Accueil > Musique > 2009 > Neko - One Hit Wonder EP

Neko - One Hit Wonder EP

mercredi 4 novembre 2009, par Marc

Merci Nathalie


Non, ce projet lillois n’a rien à voir avec la rouquine Neko Case chroniquée plus tôt dans l’année. Dire « c’est du post-rock avec guitares » c’est déjà vous donner une forte indication, surtout au vu de l’étroitesse de mes références dans le genre. Voyons les caractères particuliers au groupe pour que vous puissiez vous faire une meilleure idée

Evidemment, le plus simple à l’heure actuelle est d’aller faire un tour sur leur myspace mais si vous tenez à des comparaisons, j’ai trouvé ici un coté plus carré et linéaire que les traditionnelles montagnes russes ou quiet-loud-quiet de leur coreligionnaires et qu’ils ne misent pas tout non plus sur le pur bidouillage de son. Quand ils font tinter les arpèges, c’est plus monotone (Oskar, Superstar) mais c’est pour placer un passing le long de la ligne, je veux dire une brusque montée en puissance. Et cet EP (leur second) se termine par une belle intensification (Selene’s Orbit).

Etrangement, les extraits de dialogue, qui ont souvent une fonction d’ambiance (on pense aux vieux films chez Beirut) apportent ici une tension dramatique sur Dirty Nathalie (Portman dans le terrifiant Closer ?). Il faut dire que les mots très durs (la déprimante scène finale) résonnent bien sur ces guitares bardées d’écho. On tient donc là le meilleur morceau sans conteste, celui qui apporte un relatif neuf et qui permet de clairement les distinguer sur une scène où les non-spécialistes ont du mal à distinguer les différences subtiles entre les formations. Comme souvent dans la caste post-rock, les morceaux sont impeccablement exécutés. Donc si vous vous reconnaissez comme audience potentielle de cette formation, je pourrai estimer que ma part de travail est accomplie.

Sur Myspace : http://www.myspace.com/nekorama

Article Ecrit par Marc

Répondre à cet article

  • Shadow Universe - Subtle Realms Subtle Worlds

    La Slovénie n’est pas seulement la terre d’élection de certains des meilleurs cyclistes de l’époque, elle est aussi le terreau de formations de post-rock. C’est ce que nous apprend cette sortie du label Monotreme en tous cas. L’auditeur sans doute connaisseur rencontrera de belles densités dès le premier morceau. On pense forcément à Mono (la grandeur d’Organism), mais les sons peuvent se faire plus métalliques, renvoyant à des choses comme Russian Circles. Le post-rock reste bien le royaume des (...)

  • Bank Myna - Volaverunt

    Les influences revendiquées par la formation parisienne Bank Myna font dans une certaine lourdeur (GYBE !, Anna von Hausswolff, Swans). Annonçons-le d’emblée, cette promesse ne sera pas complètement réalisée, et ce n’est vraiment pas un problème, au contraire même. Notamment parce qu’on trouve une variété de climats qui rendent l’écoute plus gratifiante, à envisager comme un tout.
    Le premier morceau est d’ailleurs une mise en bouche pour installer cette lourdeur. Laquelle sera tempérée par un chant (...)

  • MULO MUTO and BLACK/LAVA - Worlds Corroding Under Xenomorphs’ (...)

    Aujourd’hui on vous présente un album collaboratif entre le duo suisse post-industriel MULO MUTO et le duo électronique italien BLACK/LAVA. Le contexte, c’est l’invasion des extra-terrestres, frustrés de nous voir si nuls. On ne va pas dire que cette trame narrative est très transparente à l’écoute de l’album mais c’est évidemment secondaire. C’était sans doute nécessaire pour faire progresser le projet dans une direction. On sent d’emblée que ce n’est pas une relecture de la Mélodie du Bonheur et on peut (...)

  • Cecilia::Eyes - Sore Memories Always End

    L’évolution est une notion compliquée à adopter pour un artiste. Il faut la découpler de celle du progrès d’ailleurs. Après sept ans d’absence discographique, l’envie est sans doute grande de reprendre les choses où elles en étaient, mais pas tout-à-fait. Ce qui est manifeste aussi, c’est que la formation hennuyère avait des choses à dire puisque cet album a une durée qui devient inhabituelle (75 minutes).
    Il y avait déjà eu des voix sur des versions alternatives de leurs titres et on sentait à l’époque (...)