Accueil > Musique > 2009 > Hope Sandoval And The Warm inventions - Through The Devil Softly

Hope Sandoval And The Warm inventions - Through The Devil Softly

mercredi 14 octobre 2009, par Marc

Voix éternelle


Il n’existe pas d’âge d’or de la musique. Evidemment, on a tendance souvent à considérer tel le moment où un univers musical s’est ouvert à nous. Et il y a une quinzaine d’années, cette voix merveilleuse qui était celle de Mazzy Star à l’époque m’a fait passer (avec d’autres) de la musique subie à la musique choisie à la passion. Depuis, il y a eu bien des occasions de recroiser cette voix d’exception. Mais plutôt que déballer une version expurgée de ces hauts faits, je vous encourage à aller voir du côté des origines de la cage aux folk (en deux parties ici et ici).

Les Warm inventions, c’est un peu comme le Magical Orchestra de Susanna, c’est une seule personne (enfin,, il y a d’autres personnes en studio quand même). Et le plus surprenant dans ce cas, c’est qu’il s’agisse du batteur de My Bloody Valentine Colm O’Ciosoig, qui a fasciné récemment pour ses concerts subtils comme un Airbus au décollage. Alors, on sent moins l’influence du Velvet que sur les albums de Mazzy Star. Il manque aussi peut-être les morceaux marquants des trois albums du groupe susmentionné puisque David Rorback n’a pas été complètement remplacé, mais c’est un album d’ambiance dont on parle, une plaque qui installe la langueur en deux temps trois mouvements. Si vous êtes d’humeur somnolente, rien ne viendra vous sortir de votre torpeur. C’est pour ça qu’on ne va pas top s’appesantir sur le manque relatif de relief des morceaux pris séparément.

On pourra y retrouver un Fall Aside Plus répétitif, comme une version moins vénéneuse de chansons du passé (So Tonight That I Might See). Car les morceaux s’enchainent presque à notre insu, avec des gimmicks reconnaissables d’une écoute à l’autre comme le riff de For The Rest Of Your Life. C’est définitivement hors du temps, comme Suzanna, Marissa Nadler et autres Lisa Gerrard. On ne mise pas ici sur un revival. La voix reprend tout de suite les choses où elle les avait laissées en 2001 sur le précédent Bavarian Fruit Bread. Steel guitar, accords plaqués, un peu de cloches et de violon (Thinking Like That). C’est un album qui donne peu à commenter, peu à décrire finalement, et où le plaisir de l’auditeur n’aide pas la perplexité de celui qui s’est mis en tête d’y consacrer un article.

Lors de la seconde écoute, l’attention se porte sur une chanson en particulier et on sent qu’elle sera l’attraction, celle qui fera qu’on y reviendra souvent. Pour moi ce fut Trouble (le clairvoyant Paulo l’a proposé en brève). Pour vous ce sera peut-être une autre. Mais il n’est pas toujours nécessaire puisque c’est un état d’esprit langoureux qu’on recherche lors des écoutes. Plus bluesy, plus appuyée, elle cède plus facilement à l’admiration tout comme l’impeccable slow (Blue Bird). On ne cherchera pas ailleurs des traces des irremplaçables Mazzy Star mais plus qu’une hypothétique voix du passé, c’est un des organes féminins les plus touchants qui soient qui vous convoque. Alors soyez prêts à ce spleen formidable, à cette voix de petite fille boudeuse et revenue de tout. Hope m’est précieuse, je gage que c’est peut-être votre cas aussi.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

1 Message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)