Accueil > Critiques > 2009

Minsk - With Echoes in the Movement of Stone

jeudi 20 août 2009, par Fred

Post-metal ? Pourquoi pas en fait !


Il faut parfois se purger les oreilles, se faire un cure, un pélerinage.
Pour moi, ce sera un pélerinage métal.

Plutôt que de vous parler du dernier Metalica, permettez moi de vous présenter Minsk. D’abord Minsk, c’est la capitale de la Bielorussie, mais c’est aussi le nom de ce groupe de métal/post-metal/post hardcore américain, formé en 2002..
C’est marrant, vous trouvez pas, que tout soit "post"de nos jours ? C’est probabement que tout est si vite dépassé... enfin.

J’ai découvert Minsk et cet album par hasard, un coup de chance.
Ce qui m’a frappé de prime abord, c’est cette rythmique évoluant entre le son lourd d’un Ministry et les rythmes tribaux d’un Liars.
Second élement de séduction, les morceaux construits sur la longueur à l’instar des icones du post-rock, Mogwai, avec à l’arrivée un mur de son énorme mais toujours maîtrisé.
La comparaison avec les écossais s’arrêtera là. Les élements de sonorité métal au niveau des voix et des guitares marquant clairement leur différence.

Le chant repose souvent sur les harmonies des deux voix sur les parties les plus lentes, ce qui, combiné au travail d’atomsphère des guitares et des synthés et aux rhytmes tribaux, donne une aspect sprirituel, lyrique et psychédélique.
Plus que secoué, on en vient à être touché par cette musique et l’arrivée de gros son ne fait qu’amplifier ces sensations.

Comme il se doit, les atmosphères sont pesantes, lourdes et la tension créé s’étend pendant de longues secondes. La recette est connue mais donne toujours un effet aussi surprenant au moment où les vannes s’ouvrent. Le relâchement de ces flots de metal est du plus jouissif.
Ils réussissent là où un Sun O))) n’avait réussi qu’à nous faire soupirer.

On vous recommende donc ce 3eme album de Minsk comme une piste explorer pour les fans de post-rock qui souhaitent allez voir un peu du côté du métal.
Pour ma part, le post-metal s’ajoutera à mes styles à surveiller.

    Article Ecrit par Fred

P.-S.

Le Myspace du groupe.

Répondre à cet article

  • Mono – Oath

    Ce qui est rare est précieux. Et dans un contexte musical où le post-rock se raréfie, les plaisirs que confèrent une formation comme Mono ne sont pas reproductibes par d’autres genres et deviennent d’autant plus précieux. Mais cette rareté ne confère pas pour autant le statut de chef-d’œuvre au moindre album du genre, loin s’en faut même.
    Une fois ces généralisations balancées, penchons-nous sur le cas (...)

  • Binidu - //

    Si on avait croisé le chemin de Vincent Dupas quand il officiait en tant que My Name Is Nobody, on était passés à côté de ce projet qu’il partage avec Jean Baptiste Geoffroy et Jérôme Vassereau (ils sont aussi tous membres de Pneu). Le troisième album en onze sera donc l’occasion de faire la découverte.
    On sent dès le début de We Grew Apart que le morceau ne restera pas aussi désolé et de fait une (...)

  • Oootoko - Oootoko

    l y a plusieurs expressions qui attirent immédiatement notre attention. Et big band n’en fait pas vraiment partie. Mais il faut reconnaitre que les effectifs pléthoriques sont aussi une belle façon de susciter l’ampleur. C’est précisément ce qui rend Oootoko immédiatement sympathique.
    Impossible donc de valablement tenter le jeu des étiquettes. Même le terme générique de ’musique instrumentale’ ne (...)

  • Midas Fall - Cold Waves Divide Us

    Il ne nous est jamais arrivé de penser qu’une voix manquait à des morceaux. Même quand Albin de la Simone a jeté sur un album instrumental ce qui est devenu plus tard de ’vraies’ chansons, l’élément vocal ne semblait pas indispensable. Dans le cas de Midas Fall par contre, le chant a toujours semblé de trop, redondant par rapport à la majesté du post-rock qui l’entoure. On aborde donc cet album en (...)