Accueil > Musique > 2009 > Vive La Fête - Disque D’Or

Vive La Fête - Disque D’Or

mercredi 1er juillet 2009, par Marc

Fais-moi une place


Aussi étrange que ça puisse paraître, Vive la Fête est un des groupes qui a le plus d’albums critiqués sur ce site. En effet, c’est le cinquième (sur six quand même) qui passe entre mes petits doigts fébriles. Sans doute leur régularité est-elle la raison principale. La sympathie qu’ils dégagent serait la seconde, qui m’a poussé à donner un avis même sur le très vulgos et indigent Grand Prix et à persévérer ensuite avec Jour de chance, il est vrai bien plus gratifiant.

Petit rappel des faits dans un but purement pédagogique. Vive La Fête est un duo composé d’Els Pynoo et son compagnon Dany Mommens (rappelons qu’il a fait partie des débuts de dEUS tout de même). Ils ont la particularité de chanter en français et une des bonnes surprises est le renfort d’An Pierlé à l’écriture de deux morceaux. Ses collaborations (Amour Physique et Baiser Canon) arrivent à concilier la candeur de leur langue à une efficacité pop indéniable, avec notamment des mélodies qui font mouche tout de suite. Ce sont donc les deux morceaux qui vont tirer cet album dans leur sillage.

Pour le reste, on a l’habituel balancement entre des morceaux à la trame plus électronique qui donc donnent une importance toute relative au contenu sémantique et des chansons dans l’acception plus classique du terme, ce qui n’exclut pas un traitement synthétique qui leur va bien. C’est donc varié et ils peuvent passer avec une belle santé d’une bourrinade technoïde (Everybody Hates Me) au slow réglementaire (Mira) en passant par un pop-rock garage emballé en 1’24’’ ou un instrumental (Elsangel). Mais en dehors des deux morceaux sous-traités mentionnés plus haut, c’est quand ils se font plus emphatiques que je les préfère (Ce Que Tu Penses De Moi)

Alors, oui, parfois, le côté répétitif des paroles peut rebuter (les deux derniers morceaux symétriques) et la candeur ne marche pas automatiquement On a parfois l’impression d’une rédaction au thème imposé pour élève studieux et besogneux et même un peu naïf (Petit Colibri). Mais le thème évolue et le tapis electro-rock plutôt bon donne le ton de l’album. Ce sera donc un pur album de Vive la Fête. Festif et décalé dans le ton (et même très décalé dans la simplicité de Je Ne Pourrais Pas), mais plutôt bien fichu dans la simplicité de la forme. Le cahier des charges est donc rempli

Une petite remarque avant que je ne vous laisse. Déjà, un morceau caché, il n’y a rien de plus pénible. Quand en plus la demi-heure d’attente se voit gratifié d’un délire à l’orgue rien moins que poussif, on se dit que les artistes sont parfois peu conciliants avec leur public et que la complaisance, ça va un peu…

Il est probable qu’en entamant la lecture de cet article le style du groupe ne vous était pas inconnu. Et que si vous trouvez ça réducteur et régressif dès le début, vous avez sans doute déjà fui. Dans le cas contraire, retenez qu’il s’agit d’un album habituel pour le duo, relevé de trois morceaux qui sortent du lot. Vive La Fête n’est pas un groupe gigantesque mais leur discographie a pris de l’ampleur et on garde toujours une petite place pour eux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Monolithe Noir – Rin

    Quand on a appris l’existence de Monolithe Noir à l’annonce de cet album, l’oreille a tout de suite été accrochée et les témoignages live qui existent ont franchement impressionné. La lecture des titres nous renverrait plutôt chez Yann Tiersen. Le clin d’œil mis à part, ce qu’a produit le Breton récemment n’est pas si éloigné et puis la Bretagne et ses paysages sont une source d’inspiration ici. On trouve ce qui nous avait attirés chez eux, ce dialogue permanent entre structure et textures et puis une vraie (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • La Jungle - Ephemeral Feast

    Un peu plus d’un an après Falling Off The Apex, voici déjà La Jungle. Initialement prévu à la fin de l’an passé, il puise comme beaucoup de sorties récentes sa composition pendant la pandémie. Les artistes qui ne tournent pas produisent, c’est assez logique. Ce qui est logique aussi, c’est que cet album se place dans la lignée des précédents.
    Ils se définissent comme kraut/noise et on peut dire que pour imparfaite qu’elle soit, cette étiquette permet de se faire une idée. Ils s’appuient sur une répétition (...)

  • Solah - Ballades

    On le sait, ce qu’on reprend est moins important que la façon dont on le reprend. Quand on prend connaissance des morceaux présents ici, il faut dire qu’un petit frisson parcourt l’échine. On dira pudiquement qu’ils sont éloignés de l’univers musical dont on cause ici. Il y a d’inoxydables classiques, certes, mais on reste proche des heures sombres de Nostalgie.
    Grégory Duby officie souvent en tant que Jesus Is My Son mais on l’a aussi croisé récemment en tant que moitié des très convaincants Secte et (...)