Accueil > Musique > 2009 > Choir of Young Believers - This Is for the White in Your Eyes

Choir of Young Believers - This Is for the White in Your Eyes

mercredi 23 septembre 2009, par Laurent


Il y a quelques mois, une discrète brève publiée sur le site soulignait un nom à suivre de près. Malgré des déficiences auditives éprouvées par la fréquentation acharnée des salles de concerts, je peux affirmer que ce conseil n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Aussi, pour répondre à l’invitation qui m’avait été lancée de commettre ici ma propre critique, et face à une pléthore de sorties séduisantes, le choix m’a finalement semblé évident : autant chroniquer un des très grands disques de 2009, histoire de rendre la pareille aux chroniqueurs qui m’ont permis de le découvrir...

2009 a déjà été riche en rock épique, tendance dite « canadienne » ; autrement dit, de la musique d’enterrement qui finit en feu d’artifice. Dans ce sport international, des groupes comme Fanfarlo ou les Broken Records ont déjà marqué de précieux points cette année, mais personne ne fera autant trembler Arcade Fire sur son trône que cette « chorale de jeunes croyants ». Pour une première bonne raison qui est... que la comparaison s’arrête là. Déjà, il y a la voix de Jannis Noya Makrigiannis, cerveau et c(h)œur du groupe, son poumon surtout, qui élève les compositions (toutes de sa seule plume) vers un souffle prodigieux mais tout en mesure. Jamais un mot plus haut que l’autre (ce garçon est bien élevé), on pense à la sobriété vocale des Sleeping States sauf qu’ici, le reste remplit bien davantage d’espace. À commencer par les chœurs, forcément prépondérants vu le nom du groupe. En revanche, la dimension sacrée à laquelle il pourrait renvoyer ne correspond pas à un réel parti pris esthétique, hormis quelques harmonies séraphiques – tel ce Wintertime Love, qui tutoie effectivement les anges.

Mais d’hiver il n’est pas tant question. Ce disque tombe à point nommé car il est surtout automnal. À ce titre, le morceau d’ouverture Hollow Talk sonne comme un manifeste : un prélude où chaque note de piano évoque le chuchotement des feuilles mortes, puis arrive le sanglot long des violons et l’on retrouve cette ambiance élégiaque croisée récemment chez Other Lives. Et au bout de trois minutes, c’est la surprise qui va faire toute la différence : l’explosion épique, d’une beauté sidérante, vous tombe dessus comme un arbre flétri, et on est loin ici des traditionnelles recettes post-rock. On lorgnerait plutôt du côté du premier My Latest Novel – en mieux produit. Signée par le groupe lui-même, la production est un autre point fort de l’album : chaque élément est à sa place, tout est d’une justesse et d’une maturité remarquables. Même si le son de Choir of Young Believers n’a rien de fondamentalement original, il parvient à contenir une intensité dramatique digne des Dears au sein d’un ensemble compact qui n’oublie pas de respirer. Action/Reaction se permet ainsi d’être infidèle à la gravité, tandis que These Rituals of Mine pourrait être la plus belle chanson de Grizzly Bear – s’ils l’avaient écrite.

Épatant de bout en bout (Yamagata, balade terminale dans le pur éther), "This Is for the White in Your Eyes" est en outre accompagné d’un EP bonus tout aussi recommandable ("Burn the Flag" et sa chanson éponyme plus volontiers portée sur la musique religieuse). Il n’en fallait pas tant pour en faire un des albums les plus essentiels du moment (même si, tout attaché à l’humain, il ne dit rien de son époque) et remettre Copenhague dans la liste des endroits « où ça se passe ». C’est que, en dépit d’Under Byen, CallMEKat, Our Broken Garden ou encore Efterklang, il restait difficile de placer de vifs espoirs dans la patrie d’Alphabeat et Aqua. Quelque chose me dit pourtant que cette chorale danoise va bientôt (re)faire de vous de jeunes croyants.

Article Ecrit par Laurent

Répondre à cet article

7 Messages

  • Choir of Young Believers - This Is for the White in Your Eyes 23 septembre 2009 18:36, par Mmarsupilami

    Ce n’est pas bien de venir en retard avec des disques qu’il va falloir écouter en pleine saison de chute massive d’albums qui se ramassent à la pelle !

    Mais j’ai confiance. Je le cherche...

    Slaraffenland aussi pour Copenhague ! Oui, Slaraffenland et son dernier (récent) album "We’re on your side"...

    repondre message

    • Très bon conseil en effet,

      Il y a de très jolies choses en effet sur cet album. Certaines choses me plaisent plus (le premier morceau, top, Wintertime Love) que d’autres (Action/reaction). On n’en fait pas si vite le tour de toute façon.

      Précisons que je trouve très peu de traces d’Arcade Fire là-dedans, plus d’influences d’un certain rock soyeux nineties (Jack, ce genre...).

      @mmarsup

      De fait, la rentrée est copieuse. Il ne m’étonnerait pas que quelques critiques soient publiées prochainement. Tu as l’air d’avoir bien turbiné en tous cas.

      C’est en effet très bon Slaraffenland.

      Et Trentemoller, il sent le pâté ce génial compositeur electro ?

      repondre message

  • Voilà une belle chronique qui donne envie d’y jeter une oreille attentive...

    Merci pour votre site et bonne continuation.

    repondre message

    • @Mmarsupilami

      Slaraffenland ! Merci de me le rappeler. J’avais lu un article élogieux (dans Rif-Raf si je m’en souviens bien) et leur dernier album a été partiellement produit par Efterklang, ou ils ont tourné ensemble, ou un truc comme ça ? Toujours est-il que je ne revenais plus sur le nom du groupe donc je vais pouvoir me rattraper...

      C’est sûr qu’il y a des tonnes de choses intéressantes qui nous tombent dessus en ce joli mois de septembre (au hasard Monsters of Folk, Mos Def, Taken By Trees, Jamie T, Lisa Germano, Middle East, Kings of Convenience,...) mais je trouve surtout que c’est l’été qui a été plus vorace que jamais. Quoi qu’il en soit, le choix de Choir of Young Believers dans ce contexte me paraissait plus symbolique. J’ai aussi hésité à chroniquer le très sous-estimé (album de) Jason Lytle.

      @Marc

      Comme je le disais, il y a en effet peu de points de comparaison avec Arcade Fire, mais ces derniers semblent désormais condamnés (par moi entre autres) à associer indéfiniment leur nom à la vague de groupes indé qui chantent du rock-triste-qui-dégénère-en-explosion-de-wowowo-à-la-fin, et qu’ils ont largement contribué à engendrer. C’est un peu comme citer Coldplay ou U2 pour évoquer le rock "héroïque" (vulg. : de stade), Arctic Monkeys pour le rock "sociologique", Radiohead ou Buckley chaque fois qu’un chanteur en fait des caisses, les White Stripes pour chaque duo électrique. Bref, tout sous-genre a son ou ses champions, mais il va de soi qu’en dehors de ça... aucune ressemblance !

      Sinon, je ne savais pas que Trentemöller était Danois. ;)

      @bousval

      Merci !

      repondre message

      • Choir of Young Believers - This Is for the White in Your Eyes 19 janvier 2010 12:43, par Mmarsupilami

        Je l’ai écouté avec retard. Merci, car c’est un album assez exceptionnel.

        Au point que je fais ma petite recherche documentaire pour le mettre dans mon Best 2009 et que je rends compte qu’il est sorti en... 2008, comme en attestent AMG et I left Without My Hat...

        Non, vous ne m’aurez pas à ce petit jeu, je ne recommence pas mon Best 2008 !

        Sans rire, merci, super album !

        repondre message

        • bien heureux que ma brève ait fait tant d’émules, c’est vrai que cet album est vraiment bon pour son émotion. 2008 ça je n’avais pas vu non plus.

          repondre message

          • 2008 pour la sortie danoise varisemblablement (l’album était en effet très facile à télécharger depuis un bail)... mais août 2009 pour la distribution officielle (épiée et attendue a priori) dans nos contrées... pour ceux qui achètent encore des albums sur suppport physique, s’entend ! Sinon, le disque est toujours aussi formidable (mais ne figure pas dans mon top 20 de 2009, il est quelque chose comme 25e).

            repondre message

  • Kitch – New Strife Lands

    Kitch n’est pas kitsch. Une lettre qui change beaucoup parce que le dégoulinant n’est vraiment pas à l’ordre du jour chez le quatuor de Villeurbane. Ils privilégient en tous cas les morceaux courts. Ce qui rend le tout à la fois assez digeste mais aussi déroutant parce que les styles s’enchainent sans pitié.
    Etambot pourrait être un morceau des Liars, un peu mystérieux. La formation peut servir de point de référence pour sa versatilité. On retrouve cette tendance sur des morceaux comme Charismatik qui (...)

  • Chev Chevin - Nectar

    Avec en accroche un phrasé à la lisière du hip-hop avec des nappes de synthés presque James Bond, on sent qu’on va explorer des limites (les nôtres) sur le premier album du duo (Max Kraft et Jonas Eckhardt) allemand Chev Chevin . Mais on s’embarque en fait pour un trip musical pour le moins varié.
    Les envolées et les voix sur Over Soon font plutôt penser à Bon Iver, avec une solidité plus marquée. Cette veine-là nous vaut de bons moments quand Nausea s’envole et bien franchement, on tient le haut du (...)

  • Rodrigo Leão - A Estranha Beleza da Vida

    Quand on découvre un artiste, on tente de se raccrocher à du connu. Rodrigo Leão a été membre de Madredeus, une des rares formations lusitaniennes dont le nom a eu un retentissement international. En se renseignant un peu, on note aussi des collaborations avec Beth Gibbons, Neil Hannon, Tindersticks, Ruichi Sakamoto ou Ludovico Einaudi. Un CV en béton armé donc.
    Il confirme d’emblée ces belles dispositions avec le simple et beau Friend of a Friend chanté par Michelle Gurevitch. Forcément quand ça (...)

  • Efterklang - Windflowers

    Evoluer n’implique pas nécessairement de se dénaturer. C’était une des leçons du très réussi Altid Sammen des Danois d’Efterklang. Deux ans plus tard, on ne peut plus tirer de conclusion aussi positive. Comme tous les groupes délicats, le risque est de devenir trop légers, voire évanescents. On a connu ça pour Choir of Young Believers, The Feather ou même Villagers dans un passé récent et voici une nouvelle victime du syndrome. Mais ne noircissons pas inutilement le tableau.
    Le premier morceau est ainsi (...)