Accueil > Musique > 2009 > Naive New Beaters - Wallace

Naive New Beaters - Wallace

jeudi 13 août 2009, par Fred, Marc

Just Try to stay positive


On a beau être de bonne composition, on est par habitude assez méfiants vis-à-vis des albums trop buzzés. Un raffut du NME, une origine française finalement exotique, un style frais mais à la lisière de la grosse déconne, voilà ce qui nous retenait un peu. Pourtant, Listen2fight nous avait déjà encouragés à y jeter une oreille.

Pour ce qui est de leur origine, elle est finalement étonnante mais complètement anecdotique tant ils évoluent loin des autres productions d’Outre-quiévrain. En effet, ils n’hésitent pas à faire appel à une bonne vieille guitare pour rehausser leurs effets (Get Love, Wow Now) et ainsi évoquer le Bloodhound Gang. Et c’est souvent sur un phrasé typé hip-hop que les morceaux reposent.

Ce surcroit de rythmique au niveau de la voix amène de belles surprises mais quand il se voit trop poussé, l’effet général est gâché et on se retrouve avec un morceau certes énergétique mais un peu sommaire (Boring David, Wow Now). Mais un Can’t Choose est aidé par une section rythmique d’une simplicité déconcertante qui révèle en fait l’efficacité de la composition. On a même droit à un groove réminiscent des compos de Calvin Harris (Janeiro), mais servi pour un vrai guitariste, ce qui ne gâche rien, loin de là.

Ils ont aussi le bon goût de ne pas transformer ce phrasé hip-hop en gimmick, alternant avec des morceaux chantés. La qualité du songwriting peut se vérifier quand on n’a plus l’excuse de faire bouger les gens. Un Dual Income No Kids s’avère donc une bonne surprise. Pas bouleversante en soi mais qui montre un potentiel pour sortir de la bourrinade proto-électro. Et dans le style des morceaux qui font penser aux vacances, Just another Day se conçoit un verre de punch à la main, dans un transat. C’est frais, positif et léger. Et l’ambiance de coolitude générale qui se dégage de l’album peut renvoyer aux belles heures de Cake.

Il faut parfois insérer un morceau "over the top", un interlude déjanté, comme le Koolaid de Just Jack. Ici ce sera LA Trumpets, juste ce qu’il faut pour vous réveiller. Un synthé gonflé à la disto, une basse, un gros beat, des fills de guitare agressifs, il n’en faut pas plus pour nous amuser 105 secondes. On se croirait revenu au temps du premier Infadels.

Ce n’est pas du pessimisme foncier mais il faut sans doute profiter de cet album et ne pas espérer de jours meilleurs. Dans cette zone grise entre le rock et l’electro à visées dansantes, les premiers albums enthousiasmants entrainent un inévitable questionnement souvent résolu de façon décevante (The Rapture, Infadels, Bloc Party). On ne voudrait pas être à la place des excellents Foals. Mais bon, on va laisser le temps faire son œuvre et prendre cet album pour ce qu’il est, c’est-à-dire une bonne lampée de morceaux remuants sans prise de tête ni lobotomie. L’énergie positive est bien au rendez-vous en tous cas.

Article Ecrit par Fred, Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Naive New Beaters - Wallace 14 août 2009 09:31, par Yann Lebout

    Et pour ajouter à cela, je dirais que j’ai passé un excellent moment à leur live au Dour Festival, léger, mais sympathique !

    repondre message

  • C’mon Tigre – Scenario

    On connaissait déjà la formation à l’étrange patronyme félin mais on a bizarrement attendu leur troisième album pour vous en parler, sans doute parce que l’équilibre atteint ici nous parle plus. Leur style s’inspire un peu du Jazz mais plus pour l’ampleur et la liberté, le résultat étant souvent ensoleillé.
    Par exemple, Supernatural avec ses soli déstructurés se présente comme point médian entre Portishead et Calexico. Cette dialectique entre soleil et plus de froideur baigne tout cet album et en fait le (...)

  • Giovanni Dal Monte - Anestetico

    Et si on parlait d’un double album de musique électronique largement improvisée ? On est aussi là pour tester des limites aussi, même si ce double album ne vous perdra surement pas. Giovanni Dal Monte a une grande expérience en musique de films (ceux de Bruce LaBruce par exemple), de documentaires et d’expositions d’art et nous propose ici deux volumes pour englober deux concepts, articuler deux arcs.
    Le premier volume fait la part belle au glitch, voire un peu de techno déviante (Komm Tanz Mit (...)

  • I Speak Machine – War

    Les albums ne sont pas toujours ce qu’on en attend. Le titre et la présentation évoquent une violence qu’on ne retrouve pas forcément. La plage titulaire correspond assez pourtant, avec une electro martiale mais pas trop, qui fait forcément usage de sons des années ‘80 mais avec une verve moderne. On peut la situer dans le sillage de choses qui nous ont plu comme Camilla Sparksss ou Jeanne Added. Mais ces deux-là avaient placé leur barre tellement haut qu’il est compliqué de surpasser (surtout pour (...)

  • Déclic Vol 1 : Mutant

    Parfois le contexte d’un album est plus complexe à détailler que le contenu lui-même. Ici, ce sont deux collectifs de Caen, Collectif Toujours et Neuvième Ruche qui ont rassemblé des artistes électroniques (musiciens mais aussi chorégraphes) et ceci est le produit de leur collaboration. Pour l’exhaustivité, citons les noms des artistes impliqués : Nömak, Canblaster, Gauthier Toux, Samba de la Muerte, Philippe Boudot, Morgane Carnet, Nils Peschanski, Neysa Barnett.
    Difficile donc de discerner les (...)