Accueil > Musique > 2009 > Islands - Vapours

Islands - Vapours

samedi 3 octobre 2009, par Marc

Pourquoi se calmer ?


C’est comme ça. Il y a des groupes qui inspirent d’office la sympathie. On a beau ne pas avoir succombé à tout sur ce qu’on a d’abord écouté, avoir un peu décroché sur le second album, et, on va le voir, pas été retourné par leur dernière production, mais ils gardent ce petit je-ne-sais-quoi qui nous les rend chers. Je n’ai pas dit que c’était rationnel, c’est juste comme ça.

Le changement était annoncé dès l’album précédent et c’est dans cette brèche que s’engouffre ce Vapours. C’est bien la moindre chose de laisser les artistes suivre leurs évolutions mais bon, on n’est pas obligés de les suivre à tous les coups. L’évolution entamée par le second album continue ici. Mais pour ceux qui auraient skippé Arm’s Way, le choc risque d’être rude. Que viennent faire ces synthés vintage ? Ils restent discrets, certes, mais leur absence ne plomberait certainement pas les morceaux, de même que cet occasionnel vocoder.

On remarque très bien en concert la place prépondérante de la basse, autour de laquelle les délires se structurent. Plus discrète sur album, elle tient quand même l’église au milieu du village. C’est net sur les morceaux plus sautillants (tout est relatif) comme la plage titulaire.

Pour trouver un point de repère externe, il m’est arrivé de penser à Of Montreal sur Devout. Avec moins de variations évidemment. On en retrouve un peu le peps mais sur un format tellement ramassé. Il y a encore des traces de variations sur Tender Torture mais l’ampleur moindre rend le tout un peu inoffensif. Et quand on a l’impression que le morceau peut repartir, il est en fait déjà terminé. C’est cette compacité qui frustre au final, plus que leur évolution. Sur Heartbeat, le discret roulement de batterie fait regretter l’héroïsme de bon aloi qui s’est fait la malle. Le morceau ne démérite pas, mais on ne peut s’empêcher de ressentir un goût de trop peu. Parce que ce qui marchait sur leurs morceaux épiques, c’est l’absence de retenue et les idées poussées à leur maximum. Un Swans était assez exemplaire à cet égard.

Un morceau comme Shining s’en sort quand même mieux parce que d’emblée l’ambiance moins légère. La lourdeur n’est pas une qualité en soi mais on constate qu’on a immédiatement un intérêt accru. Il reste un songwriting et une interprétation toujours singulière. Qui parfois repose sur un curieux mélange de mélancolie sur les refrains et de mélodies vraiment insouciantes pour le reste (Tender Torture). Il reste quand même des morceaux comme On Foreigner ou EOL qui en dépit des écoutes s’écoulent comme des jours trop tranquilles, sans laisser aucune trace entre les oreilles.

Comme le côté pop un peu foutraque mais inventif des Unicorns et du premier album d’Islands s’éloigne en même temps que le côté épique, on perd non seulement ses repères mais aussi une bonne partie de l’intérêt qu’on y avait. Le tout reste toujours agréable et décalé mais quand on sait de quoi on vient, la déception est quand même de mise. Mais il se dégage à la longue une connivence qui rend l’écoute bien agréable. Si vous avez apprécié ce qui a précédé ce Vapours, prévoyez donc un temps d’adaptation pour que le tout fonctionne.

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

2 Messages

  • Islands - Vapours 3 octobre 2009 16:05, par Mmarsupilami

    Je suis reconnaissant à cet album : pour le chroniquer, je ne devrai citer ni Animal Bear, ni Panda Grizzly, ni Arcade Collective.
    Par les temps qui courent, rien que pour ça, merci, les gars. Continuez à tracer à votre route et à évoluer.
    Perso, j’irai plutôt dans le sens de la chronique de Prefix, à savoir que j’apprécie beaucoup l’efficacité dégagée par ce disque sans fioritures. Différent du précédent mais tout aussi apprécié !

    repondre message

    • Islands - Vapours 5 octobre 2009 10:58, par Marc

      Mine de rien, Islands a livré trois albums très différents dans le ton mais pas dans l’esprit. je reste toujours plus client de leur veine plus ample mais bon, après plein d’écoutes je dois me rendre à l’évidence, c’est un bon album qui ne se réclame d’aucune chapelle. Et puis on avait un peu perdu le vivier canadien de vue avec cette déferlante de folk drogué. J’attends donc ton avis plus circonstancié

      repondre message

  • MadSci – Ascension (EP)

    Mêler violon, guitare et les sons électroniques n’est pas une idée vraiment neuve mais on est souvent surpris par la variété et de la nouveauté des résultats. C’est encore le cas avec le second EP du duo montréalais MadSci. Leur nom vient du plaisir à tenter des choses avec le violon de David Piché et la guitare de Michaël Charrette. Il faut dire que les deux comparses ont déjà une belle expérience et ça se sent. Tous les morceaux enregistrés ici ont déjà été présentés sur scène.
    Sur le papier, on pourrait (...)

  • Destroyer - Labyrinthitis

    On ne se lassera pas de L’équilibre entre les découvertes continuelles (oui, envoyez plein de choses) et les retours réguliers d’artistes appréciés. Le premier volet s’auto-alimente presque miraculeusement, le second volet est déjà bien fourni cette année.
    Le rock s’est bâti sur un mythe de jeunesse et chaque vague qui est venu après les origines (Punk, grunge, indie...) a prolongé cet état d’esprit. Quand un rock ’adulte’ a émergé, appelé AOR, c’était aussi un repoussoir, une union contre nature qui il (...)

  • Spencer Krug - Fading Graffiti

    Un premier album solo de Spencer Krug sous son nom propre. C’est étrange que ce soit la première fois. Parce qu’on le connaît depuis longtemps, qu’on relaie la bonne parole du Canadien sous toutes ses incarnations avec Wolf Parade, Sunset Rubdown, Swan Lakeet Moonface, avec ou sans Siinai. Avec les concerts, ce sont 19 articles sur ce site. Bref, Spencer est une vieille et très chère connaissance.
    On est donc en terrain connu même si ce qu’on entend sur ce Fading Graffiti n’est pas identique à (...)

  • Islands - Islomania

    Peu de groupes ont su se forger une place privilégiée dans nos oreilles comme Islands. On a accroché tout de suite le wagon, dès leur premier album, sans connaître les Unicorns. Outre la bonne surprise de leur retour inespéré, il y a eu cette magie du bon album écouté au bon moment. Cet état de grâce n’a pas été constaté à chaque fois mais il a bien eu lieu.
    La formation canadienne a toujours su imposer une coloration à chaque album sans jamais se dénaturer, au point de pouvoir livrer simultanément deux (...)