Accueil > Musique > 2009 > Vive La Fête - Disque D’Or

Vive La Fête - Disque D’Or

mercredi 1er juillet 2009, par Marc

Fais-moi une place


Aussi étrange que ça puisse paraître, Vive la Fête est un des groupes qui a le plus d’albums critiqués sur ce site. En effet, c’est le cinquième (sur six quand même) qui passe entre mes petits doigts fébriles. Sans doute leur régularité est-elle la raison principale. La sympathie qu’ils dégagent serait la seconde, qui m’a poussé à donner un avis même sur le très vulgos et indigent Grand Prix et à persévérer ensuite avec Jour de chance, il est vrai bien plus gratifiant.

Petit rappel des faits dans un but purement pédagogique. Vive La Fête est un duo composé d’Els Pynoo et son compagnon Dany Mommens (rappelons qu’il a fait partie des débuts de dEUS tout de même). Ils ont la particularité de chanter en français et une des bonnes surprises est le renfort d’An Pierlé à l’écriture de deux morceaux. Ses collaborations (Amour Physique et Baiser Canon) arrivent à concilier la candeur de leur langue à une efficacité pop indéniable, avec notamment des mélodies qui font mouche tout de suite. Ce sont donc les deux morceaux qui vont tirer cet album dans leur sillage.

Pour le reste, on a l’habituel balancement entre des morceaux à la trame plus électronique qui donc donnent une importance toute relative au contenu sémantique et des chansons dans l’acception plus classique du terme, ce qui n’exclut pas un traitement synthétique qui leur va bien. C’est donc varié et ils peuvent passer avec une belle santé d’une bourrinade technoïde (Everybody Hates Me) au slow réglementaire (Mira) en passant par un pop-rock garage emballé en 1’24’’ ou un instrumental (Elsangel). Mais en dehors des deux morceaux sous-traités mentionnés plus haut, c’est quand ils se font plus emphatiques que je les préfère (Ce Que Tu Penses De Moi)

Alors, oui, parfois, le côté répétitif des paroles peut rebuter (les deux derniers morceaux symétriques) et la candeur ne marche pas automatiquement On a parfois l’impression d’une rédaction au thème imposé pour élève studieux et besogneux et même un peu naïf (Petit Colibri). Mais le thème évolue et le tapis electro-rock plutôt bon donne le ton de l’album. Ce sera donc un pur album de Vive la Fête. Festif et décalé dans le ton (et même très décalé dans la simplicité de Je Ne Pourrais Pas), mais plutôt bien fichu dans la simplicité de la forme. Le cahier des charges est donc rempli

Une petite remarque avant que je ne vous laisse. Déjà, un morceau caché, il n’y a rien de plus pénible. Quand en plus la demi-heure d’attente se voit gratifié d’un délire à l’orgue rien moins que poussif, on se dit que les artistes sont parfois peu conciliants avec leur public et que la complaisance, ça va un peu…

Il est probable qu’en entamant la lecture de cet article le style du groupe ne vous était pas inconnu. Et que si vous trouvez ça réducteur et régressif dès le début, vous avez sans doute déjà fui. Dans le cas contraire, retenez qu’il s’agit d’un album habituel pour le duo, relevé de trois morceaux qui sortent du lot. Vive La Fête n’est pas un groupe gigantesque mais leur discographie a pris de l’ampleur et on garde toujours une petite place pour eux.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Baby Fire – Grace

    Les souvenirs ont parfois beau être anciens, ils peuvent être tenaces. Ce dont on se souvient de cet album de Baby Fire datant de 2011 (deux sont sortis depuis mais ont échappé à notre attention), c’est qu’il était plutôt abrasif. Onze ans plus tard, la situation a bien changé. Dans le casting tout d’abord puisque le duo est maintenant un trio formé de Ceìcile Gonay, Lucile Beauvais et Dominique Van Cappellen-Waldock.
    On avait déjà croisé cette dernière en tant que chanteuse de Keiki mais on a pu aussi (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • Unik Ubik – I’m Not Feng-shui

    Quand on avait entendu Maggie Débloque, on n’avait pas tout de suite succombé. Peut-être que l’idée de s’en prendre (justement) à une ministre démise depuis des lustres ne semble pas l’idée de l’année. Surtout parce que la musique à haute dose d’énergie et de complexité attend son moment. Il est arrivé plus tard, et il est arrivé, et l’album passe d’un coup d’un seul. Parce qu’une fois que l’envie est là, on apprécie cette étreinte qui jamais ne se desserre.
    Le chant décalé et choral est dans les canons (...)