Accueil > Musique > 2009 > Girls - Album

Girls - Album

samedi 19 septembre 2009, par Marc

De l’audace les filles !


Complètement par hasard, je relis dans des commentaires du classement des albums de l’année 2008 qu’un certain Vic me conseille d’écouter Girls dont la chanson Hellhole Ratrace lui a tapé dans l’oreille. Un peu moins d’un an plus tard, voilà l’album qui déboule. On peut dire qu’on a des lecteurs sur la balle. Mais ça on le savait.

Voilà donc l’album complet appelé album du duo de San Francisco constitué de Christopher Owens et Chet JR White, qui cherchent sans doute à ne de ne jamais se faire débusquer par Google avec des noms de groupe et d’album comme ceux-là.

Il y a en gros deux écoles en caricaturant beaucoup. Celle de la production léchée plus (Paul Epworth) ou moins (David Sitek) grandiloquent et puis tous ceux qui adoptent un ton plus détendu du gland, quitte à paraître cra-cra par moments. Des plus noisy (Vivan Girls, Abe Vigoda) aux plus illuminés (The Antlers). C’est clairement la seconde option qui est choisie ici. Mais faut-il donner l’impression d’avoir enregistré l’entrainant God Damned dans un tunnel pour attirer l’attention ? On y trouve un son vraiment débraillé. Je sais, en langage poli on appelle ça ‘garage’ et dans le genre, on peut évoquer le caractère détaché des Walkmen. J’ai toujours un doute quand un album capte trop bien l’air du temps, prend trop bien la température du son d’une époque. Et puis je me dis que ce sont les morceaux et le plaisir qui me procurent qui doivent être seuls juges…

Car en marge de leur son, le songwriting est on ne peut plus classique. Laura pourrait avoir été écrit par Pete Doherty par exemple, ou il y a quarante ans. Quand ça marche (même dans le cas de Pete), on ne se plaint pas. Mais bon, depuis les années ’60, on en a vu défiler des kilopelles des morceaux du genre même s’il faut admettre que celui-ci est bien fichu et que la fin est plus intense. Le spectre d’un Jarvis Cocker plane de temps à autres (Ghost Mouth, Headache), mais sans la corrosion de l’Anglais, on est fatalement dans un premier degré plus frontal. Mais fallait-il oser le rockabilly postmoderne pour autant (Big Bad Mean Mother Fucker) ? Je serais tenté de répondre par la négative.

Donc, ceci est clairement du recyclage mais bon, difficile de faire la fine bouche devant un Hellhole Ratrace que sa poussée de fièvre rend attachant. Un peu comme une balade mais post-rock. Pas aussi incongru que cette comparaison à la pelle à neige pourrait laisser suggérer. Le morceau suivant parait très mièvre en comparaison. Je préfère évidemment quand il sort des clous pour faire monter la sauce (Summertime), ou quand on s’enfonce sans complexe dans une dream-pop furieuse (Morning Light). Mais malheureusement ces moments sont un peu rares. L’aspect déjà entendu ne dérange pas parce qu’il permet de ‘rentrer’ dans cet album comme dans un moulin.

Le sentiment final mitigé puisque le clash entre une écriture classique (à la limite du cliché parfois) mais inspirée et un son personnel qu’on peut aussi penser opportuniste fonctionne mais que les surgissements me font regretter le relatif manque d’audace. En général, écouter beaucoup un album renforce la sympathie qu’on a pour lui mais étrangement c’est le contraire qui s’est passé pour moi.

Pour vous faire un avis vous-mêmes comme des grands, quoi de mieux qu’une écoute intégrale proposée par les Inrocks ?

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Girls - Album 19 septembre 2009 15:45, par Laurent

    Tout à fait d’accord : au fil des écoutes, je suis aussi passé de l’enthousiasme des belles découvertes au constat décevant : en fin de compte, le disque est plutôt bancal sur la longueur, en dépit d’évidentes réussites (ce Hellhole Ratrace que Pitchfork avait classé quelque part dans les sommets de "ses" chansons 2008 si mon souvenir est bon...). L’album des Girls a au moins eu le mérite de me refaire écouter celui des Women, avec qui je les ai volontiers confondus un temps. Tiens, je vais me refaire Boys, Boys, Boys de Sabrina, pour le coup. C’est gai les associations d’idées...

    repondre message

  • Girls - Album 19 septembre 2009 15:46, par Mmarsupilami

    Vivian Girls avec un i

     :-D

    repondre message

  • Of Montreal - Freewave Lucifer fck

    La carrière d’Of Montreal est un peu comme ses chansons et ses albums, faussement insaisissable mais qui permet de dégager des structures. On a ainsi oscillé entre un découpage forcené parfois captivant mais occasionnellement crevant et des albums solides et accrocheurs à la fois. Il faut dire que même après plus de quinze ans (et 10 albums relatés), on n’arrive toujours pas à anticiper les mouvements de Kevin Barnes et c’est très bien comme ça...
    Ce processus de consolidation et déconstruction (...)

  • Regina Spektor – Home, Before and After

    Il est parfois un peu dépréciatif de parler d’album de la maturité en matière de rock. On cache en effet sous ce terme le remplacement de l’énergie et de l’excitation des débuts par une forme plus fouillée et plus policée qui parle plus à l’esprit qu’au corps. Mais Régina Spektor ne fait pas exactement du rock et on notait sur tous ses albums des moments plus expérimentaux qui étaient un rien rudes pour nos petits nerfs, comme si elle devait montrer que tout ça n’était pas si sérieux. C’était à la marge, (...)

  • Perfume Genius – Ugly Season

    Les carrières musicales les plus passionnantes sont rarement linéaires. Mais elles ont toutes tendance à suivre la même direction : vers le haut. Depuis ses débuts, on n’a en tous cas à déplorer aucune baisse chez Mike Hadreas. Et ce n’est pas cette nouvelle évolution qui va inverser la tendance.
    Les musiques qui constituent cet album ont été à l’origine composées pour la pièce dansée The Sun Still Burns Here du studio Kate Wallich. Ce travail commissionné par le Seattle Theatre Group a connu des (...)

  • Andrew Bird – Inside Problems

    On avait laissé le grand Andrew Bird sur l’ironiquement nommé My Finest Work Yet qui se montrait finalement à la hauteur de ses prétentions. Tel un artisan, il polit son art album après album, et le temps semble son allié. Pas de dérapage en vue donc sur son onzième album studio solo.
    Surtout qu’il l’a enregistré avec quatre musiciens habituels et c’est peu dire qu’ils sont à leur affaire. Underlands est un morceau d’emblée attachant, avec ce groove blanc qu’il maitrise tellement. On entend surtout ici (...)