Accueil > Musique > 2009 > Clark - Totems Flare

Clark - Totems Flare

mardi 28 juillet 2009, par Paulo, Seb

Clark sort son massey ferguson.


Clark livre avec Totems Flare son troisième opus depuis l’ablation de son particule "Chris", un album qui s’inscrit dans la continuité des deux précédents. Certains avancent même le concept de projet, voir de la trilogie Clark...

Lors de la critique des deux précédents albums, il avait été établi que Boddy Riddle avait tout pour être le meilleur album de Clark. Warp ne s’était pas trompé d’ailleurs. La sortie de ce nouvel album permet de faire le bilan sur la vie du second, Turning Dragon. Il laisse un souvenir trop hardcore, assez mal accueilli par la presse dans l’ensemble bien qu’il faut soutenu par des prestations lives excellentes durant cette période, on se souvient notamment de celle du festival Dour 2007.

Depuis, Clark avait laché quelques sons de ce nouvel album au travers d’un EP pour le single Growls Garden accompagné de b-sides qui manquaient de finition. Mais au travers deTotems flare, on comprend assez rapidement que l’on a encore affaire à quelque chose d’excellent et de très bien fini, que l’on décrira vite comme étant à la jonction des deux précédents albums. Moins mélodique que le premier, mais plus que le second et des rythmes moins durs que le second mais plus que le premier si vous suivez encore... L’univers sonore est très vite reconnaissable. Le gros synthés bien lourds sont toujours présents (Luxman Furs) et les rythmiques sont bien disjonctées (Future Daniel)

L’introduction balance pas moins de trois ambiance rythmiques complètement différentes en moins de 4’30, bref le ton est donné : Mister loop restera au placard. Les morceaux sont assez courts. Les tempos sont assez variables démontrant au passage l’étendue de la palette.

Même avec des beats moins hardcore (Growls Garden), Cark montre qu’il sait encore utiliser son tracteur et hérisse les poils opposant ces mélodies dures et ces voix lointaines telle une hymne électronique. Ce n’est pas pour rien si ce morceau fait déjà partie de la tracklist de James Holden.

La furie de Rainbow Voodoo nous fait sentir qu’on a peut-être parlé un peu vite, le côté hardcore saturé est bien là, jouissif comme souvent. Les BPMs s’affolent et l’ombre de Turning Dragon se fait sentir.

Look into the Heart Now a un côté retro acid et techno qui nous rappelle des morceaux de LfO, Leftfield ou même Underworld par un certain côté éthéré. On pourrait même tenter la pioche Daft Punk pour l’usage de vocoder, de solos de guitares électriques et l’approche pop de certaines idées.

Les ambiances se succèdent et ne se ressemblent pas mais la cohérence est bien présente. Il faut cependant avoir les oreilles bien accrochées pour digérer le déluge d’idées (Ecoutez en 10 secondes Totem Crackerjack par exemple) qui traverse l’esprit de Clark. Une fois la porte franchie il vous sera difficile d’en revenir....

La fin de l’album permet de se calmer et de s’éloigner de l’épilepsie du début. Talis ressemble à la réponse descendante de Growls Garden et le morceau Absence, à base de guitares solo, nous transporte dans une méditation electrofolk. C’est d’ailleurs l’occasion pour Clark de renouer avec d’anciennes expériences de Chris Clark.

Bref, Totems Flare est un album indispensable si vous avez déjà les deux précédents, on ira même jusqu’à dire que les trois albums de Clark sont indispensables si vous aimez le style. Le négatif de l’histoire, c’est que si cette rumeur de trilogie se confirme, elle est donc terminée et qu’elle nous laisse un peu dans le flou sur le futur du projet Clark... C’est peut-être suffisant pour se faire une petite angoisse. Mais pas longtemps, il reste Totems flare pour se réjouir.

Un aperçu rapide de cet album avec comme d’habitude le sampler sur sa page myspace

Article Ecrit par Paulo, Seb

Répondre à cet article

  • Fanfara Station - Boussadia

    Fanfara Station, c’est le multi-instrumentiste tunisien Marzouk Mejri, le trompettiste américain Charles Ferris, et le producteur/DJ italien Marco Dalmasso. Ensemble, ils tentent de mélanger l’énergie des rythmes et chants du Maghreb avec celle d’un dancefloor. Et ça marche parce que Nagran est un méchant groove rehaussé d’électronique. Mais sans tomber dans le gros beat qui tache. Une performance en soi, un résultat à haute dose énergétique.
    Cet album est majoritairement chanté en Arabe et outre la (...)

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • FUCTAPE - FUCTAPE

    Au moment d’aborder un album, on est parfois submergés par les informations, les intentions et les comparaisons aussi élogieuses que non pertinentes. Le collectif de Toronto (une vingtaine de membres quand même) ne suit décidément pas cette tendance tant il est compliqué de savoir qui fait quoi, voire qui en fait partie tout court. C’est sans doute voulu et cohérent avec le forcément un peu disparate résultat. Mais jamais on n’a l’impression d’entendre une compilation.
    Dès l’intro au piano avec des (...)

  • run Sofa - The Joy of Missing Out

    On ne peut pas dire qu’en tant que ville industrielle, Charleroi nous ait livré autant de frissons musicaux que, disons Sheffield ou Manchester. Et si ça changeait ? On n’en sait rien mais un environnement pareil peut aussi être stimulant comme peut le prouver le groupe du jour, distribué par les Liégeois de Jaune Orange montre une belle vitalité.
    L’immédiateté, les avis rapides et tranchés, c’est bien mais parfois il faut un peu de temps pour apprivoiser un artiste, même sur un EP de six titres. Il (...)

  • Peritelle - Ne Soyez Pas Triste

    On avait déjà copieusement apprécié ce que faisait Carl Roosen en tant que Carl ou Carl et les Hommes-Boîtes ou Facteur Cheval. Il est donc logique que l’attachement se poursuive avec Peritelle. On ne lui en veut même pas d’avoir pondu des textes pour le rejeton Geluck (Antoine Chance donc). C’est un de ces cas-limites où la subjectivité joue en plein. On ne va pas le nier, il faut même le reconnaître.
    Tout est question de ton et de collaborations. Ses partenaires de jeu sont ici Julien Campione (...)

  • Dum Spiro - Hors Chant

    Il faut parfois oser dépasser son pré carré, s’aventurer à la lisière pour découvrir du nouveau. Et ce nouveau, pour moi, est par exemple ce Dum Spiro, coordination des talents de musicien de Francis Esteves et du slameur Zedrine. Le résultat n’est pas a proprement parler un album de hip-hop vu que ça semble plus pensé comme un projet musical, pas des textes qui réclamaient un habillage (on signale même des instrumentaux). Dans un autre genre, on se rappelle de ce que nous avait livré Filiamotsa. (...)

  • En vacances, j’ai écouté... (5) des nerds

    Ben oui, les vacances sont les vacances : ça donne beaucoup de temps pour piquer un plongeon dans la musique, mais pas trop l’envie d’en parler. Du coup, autant revenir sur quelques disques écoutés à l’ombre des cocotiers et dont, qui sait, vous me direz des nouvelles... Cette semaine, on revient sur dix albums pop-rock qui dosent l’expérimentation avec plus ou moins de savoir-faire, pour obtenir les résultats les plus touchants ou les plus décalés, selon l’intention.
    The Berg Sans Nipple – Build (...)

  • Barbara Panther - Barbara Panther

    Retour vers le futur
    Méfiez-vous, les filles ! Björk a appelé et elle veut récupérer sa place. C’est qu’il y en a eu, depuis les dernières nouvelles du lutin islandais, pour occuper le poste vacant de diva conceptualiste : des vestales ferventes au tempérament de geyser, praticiennes fantasques d’une forme d’avant-garde pour le peuple, d’une pop volcanique aussi glacée en apparence qu’elle est brûlante au dedans. Le genre de musique qui parvient à être aussi limpide que le cristal tout en présentant la (...)

  • The Go ! Team - Rolling Blackouts

    Tonique
    On nous bassine souvent avec les propriétés stupéfiantes des diverses boissons énergétiques inondant le marché, héritières légitimes des potions et autres élixirs que les charlatans ambulants, depuis leur roulotte convertie en podium, vendaient par caisses entières dans le vieux far west. Les bonimenteurs d’aujourd’hui, à grands renforts de promotions télévisées, voudraient à leur tour nous refourguer le dernier remède miracle pour retrouver la jouvence ou à tout le moins, si possible, nous (...)

  • Maximum Balloon - Maximum Balloon

    Renard des surfaces
    Faut-il disserter sur ce disque estampillé David Sitek, architecte sonore pratiquement institutionnalisé, que ce soit au sein de TV On The Radio ou aux manettes d’une poignée d’albums toujours recommandables ? Et si oui, se pose la question de savoir quelle problématique élaborer face aux nombreuses réflexions que suscite cette escapade. Doit-on reposer la question de savoir où s’arrête sa griffe unique et si elle explique, seule, la réussite de ses projets participatifs ? Faut-il (...)