Accueil > Musique > 2009 > Hope Sandoval And The Warm inventions - Through The Devil Softly

Hope Sandoval And The Warm inventions - Through The Devil Softly

mercredi 14 octobre 2009, par Marc

Voix éternelle


Il n’existe pas d’âge d’or de la musique. Evidemment, on a tendance souvent à considérer tel le moment où un univers musical s’est ouvert à nous. Et il y a une quinzaine d’années, cette voix merveilleuse qui était celle de Mazzy Star à l’époque m’a fait passer (avec d’autres) de la musique subie à la musique choisie à la passion. Depuis, il y a eu bien des occasions de recroiser cette voix d’exception. Mais plutôt que déballer une version expurgée de ces hauts faits, je vous encourage à aller voir du côté des origines de la cage aux folk (en deux parties ici et ici).

Les Warm inventions, c’est un peu comme le Magical Orchestra de Susanna, c’est une seule personne (enfin,, il y a d’autres personnes en studio quand même). Et le plus surprenant dans ce cas, c’est qu’il s’agisse du batteur de My Bloody Valentine Colm O’Ciosoig, qui a fasciné récemment pour ses concerts subtils comme un Airbus au décollage. Alors, on sent moins l’influence du Velvet que sur les albums de Mazzy Star. Il manque aussi peut-être les morceaux marquants des trois albums du groupe susmentionné puisque David Rorback n’a pas été complètement remplacé, mais c’est un album d’ambiance dont on parle, une plaque qui installe la langueur en deux temps trois mouvements. Si vous êtes d’humeur somnolente, rien ne viendra vous sortir de votre torpeur. C’est pour ça qu’on ne va pas top s’appesantir sur le manque relatif de relief des morceaux pris séparément.

On pourra y retrouver un Fall Aside Plus répétitif, comme une version moins vénéneuse de chansons du passé (So Tonight That I Might See). Car les morceaux s’enchainent presque à notre insu, avec des gimmicks reconnaissables d’une écoute à l’autre comme le riff de For The Rest Of Your Life. C’est définitivement hors du temps, comme Suzanna, Marissa Nadler et autres Lisa Gerrard. On ne mise pas ici sur un revival. La voix reprend tout de suite les choses où elle les avait laissées en 2001 sur le précédent Bavarian Fruit Bread. Steel guitar, accords plaqués, un peu de cloches et de violon (Thinking Like That). C’est un album qui donne peu à commenter, peu à décrire finalement, et où le plaisir de l’auditeur n’aide pas la perplexité de celui qui s’est mis en tête d’y consacrer un article.

Lors de la seconde écoute, l’attention se porte sur une chanson en particulier et on sent qu’elle sera l’attraction, celle qui fera qu’on y reviendra souvent. Pour moi ce fut Trouble (le clairvoyant Paulo l’a proposé en brève). Pour vous ce sera peut-être une autre. Mais il n’est pas toujours nécessaire puisque c’est un état d’esprit langoureux qu’on recherche lors des écoutes. Plus bluesy, plus appuyée, elle cède plus facilement à l’admiration tout comme l’impeccable slow (Blue Bird). On ne cherchera pas ailleurs des traces des irremplaçables Mazzy Star mais plus qu’une hypothétique voix du passé, c’est un des organes féminins les plus touchants qui soient qui vous convoque. Alors soyez prêts à ce spleen formidable, à cette voix de petite fille boudeuse et revenue de tout. Hope m’est précieuse, je gage que c’est peut-être votre cas aussi.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • Gabriiel – Treasure in The Garden

    Les artistes français pratiquant avec talent des genres folk et dérivés font partie des amis de nos oreilles. On avait déjà ajouté Gabriiel à Raoul Vignal ou The Wooden Wolf à la liste sur foi d’un prometteur premier EP. Evidemment, on est restés aux aguets pour le premier album et on n’a pas eu tort.
    La plage titulaire montre déjà une belle palette, avec ces cordes majestueuses et graves, de belles harmonies avec la choriste qu’on retrouvera tout au long de l’album et une sensation d’ampleur et la (...)

  • Barzin - Voyeurs in The Dark

    Si les rencontres avec Barzin sont plutôt espacées, les retrouvailles ont toujours été faciles. Il s’est en effet passé 8 ans depuis son dernier album. Le chanteur canadien a en tous cas mis à profit cet intervalle pour faire évoluer son univers.
    On ne retrouve donc plus vraiment d’arpèges acoustiques. Exit donc les ressemblances autrefois flagrantes avec Spain, remplacées par une légèreté de tous les instants qui est à la fois la force et la potentielle réticence. Force parce qu’on n’a plus (...)

  • Jem Bosatta – Loss + Love (EP)

    On avait reçu ces morceaux il y a un petit temps déjà, apprécié cette capsule intime et hors du temps. Et voici cet EP dans le monde avec une pochette est un peu trompeuse. On ne se doute pas à quel point on s’apprête à écouter des morceaux folk vraiment intemporels. L’artiste anglais installé à Berlin s’impose d’emblée comme un songwriter de haut vol.
    Comment susciter l’émotion sans avoir l’air de quémander des larmes de la part de l’auditeur ? C’est toujours difficile à dire mais ici il y a quelques pistes (...)

  • Jawhar - Tasweerah

    Un Nick Drake des sables, c’est ainsi qu’on nous l’avait présenté, c’est ainsi qu’on l’avait aimé. Mais Jawhar est un artiste, de ceux qui rechignent à se cantonner à un procédé, aussi riche soit-il. Et ce quatrième album s’éloigne sensiblement de cette référence de base. Pas par caprice, c’est tout simplement un effet secondaire de son évolution.
    L’emploi de la langue arabe est toujours un marqueur fort de la musique du Belgo-Tunisien. Evidemment l’anglais ne peut que fonctionner vu les genres pratiqués (Born (...)