Accueil > Musique > 2009 > Matt and Kim - Grand

Matt and Kim - Grand

mercredi 24 juin 2009, par Marc

Matt et Kim et la fête


Et pourquoi pas un album de pop bien engageant, bien dans l’air de la saison (même si sorti en janvier) ? C’est pour me remonter un moral entamé par Fredo Viola que Laurent avait mis un lien vers ce clip réjouissant de Lessons Learned. On ne conçoit pas d’album pop sans titre marquant à refiler de force à son entourage (je suis comme ça) et c’est sans doute la tête de gondole dont un album pop a besoin.

Car c’est dans ces verts parages de la pop que le duo de Brooklyn évolue. Et on peut dire que c’est un style qu’il est difficile de réussir. Eviter la mièvrerie, la répétition, le tout en étant détendus et accrocher l’oreille du premier coup. Ce cahier des charges compliqué est résolu par une recette basique. Une batterie qui cogne, une nappe de clavier, deux voix et c’est tout. Il y a évidemment aussi de nombreux handclaps et respons mais pas de trace d’orchestre symphonique, c’est leur entrain et leurs mélodies qui servent de vecteur et c’est très bien comme ça.

Il s’en dégage un parfum de do-it-yourself qui fait plaisir à entendre. On devine dans le fond d’un Spare Change une bande de potes prête à intervenir en cas de fête. Ce n’est sans doute pas le cas en pratique mais c’est ce que ça évoque. Les morceaux sous les deux minutes ne sont pas rares, et c’est une bonne idée vu le style pratiqué. Pas la peine de diluer un Turn This Boat Around ou allonger un Cinders plus nerveux.

Les mélodies identiques et la répétitivité du processus est quand même un peu contrariante sur la longueur. Par exemple, I Wanna a la même structure mélodique que Lessons Learned, bien que le traitement soit assez différent. On a plus d’ampleur dans le son de Don’t Slow Down qui pour moi m’a rappelé que Modest Mouse revient sans doute bientôt (on s’occupe comme on peut) et sert de contrepoint au très linéaire Lessons Learned. On le voit, ils ont soigné l’ordre des morceaux. La chasse à l’ennui est donc une préoccupation de ces deux zigues.

On a déjà souligné l’importance de ces albums ‘entre les coups’, qu’on aime retrouver entre deux albums plus enchanteurs mais aussi moins légers. Comme souvent, tout ingurgiter réduit la spontanéité et l’immédiateté des morceaux. Mais prenez l’album, à vous de choisir vos doses, vous êtes des grands (maintenant). D’un point de vue calendrier, c’est indéniable, l’été est là. S’il vous faut de la musique de saison, voilà de quoi faire.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)