Accueil > Critiques > 2009

Julian Plenti – Julian Plenti is skyscraper

jeudi 30 juillet 2009, par Seb (un autre)

Tout en haut du gratte ciel


Mais qui est donc ce Julian Plenti ? Secret de polichinelle, c’est un pseudonyme utilisé par Paul Banks, le leader du groupe New yorkais Interpol que tout le monde connait et que l’on ne présente plus. Il est accompagné par le guitariste de Ratatat Mike Stroud et du batteur d’Interpol Sam Fogarino.

Pourquoi utiliser un pseudonyme ? Alors que sortir un album solo sous son vrai nom ferait probablement tripler les ventes. Peu d’infos circulent sur le pourquoi du comment, mais apparemment, Banks écrit depuis de nombreuses années sous ce pseudonyme (bien avant Interpol) et certaines compositions de cet album dateraient de plus de 10 ans. D’un point de vue plus personnel, je pense qu’il a simplement voulu se faire plaisir après le raz de marée de tournées-promotions que le dernier album d’Interpol a provoqué (le fantastique Our Love to Admire).

L’album débute avec only if you run, une basse ronde, une batterie simpliste et un arpège de guitare. La voix de Banks est difficilement reconnaissable au début et le morceau fait furieusement penser à Beck.

Fun that we have part sur des bases plus entraînantes avec un bon riff de guitare et quelques sonorités électroniques ajoutées ici et là. Skyscraper est la première vraie bonne surprise, une très belle balade piano-guitare sèche-violon et la voix inimitable de Paul banks finalement très à l’aise dans des compositions qui ne tournent pas uniquement autour de sa voix comme c’est souvent le cas chez Interpol. Games for days est un titre rock plus classique taillé pour le live.

Madrid song et No chance survival enfoncent le clou et on rentre totalement dans l’univers du disque, un mélange de rock et de petites sonorités electro, le tout enrobé par la voix de Banks. Que demander de plus ? Des morceaux calmes et hypnotiques, mais sans cette gravité et cette noirceur qui entourent les compositions d’Interpol (dont Banks est l’unique compositeur je le rappelle). On the esplanade écrase tout sur son passage et est probablement une des plus belles chansons qu’il ait jamais écrite. Petit bémol sur les 2 derniers morceaux totalement anecdotiques et qui sentent le remplissage à plein nez.

Pour être franc, étant un immense fan d’Interpol, je partais déjà avec un avis positif sur ce projet solo, mais Paul Banks parvient à sortir un disque en apparence simple, mais en réalité rempli de petits détails qui se révèlent au fur et à mesure des écoutes (je recommande fortement l’écoute au casque) et qui s’éloigne totalement de l’univers de son groupe. Une véritable réussite, espérons qu’il ne considère pas cela comme un simple écart et qu’il en fera quelque chose de récurrent.

Lien video – On the esplanade Live


Répondre à cet article

  • Beirut – Hadsel

    Bien honnêtement, quand on a découvert Beirut en 2006, on ne se doutait pas qu’on allait suivre le jeune Zach Condon pendant plus de 17 ans. Cette musique fortement influencée par les fanfares balkaniques a suscité d’emblée l’intérêt mais le procédé semblait trop étriqué pour s’inscrire dans la longueur. On avait tort, forcément, et ceci en est un nouveau rappel.
    En première écoute, ce Hadsel est plutôt en (...)

  • Animal Collective – Isn’t It Now ?

    A une époque où la modernité n’est plus une vertu cardinale, il peut être étonnant de retrouver cette conjonction de talents (Avey Tare, Panda Bear, Deakin et Geologist) aussi en forme après près d’un quart de siècle d’existence. Avec Time Skiffs, on pouvait clairement parler d’une nouvelle période pour le groupe, un revirement vers plus de musique ‘figurative’ par opposition aux brillants collages (...)

  • Caleb Nichols - Let’s Look Back

    L’artiste qui aura fait le plus parler de lui en 16 mois est un prix qui ne rapporte rien sinon des critiques multiples et sans doute un peu de confusion de la part d’un lectorat débordé. Bref, après avoir pris congé de Soft People, l’actif Caleb nous a donné un album un opéra rock Beatles queer puis deux EP qui mélangeaient chansons et poèmes autour du personnage semi-autobiographique de Chantal. Sa (...)

  • Sufjan Stevens – Javelin

    Chez Sufjan Stevens, il y a les choses qu’on admire et celles qu’on adore et ce ne sont pas nécessairement les mêmes. Et si chez les fans de la première heure le meilleur était au début, c’est sans doute son fantastique Carrie and Lowell qui a été le plus acclamé et est considéré comme la ‘base’ de son style. Parce que Sufjan, c’est bien plus large que ça, entre albums hénaurmes et risqués, ambient pas (...)