Accueil > Critiques > 2009

Black Heart Procession - Six

jeudi 15 octobre 2009, par marc

Le vieil ami


Il est des amis comme ça. A peine ont-ils débarqué du bout du monde après une absence conséquente ou à peine revient-on de contrées lointaines qu’on a l’impression de continuer une conversation malencontreusement interrompue il y a quelques minutes. Donc malgré une absence de trois ans, le groupe de San Diego nous sort un sixième album fort opportunément appelé Six (non, ils n’aiment pas brouiller les pistes) qui nous fera assez vite retrouver nos marques.

Paradoxalement, il faut plusieurs écoutes pour apprécier de nouveau toutes les subtilités de ce groupe, alors que la familiarité s’installe tout de suite. Je suis d’ailleurs complètement passé à côté des meilleurs moments lors des premières écoutes. Et d’un autre côté, je sais qu’il est assez improbable que je réécoute ce – bon – album en entier dans l’avenir. Il faut quand même préciser qu’avec ce qu’on ingurgite comme matière musicale, ce n’est pas vraiment un critère de (non) qualité.

La matière brute de The Black Heart Procession, c’est la mélancolie, prise comme une matière friable, plastique, modelable. Ils la pétrissent dès le premier titre (When You Finish Me). Leur grande force, c’est de ne jamais être excessifs. J’ai rarement été bouleversé mais ce n’est jamais le but. C’est aussi ça l’effet de TBHP. Des groupes sombres se doivent en effet bouleverser ou sombrer dans le ridicule. Ils se situent donc dans cet entre-deux, ne cherchant pas à tout prix à tirer des émotions de l’auditeur sans non plus être anodin (et certainement pas ridicule).

Ce n’est jamais exactement primesautier mais il y a quand même des moments d’une mélancolie plus douce et, disons, enlevée, comme Witching Stone. C’est sous cette forme que leur apparent détachement se montre le plus attachant. Ils ont leur propre grammaire, avec ces voix presque systématiquement dédoublées et un piano sobre mais toujours bien emmené (Iri Sulu). Notons que l’effet de surprise n’est pas du voyage et qu’avec un peu moins d’indulgence on peut croire bien des morceaux en roue libre.

On aurait tort pourtant de conclure à l’uniformité parce qu’on passe du rock de bastingue et branque (Back To The Underground) à des vignettes bien plus intimistes (Drugs). On peut aussi y entendre un orgue que ne renieraient pas les Bad Seeds de Nick Cave (Heaven And Hell). Mais on n’y retrouve pas la morgue et l’emphase du crooner crépusculaire australien. Et quand le rock est étrangement noyé (Suicide) pour un effet vocal, ils ne sont pas sans évoquer Ghinzu.

On sait presque toujours par avance ce qu’on va trouver sur un album de Black Heart Procession et quand on y a trouvé ce qu’on cherchait, difficile de faire la fine bouche. Donc ce groupe qui est presque un label de qualité et de constance vient fort à point se rappeler à notre bon souvenir.

    Article Ecrit par marc

Répondre à cet article

  • Michele Ducci - Sive

    Un piano, une voix, voilà ce qui constitue le gros de ce premier album de l’Italien Michele Ducci. Mais il ne fait pas s’y tromper, celui qui était la moitié du groupe electro-pop M+A offre sur cette base un bel album d’une richesse réelle. Et surtout, on capte au passage quelques fort beaux morceaux.
    Notre préférence va sans doute à la simplicité de River qui frappe juste, ou alors au sol plus dense (...)

  • Beth Gibbons - Lives Outgrown

    Si après 15 années de Beak> et 5 albums, Geoff Barrow est toujours considéré comme ’le mec de Portishead’, que dire de Beth Gibbons qui s’est effacée de la vie publique depuis tant d’années ? Cette sortie a donc autant surpris qu’enchanté.
    Fort heureusement, musicalement, ce Lives Outgrown ne tente pas de souffler sur les braises du trip-hop. Et c’est intentionnel. Le résultat est donc moins ancré dans (...)

  • Sarah Mary Chadwick - Messages To God

    Dans une ère où toutes les émotions sont passées sous l’éteignoir d’une production qui lisse, il est plaisant de rencontrer des voix (forcément) discordantes comme celle de la Néo-Zélandaise Sarah Mary Chadwick sur son huitième album solo. On se frotte d’emblée à ce ton naturaliste et direct qui n’est pas sans rappeler Frida Hÿvonen. Frontal donc, d’une sincérité qui peut aller jusqu’au malaise. La dernière (...)

  • Anohni and the Jonsons - My Back Was a Bridge for You to Cross

    Une limitation connue de la critique est qu’elle intervient à un temps donné, dans un contexte. Or on sait que les avis ne sont jamais constants dans le temps. Ainsi si I am a Bird Now a beaucoup plu à l’époque, on le tient maintenant comme un des meilleurs albums de tous les temps, tous genres et époques confondus. Cette proximité crée aussi une attente quand que les Jonsons sont de nouveau de la (...)