Accueil > Musique > 2009 > Matt and Kim - Grand

Matt and Kim - Grand

mercredi 24 juin 2009, par Marc

Matt et Kim et la fête


Et pourquoi pas un album de pop bien engageant, bien dans l’air de la saison (même si sorti en janvier) ? C’est pour me remonter un moral entamé par Fredo Viola que Laurent avait mis un lien vers ce clip réjouissant de Lessons Learned. On ne conçoit pas d’album pop sans titre marquant à refiler de force à son entourage (je suis comme ça) et c’est sans doute la tête de gondole dont un album pop a besoin.

Car c’est dans ces verts parages de la pop que le duo de Brooklyn évolue. Et on peut dire que c’est un style qu’il est difficile de réussir. Eviter la mièvrerie, la répétition, le tout en étant détendus et accrocher l’oreille du premier coup. Ce cahier des charges compliqué est résolu par une recette basique. Une batterie qui cogne, une nappe de clavier, deux voix et c’est tout. Il y a évidemment aussi de nombreux handclaps et respons mais pas de trace d’orchestre symphonique, c’est leur entrain et leurs mélodies qui servent de vecteur et c’est très bien comme ça.

Il s’en dégage un parfum de do-it-yourself qui fait plaisir à entendre. On devine dans le fond d’un Spare Change une bande de potes prête à intervenir en cas de fête. Ce n’est sans doute pas le cas en pratique mais c’est ce que ça évoque. Les morceaux sous les deux minutes ne sont pas rares, et c’est une bonne idée vu le style pratiqué. Pas la peine de diluer un Turn This Boat Around ou allonger un Cinders plus nerveux.

Les mélodies identiques et la répétitivité du processus est quand même un peu contrariante sur la longueur. Par exemple, I Wanna a la même structure mélodique que Lessons Learned, bien que le traitement soit assez différent. On a plus d’ampleur dans le son de Don’t Slow Down qui pour moi m’a rappelé que Modest Mouse revient sans doute bientôt (on s’occupe comme on peut) et sert de contrepoint au très linéaire Lessons Learned. On le voit, ils ont soigné l’ordre des morceaux. La chasse à l’ennui est donc une préoccupation de ces deux zigues.

On a déjà souligné l’importance de ces albums ‘entre les coups’, qu’on aime retrouver entre deux albums plus enchanteurs mais aussi moins légers. Comme souvent, tout ingurgiter réduit la spontanéité et l’immédiateté des morceaux. Mais prenez l’album, à vous de choisir vos doses, vous êtes des grands (maintenant). D’un point de vue calendrier, c’est indéniable, l’été est là. S’il vous faut de la musique de saison, voilà de quoi faire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)

  • Band of Horses - Things Are Great

    On s’est depuis longtemps habitués à ne pas rechercher chez des groupes le frisson de leurs débuts. Quand ceux-ci remontent à plus de quinze ans, c’est une nécessité. Pourtant, certains arrivent à garder leur attrait même si les raisons de notre attachement ont changé. Dit plus simplement, on n’attendait pas énormément de choses d’un nouvel album de Band of Horses.
    Warning Signs nous cueille donc à froid, on n’avait plus entendu de morceau aussi saignant de leur part depuis belle lurette. Depuis leur (...)