Accueil > Critiques > 2009

Kasabian - West Ryder Pauper Lunatic Asylum

lundi 10 août 2009, par Fred

Remontée d’acide


Leur précédent album m’avait laissé une bon souvenir et les présentait déjà comme une étrangeté dans la scène pop anglaise avec un positionnement plus proche des Stone Roses ou de Primal Scream que de Suede et Oasis.

Pour ce troisième album, on peut dire que rien que le titre frappe déjà très fort. La pochette est quant à elle à la hauteur de ce titre à tiroir.

On avait pu goûter il y a quelques semaines au single mis en téléchargement libre sur leur site.
Grosse claque que ce Vlad The Impaler, qui résonnait comme un l’appel à la poursuite des hostilités. Un gros son décomplexé, imparable et puissant, aux accents Big Beat.

Mais cet album est en fait beaucoup plus complexe que ne le laissait paraître ce single. Kasabian cherche tout autant à brouiller les pistes qu’à se diversifier semble-t-il.
Là où, Empire s’écoutait comme un album de chanson, Asylum semble devoir s’apprécier comme un album d’atmosphère, comme une voyage psychédélique, comme un Animals des Floyds, un Sergent Peppers’ des Beatles, ...
Kasabian varie donc les plaisirs, pour nous offir sa version du trip psyché : tantôt rock, tantôt orientalisant, tantôt plus electro, tantôt balade.

C’est dans une atmosphère feutrée orientale que tout commence (Underdog).
On enchaine avec des rhytmiques à la Death in Vegas sur le fort réussi Where Did all the love go, suivi d’une pièce psyché ambiant à la Pink Floyd, première époque : Swarfiga, qui manque malheureusement trop d’enjeu et d’ambition pour ne pas paraître inutile.

Le ton et le tempo s’élève lentement sur un Fast Fuse, fusion étrange de rythmique et une guitare punk crasse, de backing psychés, traversés quelques inclusions electroniques. Mais le swing et le compo tiennent un bon bout et ça glisse finalement dans nos oreilles comme un shot de Tequila (ou de Mescal).

Une fois passé une phase plus calme et moins percutante composée d’une balade folk une peu plate Thisk as Thieves, d’une mélopée Western entonnée aux côté de Rosario Dawson West Rider Silver Bullets, du dégoulinant Ladies and Gentleman..., la fin de l’album révèle encore quelques bonnes surprises.
Un Secret alphabets pour commencer, entouré de nappes planantes, de guitares orientalisantes, et de quelques notes d’electro ambiant de bonne aloi, qui se conclut sur des lignes de cordes "cinématographiques".
Un Fire, ensuite, poursuit le voyage psyché en y incorporant une dose de Big Beat. C’est du Basement Jacks sous acide.!

Ce n’est probablement pas le meilleur album de l’année, mais il mérite une mention honorable pour ses ambitions hors des sentiers battus. Et si le taux de réussite de ce West Ryder Pauper Lunatic Asylum est inférieur à son prédécesseur, c’est probablement le prix de la diversification.
Difficile, touffu, au premier abord, cet album révèle ses qualités et ces quelques perles (Underdog, Fire, Secret Alphabets, Fast Fuse, Vlad) après quelques écoutes.

Posologie : A savourer dans son entièreté au calme, ou conserver les parties les plus rythmées sous le coude pour égrainer sur une playlist/ un set.

    Article Ecrit par Fred

Répondre à cet article

3 Messages

  • Kasabian - West Ryder Pauper Lunatic Asylum 12 août 2009 07:17, par Laurent

    J’ai vraiment été épaté par cete album, car je n’ai jamais soupçonné Kasabian - avec son côté outrancier parfois risible (sur scène en particulier) - de pondre quelque chose d’aussi solide. J’aurais rajouté une étoile : pas l’album de l’année sans doute, mais au rayon rock anglais à forte prégnance psyché, pour le coup ils ont fait fort (je trouve).

    repondre message

    • Kasabian - West Ryder Pauper Lunatic Asylum 13 août 2009 14:20, par Fred

      Effectivement, tu as raison, ça mérite probablement bien 4 étoiles.
      Ca vaut en tout cas d’être mis en avant car dans le style on a pas eu grand chose de mieux dernièrement.
      donc, je m’en vais changer ces étoiles...
      Tiens, ils ont déjà commencé une tournée hors du Royaume Uni ?

      repondre message

  • Kasabian - West Ryder Pauper Lunatic Asylum 13 août 2009 16:51, par Uliketeam

    Bonjour à toute l’équipe de "mes critiques",

    Votre site nous a beaucoup plu et nous aimerions vous proposer de l’intégrer au réseau Ulike News qui compte à ce jour déjà plus de 200 blogs critiquant chaque jours l’actualité culturelle.

    Ulike est un site qui permet de partager ce que l’on aime (ou pas) et de faire des découvertes culturelles. Le site regroupe 80 000 membres dans toute l’Europe. Il y a un mois nous avons lancé Ulike News qui permet de faire découvrir à nos utilisateurs des articles de blogs qui parlent de ce qu’ils aiment.
    Vous pouvez en apprendre plus sur nous à travers notre page sur l’encyclopédie Wikipédia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ulike

    Comment ça marche ?
    Ulike reprend uniquement les premières lignes des blogs ou sites web pour donner envie aux utilisateurs du site de venir lire la suite chez vous. Sur ce modèle, le début de vos articles sera disponible sur une page qui vous sera dédiée, sur la page Ulike des artistes dont vous parlez ainsi que dans la section "News".

    Si vous acceptez de nous rejoindre, nous vous demanderons simplement de faire un lien vers Ulike.net depuis votre site

    Bien entendu, nous nous tenons à votre disposition pour répondre à toutes vos questions.

    Cordialement,
    Uve pour la uliketeam
    news@ulike.net
    www.ulike.net

    repondre message

  • Editors – EBM

    Peut-être que c’est nous. Peut-être que c’est eux. Toujours est-il que des groupes qui nous ont enflammés à leurs débuts sortent sans coup férir de nos radars pour n’y plus revenir. Bloc Party, Foals, Franz Ferdinand, Archive, ils sont nombreux à être arrivés et repartis. En 19 ans de critiques, c’est sans doute logique. Editors faisait partie du contingent, on avait d’ailleurs conclu la critique du (...)

  • Foals – Life Is Yours

    Depuis un certain temps, chaque sortie de Foals suscite un peu de curiosité et on se promet de passer notre tour si ça ne nous inspire pas. Et depuis longtemps, on n’est plus séduits mais toujours assez pour formuler un avis. On avait quitté la formation anglaise sur un double album qui étrangement ne lançait pas les idées nouvelles que le format laissait espérer.
    Jamais désagréable, toujours bien (...)

  • The Smile – A Light For Attracting Attention

    Sans vouloir manquer de respect aux autres membres de Radiohead, lesquels sortent même sous leur nom des albums charmants, Thom Yorke et Johnny Greenwood sont tout de même au cœur du processus artistique de la formation d’Oxford. Un artiste qui tente le solo, c’est dans l’ordre des choses. D’ailleurs, Yorke produit de très convaincants albums solo quand Greenwood connait un vrai succès avec ses (...)

  • Maxwell Farrington et Le Superhomard - I Had It All (EP)

    Parfois il faut faire un pas de côté, prendre un peu de recul pour que les choses apparaissent sur un jour nouveau. Certes, le temps avait manqué pour vous parler de Once qui marquait la rencontre entre le chanteur australien installé en Bretagne et le musicien et producteur français Le Superhomard (Christophe Vaillant pour l’état civil), mais l’album avait plu, récoltant un beau succès critique.
    Et (...)

  • Tamar Aphek - All Bets are Off

    On ne peut nier l’importance de la jeunesse, le mythe tenace du premier album. On sait qu’il y aura toujours des albums venus de nulle part pour récompenser notre patience et notre dévouement. On n’a qu’une seule chance de faire une bonne première impression et la jeune Israélienne Tamar Aphek la saisit à pleine mains. Son premier album (il y a eu un EP avant ça) démarre sur les chapeaux de roues, (...)

  • MamaKilla - We Coo

    MamaKilla (on prononce ‘Mama kiya’ visiblement) est un power-duo avec Stéphane Del Castillo au chant et à la guitare, Boris Barzul à la batterie et aux samples. La formule est souvent reprise, notamment pour faire beaucoup de bruit ou assumer de bons délires psychédéliques. C’est un peu le cas ici, mais si on vous en parle, c’est surtout parce qu’il y a autre chose.
    On prend ses marques avec We Coo (...)

  • Freedom Candlemaker - Beaming Light

    Vous reprendrez encore une petite lampée de pop grecque ? Pas de panique, Lefteris Moumtzis s’exprime en anglais, le nom du projet étant même la traduction littérale du patronyme du Chypriote.
    On entre tout de suite dans son univers cotonneux avec un son très doux. Mais on aura aussi de la variété puisque après l’ample début il varie et syncope. On aura droit aussi à une dose de psychédélisme. Le son (...)

  • Saint Sadrill - Pierrefilant

    Harmonies vocales en avant, grand départ sur un morceau de 11 minutes, on ne peut pas dire que la musique de Saint Sadrill vise les personnes pressées. Pourtant, le projet du Français Antoine Mermet et de ses comparses n’a rien de torturé. Elle musique prend son temps mais pas nécessairement pour flâner en route (ce qui serait son droit le plus strict) mais pour qu’on profite du climat installé. (...)