Accueil > Musique > 2009 > Julian Plenti – Julian Plenti is skyscraper

Julian Plenti – Julian Plenti is skyscraper

jeudi 30 juillet 2009, par Seb (un autre)

Tout en haut du gratte ciel


Mais qui est donc ce Julian Plenti ? Secret de polichinelle, c’est un pseudonyme utilisé par Paul Banks, le leader du groupe New yorkais Interpol que tout le monde connait et que l’on ne présente plus. Il est accompagné par le guitariste de Ratatat Mike Stroud et du batteur d’Interpol Sam Fogarino.

Pourquoi utiliser un pseudonyme ? Alors que sortir un album solo sous son vrai nom ferait probablement tripler les ventes. Peu d’infos circulent sur le pourquoi du comment, mais apparemment, Banks écrit depuis de nombreuses années sous ce pseudonyme (bien avant Interpol) et certaines compositions de cet album dateraient de plus de 10 ans. D’un point de vue plus personnel, je pense qu’il a simplement voulu se faire plaisir après le raz de marée de tournées-promotions que le dernier album d’Interpol a provoqué (le fantastique Our Love to Admire).

L’album débute avec only if you run, une basse ronde, une batterie simpliste et un arpège de guitare. La voix de Banks est difficilement reconnaissable au début et le morceau fait furieusement penser à Beck.

Fun that we have part sur des bases plus entraînantes avec un bon riff de guitare et quelques sonorités électroniques ajoutées ici et là. Skyscraper est la première vraie bonne surprise, une très belle balade piano-guitare sèche-violon et la voix inimitable de Paul banks finalement très à l’aise dans des compositions qui ne tournent pas uniquement autour de sa voix comme c’est souvent le cas chez Interpol. Games for days est un titre rock plus classique taillé pour le live.

Madrid song et No chance survival enfoncent le clou et on rentre totalement dans l’univers du disque, un mélange de rock et de petites sonorités electro, le tout enrobé par la voix de Banks. Que demander de plus ? Des morceaux calmes et hypnotiques, mais sans cette gravité et cette noirceur qui entourent les compositions d’Interpol (dont Banks est l’unique compositeur je le rappelle). On the esplanade écrase tout sur son passage et est probablement une des plus belles chansons qu’il ait jamais écrite. Petit bémol sur les 2 derniers morceaux totalement anecdotiques et qui sentent le remplissage à plein nez.

Pour être franc, étant un immense fan d’Interpol, je partais déjà avec un avis positif sur ce projet solo, mais Paul Banks parvient à sortir un disque en apparence simple, mais en réalité rempli de petits détails qui se révèlent au fur et à mesure des écoutes (je recommande fortement l’écoute au casque) et qui s’éloigne totalement de l’univers de son groupe. Une véritable réussite, espérons qu’il ne considère pas cela comme un simple écart et qu’il en fera quelque chose de récurrent.

Lien video – On the esplanade Live

Article Ecrit par Seb (un autre)

Répondre à cet article

  • Shearwater - The Great Awakening

    En général, quand plusieurs années passent entre deux albums, on se demande à quoi les artistes ont consacré leur temps, tout simplement parce que leur emploi du temps nous est inconnu. Nécessité faisant loi, Jonathan Meiburg s’est lancé sur Patreon, ce qui a pour effet secondaire de nous connecter avec son actualité. En plus de donner accès à des reprises minimalistes qui, filmées et enregistrées au téléphone, touchent souvent au sublime.
    Si plus de six années se sont déroulées depuis le dernier album (...)

  • Midlake - For The Sake of the Bethel Woods

    Vous faisiez quoi il y a 9 ans, vous en étiez où ? C’est une question oratoire (même si une réponse dans les commentaires est possible). Forcément, si la plupart des membres de Midlake présents sur Antiphon sont encore là, les choses ont changé, nous aussi, eux aussi. Et ils ne sont pas restés inactifs, on se souvient avoir croisé Eric Pulido seul en tant qu’E.B. The Younger ou avec toute la bande et plein d’invités sur le très chouette projet BNQT.
    Bethel Woods, c’est l’endroit où a eu lieu le festival (...)

  • Emily Jane White – Alluvion

    Jusqu’à son excellent album précédent, c’est dans ces lointaines ressemblances que la toujours pertinente Emily Jane White puisait sa singularité. On les cite donc parce qu’on n’en fera pas l’économie : Bat For Lashes, Marissa Nadler, voire Lana Del Rey. Voilà, vous savez où vous mettez les oreilles. Mais maintenant, quand on se demande à quoi ça nous fait penser, c’est surtout aux très bons albums précédents de la Californienne. Parce qu’elle a toujours su tracer son propre chemin et elle fait maintenant (...)

  • Cloud Cult - Metamorphosis

    Le spectaculaire ne devient pompier que quand il est mal fait. C’est une leçon que connait bien Cloud Cult, la formation du Minnesota menée par Craig Minowa. On pense d’abord les retrouver dans une volonté plus intime avant que ce Metamorphosis prenne définitivement son envol.
    La voix est plus éraillée que jamais et il y a toujours une profondeur chez eux, un questionnement qu’on ne retrouve que peu ailleurs avec la même acuité. Le tout avec un violon qui vrille, une façon d’instiller l’émotion par (...)