Accueil > Musique > 2009 > Spektre - Live at Glade

Spektre - Live at Glade

jeudi 25 juin 2009, par Seb

Pas si minimal que ça...


La Grande-Bretagne n’est pas réputée pour ces producteurs minimaux. Paul Maddox et Filthy Rich s’attaquent néanmoins aux foules avec leur performance Live at Glade. Ils y balancent une techno-minimale sans concession. Mettons de côté les expérimentations mentales et autres recherches sonores (parfois vaines) qui hantent les bacs, les anglais vont à l’essentiel : faire bouger les foules. Ce live est clairement destiné au rave ou autre rassemblement atteignant une certaine masse critique.

Les beats sont très affutés et le tempo assez rapide pour une fois. Dès l’introduction, l’ambiance est catchy et joyeuse dans le style neo-trance. Haze débarque et l’ambiance minimale prend le dessus. Les mélodies s’estompent et des percussions ciselées s’emballent. Les constructions sont assez variées et ponctuées de glitchs bien placés qui évitent l’ennui. Par la suite les moments de répits seront rares mais néanmoins bienvenus.

Privilège du format live, l’album est continu et permet d’installer progressivement une ambiance imparable et surtout difficilement reproductible sur un album au format classique. C’est assez rare pour être souligné car j’avoue être lassé des ces sorties presque inutiles qui sentent souvent le remplissage. Ici, les tracks s’enchaînent de façon fluide et cohérente.

La deuxième partie est plus dark et perdra sans doute son lot d’auditeurs. Les fidèles atteindront sans peine la clôture avec A Shadow Unfolds et A Glimpse Outside nettement orienté rave. les grosses mélodies à quatre notes ressortent et allègent l’atmosphère. Les nappes ne sont pas en reste. C’est un peu facile et bourrin comparé au reste, ca tape clairement dans le registre rave mais néanmoins acceptable pour terminer (la foule).

Spektre nous délivre ici un très bon live qui rend à merveille l’ambiance qui peut se dégager lors d’une telle prestation. C’est assez varié dans le style. Les sorties de ce genre sont rares alors profitez-en !

Myspace

Article Ecrit par Seb

Répondre à cet article

  • Plastikman and Chilly Gonzales - Consumed in Key

    Plaquer du piano sur un album électro semble une idée improbable. Mais repousser les limites de l’improbable semble une mission de tous les jours pour Chilly Gonzales. Il a ici jeté son dévolu sur un classique electro de Plastikman (un des prête-noms du génial Richie Hawtin) sorti en 1998 sous la houlette d’un troisième comparse canadien, Tiga.
    Si j’ai usé l’incunable Transitions, acte fondateur minimal, je n’ai jamais plongé plus avant mes explorations du maitre. Une erreur sans doute partiellement (...)

  • Kowari - Trail

    Kowari est le projet du violoniste Damien Chierici (Dan San, Yew) et du pianiste Louan Kempenaers (Piano Club, Aucklane) et propose un mélange de cordes et d’électronique. Oui, on a déjà entendu ça récemment chez d’autres duos comme Abraham Fogg ou MadSci. Mais le résultat est sensiblement différent ici et c’est une bonne chose, les comparaisons frontales ne sont jamais plaisantes.
    Tout d’abord, la force du duo belge est indéniablement mélodique. Quand ils ajoutent une trompette sur Daylight, on songe (...)

  • Glass Museum – Reflet

    Il est étonnant de constater à quel point un concept simple sur le papier (un piano et une batterie) peut se décliner. Le troisième album (si on inclut Deux) du duo belge Glass Museum montre qu’il est même possible de faire évoluer la formule. Leur style était déjà bien affirmé et on connaissait leur versant plus percussif, surtout si on considère le piano comme un instrument à cordes frappées. Ils avaient ensuite injecté un peu d’électronique au mélange pour un résultat toujours musclé. Les envies du (...)

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)