Accueil > Musique > 2009 > Lisa Germano - Magic Neighbour

Lisa Germano - Magic Neighbour

samedi 26 septembre 2009, par Marc


Il y a de multiples façons d’exprimer la mélancolie. Il y a l’élégie frontale par exemple, la communication primaire d’une douleur ou, le plus souvent, des signes qui y sont associés. On a alors des chants plaintifs et souvent pénibles. On ne va pas trop s’attarder là-dessus puisque la chanteuse du jour fait l’inverse, à savoir distille un état d’esprit sans avoir l’air d’y toucher.

C’est étrange que deux des chanteuses qui m’ont montré d’autres mondes musicaux possibles il y a un paquet d’années reviennent en même temps en cette rentrée 2009. On vous parlera très bientôt du second album d’Hope Sandoval accompagnée de ses Warm Inventions. Mais pour le moment, c’est le cas de la tellement attachante Lisa Germano qui va nous occuper.

Les passages au piano sont d’une intimité rare et installent une ambiance de bric-à-brac. Laissez le premier morceau Marypan agir. Si l’ambiance ne s’y prête pas, vous le saurez tout de suite. Reportez donc l’écoute à un moment plus propice. Parce que dès le second morceau, on entre dans le vif du sujet et on peut dire que cette ambiance pourra paraitre étouffante. Les mélodies ne sont pas toujours transparentes et on retrouve ses inflexions typiques (The Prince Of Plati) mais certains morceaux se rendent plus vite familiers (Cocoon)

Au final, cet album paraitra plus ‘brut’ que le précédent qui me l’avait rappelé à mon bon souvenir. Entendez par là que la guitare acoustique mène plus les échanges. Il faut quand même le préciser, l’univers de Lisa Germano est doux d’aspect mais fondamentalement vénéneux. C’est pourquoi même pour un album aussi court (moins de 34 minutes) il y a de nombreuses respirations instrumentales.

En arrière plan se superposent des couches de bruits épars et variés, mais le tout reste discret à pour une oreille qui écoute l’ensemble, on n’est pas chez Coco Rosie (la comparaison avec Germano m’a toujours empêché d’apprécier les New-Yorkaises). Sa voix évidemment est un des traits essentiels de tous ses albums. Elle semble porter toute la lassitude et l’humour noir du monde et elle m’a souvent accompagné, au détours d’albums aussi essentiels que Geek The Girl (mon préféré parce que découvert en premier) ou Excerpts From A Love Circus. Si vous ne connaissez pas encore l’univers particulier de Lisa Germano, ce sont sans aucun doute des portes d’accès plus évidentes que ce dernier album. Mais cette artiste singulière a encore une fois livré une œuvre mystérieuse et attachante, qui une fois encore m’a rappelé qu’il existe d’inexpugnables îlots d’intimité vers lesquels je reviendrai toujours.

Myspace
En bonus, un petit article avec de la vision et de l’écoute. C’était quand même chouette Radiolibre.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

5 Messages

  • Lisa Germano - Magic Neighbour 26 septembre 2009 18:49, par Laurent

    Perso j’ai des penchants plus prononcés pour "Slide" et "Lullaby for Liquid Pig". Le problème ici, comme tu dis, c’est que les mélodies "ne sont pas toujours transparentes" (loin de là) ; je trouve aussi qu’elles peinent à se rendre mémorables. On se retrouve parfois en territoire connu (A Million Times me rappelle un peu Paper Doll par endroits) mais en dehors de quelques coups d’éclat (Magic Neighbor, chapeau, Suli-Mon oppressant), je dois dire que jusqu’à présent j’ai semi-kiffé.

    Brillant (c’est Lisa quoi), mais pas génial. Bon, évidemment les meilleurs titres se fondront à merveille dans les futures setlists et ce sera sûrement magnifique en concert, comme toujours. The sun will come up the day after tomorrow, ha ha ha... Lisa Germano, c’est comme les supermarchés à prix malins : je rentre gagnant.

    repondre message

    • Lisa Germano - Magic Neighbour 17 octobre 2009 17:15, par Le cousin de la reine de trêfle

      la diffusion ,comme d’habitude confidentielle, de cette belle oeuvre ne permettra toujours pas à LISA GERMANO de remplir les salles de concert, je me souviens de son dernier passage en 2006 à Evreux, 30 personnes dont une majorité un peu indifférente ..

      c’était triste de voir cette immense artiste, si touchante, si honnête, si abordable, tenter de faire réagir le public ...
      J’avais pu échanger quelques phrases avec elle après le concert, et toute simplicité

      magnifique, émouvant, c’est tout ..

      merci à Bernard Lenoir de nous la faire entendre quelquefois sur les ondes .

      repondre message

      • Lisa Germano - Magic Neighbour 19 octobre 2009 20:08, par Marc

        @Laurent
        Un peu comme Hope Sandoval, c’est un univers qu’on vient retrouver chez Lisa Germano. Alors oui, c’est sans doute un peu en-deçà de ses meilleurs moments, on ne sera jamais déçu par elle.

        @Le cousin de la reine de trèfle
        Bienvenue à toi ! C’est vrai que sa renommée n’est pas à la hauteur de son talent, ce qu’on peut dire de plusieurs chanteuses de son acabit. Une Marissa Nadler ou une Jana Hunter doivent aussi subir les affres de concerts sous-peuplés. Triste en soi mais quelle foi qui force l’admiration de leur part.

        repondre message

        • Lisa Germano - Magic Neighbour 16 janvier 2010 14:41, par Vinc2

          Je suis un grand fan de cette dame, malheureusement je n’ai pas encore pu me procurer le dernier album...
          J’aurai adoré la voir sur la tournée de In A Maybe World.
          Je me sens si proche de ce que sa musique et ses textes expriment... Lisa est trop humaine pour ce monde.
          Je cherche à lui écrire mais elle n’a pas de myspace, je vais donc essayer sur l’adresse postale à L.A...
          Merci pour cette chronique
          Vinc2
          http://etoiledesneiges.canalblog.com

          repondre message

          • Lisa Germano - Magic Neighbour 16 janvier 2010 20:31, par Marc

            La seule fois que je l’ai vue en concert, c’était en 1995. Autant dire que j’aimerais renouveler l’expérience. J’ai failli la revoir en 2007 mais elle a annulé. Je m’étais rabattu sur le cd d’In The Maybe World et j’y ai retrouve tout ce que j’aimais chez elle...

            J’ai vu qu’elle a participé à un album pour Oxfam avec entres autres Jeff Tweedy, Johnny Marr ou Neil Finn http://www.7worldscollide.com/7worldscollide/artists/

            repondre message

  • June Road - Landscapes (EP)

    Moins hégémonique que dans un passé récent, la formule du duo mixte a toujours ses adeptes dans le genre folk-pop. Dans le cas qui nous occupe, le pédigrée des deux intervenants apportait aussi de belles garanties. Elle, Maia Frankowski est Belge et violoniste à l’Orchestre du Théâtre Royal de la Monnaie, lui, Harry Pane est Anglais, compositeur, et rencontre un certain succès sur la scène folk britannique (dixit le dossier de presse qu’on croit).
    On pense peut-être parfois à Cocoon mais ils ne (...)

  • Ottus – Ghost Travellers

    l faut toujours laisser le temps aux albums de révéler tous leurs secrets, parce que la profondeur n’est pas toujours tangible en première écoute. Sur le premier opus du groupe liégeois Ottus, c’est le côté folk-pop et les harmonies vocales qui plaisent le plus vite et le plus facilement. Certes Run Away propose déjà une belle ampleur mais cette façon peut aussi se décliner en mode plus léger, voire évanescent (The Old Skills) ou se rehausser de chœurs enfantins (Living Stone).
    Mais ils élargissent leur (...)

  • Sharon Van Etten - We’ve Been Going About This All Wrong

    On associe depuis toujours Sharon Van Etten à Shearwater. Outre un copinage qui les a vus partager la scène le temps d’une tournée et de quelques morceaux, il y a cette pureté, cette émotion affleurante qui émeut sans autre forme de procès. C’est un don que certains artistes ont. S’ils parlent tous peu ou prou d’eux-mêmes, certains semblent parler à chaque auditeur en particulier.
    Mais si Jonathan Meiburg a ce chant qui touche à la perfection, il y a ici une fêlure plus qu’humaine. Un peu de fausseté (...)

  • Dekker – I Won’t Be Your Foe

    On a une tendresse particulière pour ceux qui partent d’une matrice folk pour en faire quelque chose d’un peu différent, mine de rien. Parmi ceux-ci on comptait le duo Rue Royale dont un des membres revient en solo sous le nom de Dekker.
    Il s’en dégage un aspect cool et actuel qui plait immédiatement. Il profite notamment d’une haute tenue mélodique (Small Wins). Sa voix immédiatement sympathique, même en mode falsetto (Do It All Again). Et quand le tempo se fait plus soutenu, on entend un morceau (...)