, par Laurent

    Bon ben, comme je l’avais cité dans la playlist de septembre qu’un commentaire nous avait permis de partager, j’avoue en revanche un faible pour le morceau Minors. Judiceusement placé en milieu d’album, il relance un intérêt considérablement mis à mal dans les dix minutes qui le précèdent, grâce à son côté très choucroute-rock justement. M’enfin, il me semble clair que "Beacons of Ancestorship" ne marquera pas son époque et probablement peu le parcours discographique du groupe (dont je suis à peine familier par ailleurs).

    repondre message

    • Tortoise - Beacons Of Ancestorship 19 septembre 2009 17:12, par marc

      Bah, j’avais mis Gigantes sur la playlist de juin, c’est dire si cette critique a trainé. Cette année, c’est plutôt sur scène qu’il fallait vir Tortoise, si on doit en croire les commentaires de ceux qui les ont vus à Dour, au Pukkelpop ou ailleurs.

      Et puis, c’est aussi parce que d’autres groupes qui arrivent m’enflamment bien plus (Fuck Buttons et Do Make Say think) que je me suis décidé à y mettre un point final.

      repondre message

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)